Togo-Afrique : La peur de finir comme le Dr Frankestein Simikangwa

0

Certains officiers, citoyens et politiques togolais, congolais, ivoiriens et africains devront désormais avoir un sommeil très léger au verdict de la condamnation du capitaine rwandais.

Au Togo, pendant bientôt cinquante ans, nous illustrons le plus souvent par de superbes gravures les représentants de rpt-unir qui peuplent le Togo comme des ovnis, dans l’imaginaire de certains togolais se sont des hommes à pattes de poulet, des hommes à têtes de fauves, ou des femmes à plusieurs têtes de serpent.

La notion de monstres, d’animaux hommes, femmes hybrides avec des animaux sauvages  apparaissent dans des récits togolais.

Parce que les togolais ont été abusés au-delà de la réalité, au-delà de la convenance, au-delà de l’entendement, au-delà du possible, car le renoncement, la mythomanie, le mensonge, le jeu des possibles permanents ont éloignés de la vertu celles et ceux qui ont choisi pour mission la gestion des cités et de servir la nation.

Ils sont tellement éloignés de tous les commandements de la gestion macro-économique pour donner la possibilité à chaque citoyen de se construire un avenir, de se donner une espérance.

Ne rions pas les abominables créatures aux yeux des togolais sont des sœurs et des frères, des beaux frères comme le capitaine rwandais Pascal Simbikangwa, ex-capitaine de la garde présidentielle rwandaise durant le génocide de 1994, âgé de 54 ans, paraplégique depuis 1986 et cloué dans un fauteuil roulant, qui a été jugé en France au nom du principe de compétence universelle de la justice et condamné ce vendredi 14 mars 2014 par la cour d’assises de Paris à 25 ans de prison.

Il a été reconnu coupable de génocide en qualité d’auteur, et de complicité de crimes contre l’humanité par la cour d’assises de Paris.

Tout au long de son procès, Simbikangwa,  Imprégné de l’idéologie hutu contre vents et marées a soutenu n’avoir vu aucun cadavre pendant les 100 jours desquels 800 000 personnes, en majorité des Tutsis, furent massacrés.

Si on revisite les vidéos des autorités togolaises de rpt-unir, personne n’a vu un seul corps des victimes des citoyens togolais jetés à la mer en1998 et en 2005.

L’analogie du discours est frappant pour sa défense pour rendre l’ex-rébellion tutsi du Front patriotique rwandais (FPR) responsable d’avoir précipité le pays dans le « chaos »comme le discours de rpt-unir à rendre responsable l’opposition togolaise avec le concours de certains journalistes « podogans » l’état de délabrement de la nation togolaise et les violences inhérentes lors des élections présidenteielles.

Mes chers compatriotes, les militants de rpt-unir, ne sont pas des êtres venus du fond de l’espace pour explorer le Togo, mais ce sont clairement des togolais sans cœur, sans conscience qui ne s’intéressent pas au reste des togolais et sont à mon avis des êtres, des individus dangereux qui n’hésitent pas à découvrir des moyens de destruction et de coercition terribles et à s’en servir contre leurs propres compatriotes.

Ce n’est pas seulement l’intérêt d’être « chef » autoproclamé, l’ambition, la cupidité,  qui les amènent à nous tuer, à nous torturer, à nous licencier, à nous harceler, mais le dogmatisme.

Rien n’est aussi dangereux que la certitude d’avoir raison, sur le régionalisme, qu’il soit juriste, docteur, magistrat, chirurgien, l’obsession de servir le discours hypocrite pour avoir sa place autour de la mangeoire et bénéficier de l’impunité, de ne pas dédouaner comme les autres citoyens les affaires de ses copines, ses sœurs et ses frères et de lui-même dans un commerce déloyale.

Leur discours s’apparente : «  nous sommes là pour empêcher le fanatisme d’aller plus », alors que se sont eux-mêmes les fanatiques.

Quand la mort s’ensuit, quand la torture avilit un citoyen, qu’est-ce que sa présence empêche, alors que son silence, sa soumission à garder vent et marée son poste, renforce le crime quand il va déclarer sur les médias que la démocratie est devenue la règle de fonctionnement au Togo, que l’armée est républicaine, quand il fait campagne avec des valises à l’extérieur pour dire que le Togo est la suisse de l’Afrique dans les associations humanistes.

Au nom de l’obsession des dénis, on justifie l’injustifiable, par le jeu des possibles, car le jeu du régionalisme, du tribalisme engendre le fanatisme, la haine, légitime la fièvre de la subjectivité  pour traiter les affaires de la cité, de la nation.

La fougue de la haine du régionalisme, du tribalisme, amène au génocide, et sa justification enlève  l’humain de l’autre, on y trouve des expressions que ne comprennent que leurs auteurs « le rat », « le sable du désert ».

Au Togo, le docteur Frakestein et le Strangelove, au rpt-unir se trouve être vos collègues de classe, vos amis dans les associations, vos médecins  qui sont censés par leur fonction vous sauver la vie, vous l’enlève par le zèle politique, la haine régionaliste, tribaliste.

Amis de la diaspora, compatriotes togolais, les chimères de renaissance de « UNIR »au détriment de « RPT » le canal historique nous déroute parce qu’elles étaient considérées comme matérielles et que leur existence était connue.

L’inhumanité loin d’être l’apanage des cadres de rpt-unir, trouve sa source même dans l’histoire de l’homme, comme des crimes qui sont enseignés par les religions.

Si la politique sert parfois de caution à des abominations au Togo, au Congo, en Cote d’Ivoire,  jamais sa philosophie universelle ne provoque, tous les sectarismes, et toutes les intransigeantes par la répétition de l’intensité de l’argumentation claniques.

Au Togo, la politique accorde paradoxalement la même importance aux démarches spéculatives qu’à son issue, et renonce à la téléologie, quelque frustrant que cela soit pour l’esprit humain, enclin à une vision globale de l’universel de la gestion de la cité.

Militants, Africains, la gestion par l’arbitraire est obsolète, car la science et les techniques illustrent des vertus autrefois mal reconnues, l’accélération progressive de l’amélioration morale, culturelle et matérielle se retrouve dans l’exigence de l’épanouissement de l’époque contemporaine et des citoyens du monde.

Les connaissances des citoyens africains s’épanouissent en gerbe suivant une progression géométrique, en accroissement des intellectuels, des savants, des philosophes, des penseurs, des ingénieurs,  des économistes et des journalistes vertueux, qui apporteront la lumière aux citoyens africains sur les sites, les médias, et dans les agoras.

Frère : Togolais, Congolais, Ivoirien, Africain, poses-toi la question à savoir qu’est-ce que tu apportes à ton pays et à l’Afrique moderne pour mettre un frein définitif à un docteur Frankenstein africain, européen, américain, asiatique, qui pollue ta vie, qui est ton cauchemar ou le cauchemar de l’Afrique ?

Jacob ATA-AYI

Laisser une réponse