Si John Atta-Mills pouvait, de l’au delà, inspirer la classe politique togolaise

0

Il était malade depuis des mois , mais courageusement, il a continué à travailler pour hisser le Ghana au rang des pays à revenus intermédiaires. Dans une dizaine d’années, si ses successeurs travaillent aussi bien que lui, le pays deviendra un véritable pays émergeant ! Pourtant, ce pays revient de loin !

En décembre1980, j’ai sillonné le Ghana, du Sud au Nord, avec des amis ghanéens, pour meubler nos vacances,  et j’ai été estomaqué par le degré de délabrement du pays. Trente deux ans après, lorsque j’ai visité récemment le pays d’Atta-Mills, j’ai été ébloui par la transformation heureue qu’a connue le pays. Une croissance de 12% en 2011, un  début prometteur d’industrialisation, une agriculture performante, un système éducatif parmi les meilleurs en Afrique, des infrastructures routières à rénovation avancée, un secteur sanitaire en mutation spectaculaire (avec une assurance maladie intelligemment mise en marche), et comme un bonheur n’arrive souvent pas seul, du pétrole qui coule à flot depuis peu !

Au pays de John Atta-Mills, il n’y a jamais eu de conférence nationale, ni de dialogues à répétitions, ni de facilitateurs , ni d’accords sur accords, ni de médiations sur médiations…La classe politique est consciente, entreprenante, formée (politiquement, économiquement, socialement) et visionaire. Atta-Mills s’est présenté trois fois avant d’être élu . Il n’a jamais contesté les résultats les deux fois où il a été battu. Il s’est remis intelligemment et courageusement au travail , pour convaincre ses compatriotes de le suivre, ou plutôt, de suivre son programme, et il a vendu sa vision d’un Ghana prospère, et cela a payé ! Il n’a pas mis sur les trottoirs d’Accra, des milliers de jeunes, en leur promettant le paradis, en les manipulant, pour qu’ils participent à des marches interminables, des mois et des mois ! En bon économiste, il a compris et calculé que s’il mettait deux milles jeunes à cultiver des champs de riz, un jour sur sept, pendant deux ou tois ans, le pays n’aura plus à importer du riz de Thaïllande ou de Chine, et il donne du coup, du travail à ces jeunes ! Il n’a pas commis l’imbécilité d’organiser des dizaines de meetings , de marches et de sit-in, rien que pour obtenir des réformes, qu’il peut opérer à sa guise, s’il obtient intelligemment la majorité absolue à l’Assemblée nationale de son pays ! Il sait, par ailleurs, ce que signifie le mot ALTERNANCE. Il n’a pas besoin de cier « alternance ou la mort ! » pour l’avoir !..

L’histoire a montré que c’est l’intelligence qui dirige le monde, et le pouvoir a toujours appartenu, à un moment ou à un autre, à ceux qui ont montré plus d’intelligence que leurs adversaires. John Atta-Mills a séduit ses électeurs, qui l’ont porté au pouvoir, et il ne les a pas déçu. En trois ans et demi de pouvoir, il a réalisé beaucoup de choses, et c’est dans un recueillement et une ferveur exemplaires que son peuple a accueilli la nouvelle de sa disparition …

La popularité d’un dirigeant n’est pas liée à la longévité de son règne, mais à son bilan pendant la durée de son règne. Ainsi, à part ATTA-MILLS , c’est le monde entier qui a pleuré John Kennedy, et celui-ci n’est resté au pouvoir que pendant deux ans à peine !…Quand, par contre, Mobutu est mort, rares sont les zaïrois qui l’ont pleuré et il a été enterré comme un vulgaire bandit de grand chemin !

Au Togo, force est de constater que nous n’avons pas de leaders de la trempe d’Atta-Mills . Nous voulons être Président d’emblée, ou Président de tout et de n’importe quoi ! Cela explique aussi pourquoi, pour un petit pays comme le nôtre, on compte pas moins de 6 ou 7 organisations de défense des doits de l’Homme, et pas moins de 90 partis politiques !  On compte des partis qui n’ont que vingt militants, et le parti se limite souvent au cercle des amis et des membres de la famille du « Président » ou du « Sécretaire général ». Et c’est pourquoi, nous ne pouvons pas avoir deux ou tois blocs politiques, comme au Ghana, aux Etats Unis, ou ailleurs !

Par ailleurs, ce qui tue notre classe politique, c’est l’ignorance et la paresse ! Comment voulez-vous conduire un pays, si vous ne connaissez même pas bien notre Constitution et les textes fondamantaux de la République ? On cherche, pour masquer ses tares, des raccourcis pour accéder au pouvoir, comme la rue par exemple ; c’est l’exemple aussi tragique de Madagascar, qui se spécialise dans cette stupide entreprise, ce qui explique l’état de délabrement actuel de la grande ïle ! L’autre point noir de notre pays est le manque d’éducation de certains politiciens. Si vous cherchez ces « mal éduqués », venez au Togo ! Récemment , un homme politique togolais, qui a été pourtant ministre dans l’hexagone, a traité notre nouveau Premier Minitre de « clown » ! Mais que voulez-vous, comme le dit un proverbe de chez nous « si vous enfilez un costume blanc à un cochon il vous le trempe dans la boue à la minute qui suit ! » .

Monsieur le Président John Atta-Mills, pouvez-vous répandre un peu de votre sagesse sur la tête des politiciens togolais, en attendant de compléter leur formation, quand ils vous rejoindront dans l’au-delà ?

Dr David IHOU

Ancien Ministre de la Santé et de la Population , Consultant   en géopolitique et Stratégie sécuritaire

Laisser une réponse