Atcha et Hamza Titikpina : Les frères se partagent la ville de Tchamba

0

« Bien faire comporte tout un programme de vie. Vider sa bourse ne suffit pas » Oswald WIRTH.

 

Pour ce mois de ramadan, nous nous imposons une trêve de plume dans l’étalage de la téléologie satanique du Général-Ministre, chef de Canton agissant de Tchamba, Titikpina Atcha. En même temps, nous revient le devoir de dénoncer celle de son frère siamois Amza Titikpina, son chargé de publicité, d’exhibition du pouvoir, du butin et des profits grâcieusement aquis à la sueur du contribuable togolais par les temps qui courent.

Parce qu’au plus haut sommet de l’Etat, il semble que l’aiguille de la boussole qui n’en est pas une pointe à tort ou à raison vers la bonne gouvernance. Les affaires Agba, Adoboli et consorts ont tendance à faire école dans un pays où on n’a jamais su pendant un demi-siècle que les phosphates ne remplaceront jamais l’éducation et où les médiocres sont aux commandes des gondoles.
Ceci est plus patent s’agissant de Titikpina Amza, quelqu’un qui, dans les années quatre vingt dix était un enseignant vacataire à Hohotoe et qui aujourd’hui dort sur la fortune sans avoir su inventer le fil à couper le beurre. Comment a-t-il acquis cette fortune?

Propulsé directeur financier de l’OTP à Paris, les indiscrétions font état de milliards volatilisés dans les vases communicants du pouvoir. Le plombier Tchamba disposait pendant ce temps d’un autre robinet qui échappait au dispositif et qui lui a permis de vivre sans inquiétude, sinon qu’il a été couvert par son grand frère Titikpina Atcha. Mis hors d’état de nuire à Paris, celui dont les mérites émanent de son grand frère atterit à nouveau en tant que chef de logistique au sein de la même OTP. L’apprenti voleur devenu maitre met là aussi, un autre stratagème pour anémier la compagnie: déclassement des camions et rachat de ceux-ci par une société écran en son nom qui reloue ces engins une fois repeints à la même société. Il est pour une deuxième fois mis hors d’état de nuire et envoyé en congé sabbatique. L’intouchable circule librement, s’occupe de Koroki de Tchamba, organise des fêtes pompeuses dans les rues poussiéreuses de Tchamba méconnaissable tout comme les autres villes du Togo à l’abandon pendant qu’on nous parle de la bonne gouvernance.

Aux dernières nouvelles, le reptile est maintenant à la BOAD et nous parions qu’il est en train de s’affirmer par ses méthodes.

Il n’est pas exclut que lui et son frère Titikpina Atcha, tous esclaves des fin, arrivent à Tchamba pour ce mois de ramadan et se mettent à distribuer à tour de bras les biens mal acquis du peuple togolais tout entier. Ce qui est injuste et malsain pour ces misanthropes qui voit souffrir le peuple tchamba au moyen de la paille de l’injustice qu’ils ont dans leur yeux et au moyen duquel les Tchamba et les togolais dans leur ensemble perçoivent les traces sanglantes de toutes leur victimes.

C’est dire donc que s’il est un champ dont devait s’occuper leur premier laboureur, c’est-à-dire Faure Gnassingbé, c’est de débarrasser les tchamba de ses éléments pestiférés du démi-siècle en train de s’écouler avant de se suicider lui-même. On n’a pas besoin d’être un oracle pour savoir que tant que tous ceux qui ont usurpé le pouvoir au Togo en versant le sang du peuple togolais d’une manière et d’une autre et leur descendance seront au pouvoir, aucun espoir ne sera permis. L’horizon restera à jamais bouché.

Usman Sangam, Lomé le 1er Aout, 2011.

 

Laisser une réponse