Syrie. 9 scénarios foireux

0

Ces scénarios se divisent, en deux catégories, à savoir, les scénarios d’avant la réunion de Doha et ceux, d’après cette réunion.

Le scénario du coup d’état contre Bachar al-Assad

Le scénario du coup d’état visait à renverser Bachar al-Assad, par un coup d’état militaire. Tout récemment, le quotidien koweïtien « As-Siyassa » a fait part du deuxième coup d’état manqué contre Bachar al-Assad. Selon ce quotidien, ce coup d’ état prévoyait de tuer Bachar al-Assad, son frère et d’autres hauts responsables du pays, en bombardant le palais présidentiel. Toujours, selon ce quotidien, les services secrets syriens ont réussi à découvrir et à neutraliser ce coup d’état. Selon les sources d’information, 14 officiers et hauts responsables, imppliqués, dans ce coup d’état, avaient été arrêtés.

Le scénario de l’assassinat

Le projet d’assassinat de Bachar al-Assad est poursuivi par trois pays, à savoir, les Etats-Unis, Israël et le Qatar. A ce propos, le conseiler à la sécurité nationale américaine, a divulgué, le 24 octobre, ce projet, dans un entretien avec la revue « Foreign Policy ». «L’assassinat de Bachar al-Assad est considéré comme l’un des moyens, pour renverser le gouvernement syrien», avait-il précisé.

Le scénario d’Alep (emprunté de Benghazi)

Alep compte parmi  les villes les plus peuplées et les plus riches de la Syrie. Après leur incapacité à s’emparer de Damas, les groupes armés se sont fixés, comme principal objectif, de prendre le contrôle de la ville d’Alep, qui jouit d’une position géographique privilégiée. Le scénario consistait à transformer Alep en Benghazi, pour y installer un gouvernement provisoire, et solliciter, ensuite, l’aide de l’OTAN et des pays occidentaux, pour progresser vers Damas.

Le scénario de la zone d’exclusion aérienne

Il s’agissait d’un projet, concocté, conjointement, par l’Arabie saoudite et les Etats-Unis. Ce projet a été abordé, suite aux entretiens entre le Roi d’Abdallah d’Arabie et un certain nombre de princes saoudiens et le sénateur américain, Joseph Lieberman. Lors de son séjour, à Riyad, ce sénateur américain a eu des entretiens spéciaux avec le ministre des Affaires étrangères, le chef des services secrets et le ministre de la Défense de l’Arabie saoudite. La Turquie devait jouer le rôle essentiel, dans l’application de ce scénario.

Le scénario yéménite, en Syrie

A un moment où le parti Baath tient tête à la Turquie, au Qatar et à l’Arabie, principaux protecteurs des opposants syriens, le débat portant sur le remplacement de Bachar al-Assad, par le vice-Président Farouq al-Charah, a été, abordé pour la première fois, par le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu. Ce scénario, proposé, après 19 mois de conflits armés, était similaire à ce qui a été appliqué, au Yémen.

Le scénario des armes chimiques (Irak)

Le scénario à l’irakienne ou le scénario de l’existence des armes chimiques, en Syrie, consistait à lancer une vaste campagne d’intoxication contre la Syrie et suggérer cette idée que le gouvernement syrien était incapable de contrôler et de maîtriser ces armes, et qu’il devait y avoir une intervention militaire, en Syrie, pour empêcher que ces armes ne tombent entre des mauvaises mains.

Le scénario de l’intervention de l’OTAN, pour soutenir la Turquie

Le déploiement des missiles « Patriot », à la frontière entre la Turquie et la Syrie était un autre scénario, selon lequel, l’éclatement d’une guerre entre la Turquie et la Syrie pouvait favoriser l’intervention étrangère, en Syrie. Ce scénario a échoué, face à l’intransigeance de Vladimir Poutine, le Président russe, qui, au cours d’une conférence de presse conjointe, lors de son voyage, en Turquie, avec le Premier ministre turc, a dit qu’il comprend les inquiétudes d’Ankara, tout en soulignant que le déploiement des missiles « Patriot » ne pouvait pas améliorer la situation.

Le scénario de la prise de l’aéroport

Après l’annonce de la formation d’un gouvernement en exil, l’armée libre syrienne a annoncé, dans un communiqué, que tous les pays devront fermer leurs ambassades, à Damas. Pour atteindre cet objectif, les groupes armés liés à ce groupuscule ont multiplié leurs agissements, pour s’emparer de l’aéroport de Damas. Ce scénario, aussi, s’est soldé par une défaite cuisante des groupes armés.

Le scénario de la prolongation de la crise

Pour l’heure, le scénario, suivi par les parties, surtout, les Etats-Unis, consiste à faire perdurer la crise, avec, pour objectif, de créer de problèmes, pour le gouvernement et le peuple syriens. Autrement dit, l’objectif est d’embarquer le pays dans une guerre indéfinie.

irib

 

Laisser une réponse