Solitoki Magnim : Nous avons donné la consigne à Agboyibo de nous insulter

0

 

 

La dernière sortie à Bruxelles du Secrétaire du RPT Magnim Solitoki aura été la plus riche et la plus instructive. Avec les quelques  fans, érudits et sympathisants du parti qui ont convergé vers Bruxelles pour écouter les derniers versets du deuxième homme Faure du RPT après Faure Gnassingbé, Solitoki Magnim n’est pas allé des quatre chemins pour lâcher ce qui le tenait le plus au cœur.

Se voulant rassurant et pas inquiet pour les élections présidentielles à venir l’homme dit ne pas mettre les stratégies du RPT sur la place publique mais reconnaît volontiers que Me Agboyibo n’est plus opposant mais affilié au RPT. L’homme qui tient désormais en mains celui qu’on décrit comme le plus subtile des opposants togolais raconte : «  Agboyibo n’est pas un problème.Nous lui avions donné la consigne de nous insulter ». La politique à ses règles et au Togo elles sont de nature à décimer tout un peuple si ces règles n’ont pas encore décimées le peuple togolais.

Plusieurs indices viennent confirmer et conforter le coup de gueule de Magnim Solitoki. Quand Me Agboyibo fait une ballade parisienne pour louvoyer que le commandant François Boko lui avait dit que c’est un officiel français qui voulait le rencontrer, au Lynx on se réfert déjà à l’assurance que Solitoki avait donné au bataclan de jeunes du RPT qui s’était donné rendez-vous chez l’ambassadeur Sagbo.

Secundo, quand Me Agboyibo fait retentir  la phrase au micro de nos confrères Koaci.com selon laquelle : « Le RPT est un parti vomi par le peuple togolais », celà révèle aussi un piège  et n’est pas de nature á endormir le Lynx mieux les esprits qui connaissent l’Homme. Agboyibor est un politique cynique et Boko le sait aussi quand il déclare l’avoir entendu dire : « Oui mais on ne peut pas aller vers l’alternance, parce que l’alternance va bloquer le pays, parce que l’alternance va casser le pays». On se rappelle que c’est avec les mêmes schémas et arguties en 1990 de « vide constitutionnelle » si on bousculait le départ le général Eyadema qu’il a fait revenir le tyran Eyadema jusqu’à ce que ce dernier se réveille de sa traversée du désert pour le jeter après en prison comme un vulgaire voyou.

Tertio, en acceptant d’aller aux élections avec un CAR sans roues du sud au nord il faciliterait et donnerait la chance d’envisager le scénario gabonais : faire de lui la deuxième force et empêcher le candidat du FRAC de revendiquer une certaine victoire.Heureusement qu’il ne tient debout qu’avec de l’insuline achetée par le RPT !

Au Togo,ce qu’il faut retenir est que tous nos leaders ont été effrayé par la force financière des Gnassingbé. A l’instar des Edem Kodjo,Ayeva Zarifou qui ont été prendre le butin et qui se sont depuis casés attendant une récidive, les Gilchrist Olympio, les Agboyibor émargent et arrondissent leur fin d’année avec les millions du clan.

Quand Agboyibo dit ne pas croire en la CENI au micro des confrères de Koaci.com  et refuse de s’allier au FRAC pour faire campagne tout seul, le togolais de Siou, de Kouvé, de Kétao… dit ne plus rien comprendre. Plus ridicule est la vitesse avec laquelle son jeune poussin Denis Nayone et son maître Mr Agboyibo se retrouveront dans des nuits tardives au RPT pour le partage du butin. Denis Nayone si il n’a pu médiatiser son amour pour le RPT a déclaré que sont parti l’UPR composé de 7 membres sympathisants et lui même se ralliaient á la politique des grands travaux avec la construction d’ autorautes, de ponts, d’hôpitaux et d’écoles du candidat Faure.

Ici la célèbre phrase du philosophe Confucius à tout son sens : « Les peuples ne méritent que leurs dirigeants » Et Agboyibo sait depuis longtemps que que ses mesquineries et roublardises ont endeuillées plusieurs familles depuis qu’il s’est déclaré opposant aux Gnassingbé.

Camus Ali  Lynx.info
.

Laisser une réponse