Révolution togolaise/ Le tour de garde : Je suis Ferdinand [Par Jean-Baptiste K.]

0

« l’injustice grandit une âme libre et fière » Max Scheler

 JE SUIS FERDINAND

Il est des jours où la nuit doit céder le pas au jour

Il est des saisons où la souffrance se souvient du goût de vivre

Il est venu le temps de la solidarité, de la confraternité

Il est temps de se ceindre les reins comme un vaillant homme

Il est urgent de dresser un barrage de vie contre la mort en maraude

Il est temps de quitter les berges de l’avilissante reptation

Voici le moment de souffler sur la braise, redresser la flamme vacillante

Voici l’heure, elle approche, du déchirement du sombre horizon

Voici le temps de porter haut la vérité, l’heure de l’Alternative

Je suis Ferdinand

je suis le combattant têtu sous la mitraille du mensonge

Je suis le frêle roseau de la raison harcelée, le cri dans le désert

je suis l’humanité, la vie chevillée au corps

je suis l’obstination battue aux quatre vents

je suis le prévenu face à la justice corrompue

je suis la cible à l’allongée du bras du bourreau plaignant

Je suis la liberté nôtre et confisquée

je suis l’espoir de lendemains qui chantent

je suis le peuple des cimetières et des oubliettes

je suis l’air fraternel du journaliste assassiné, torturé, vilipendé

Je suis Ferdinand

Soyons des confrères lucides

Défendons le noble métier de faiseur d’opinion

Soyons plus que nos ventres et nos peurs

Oui, de conviction ornons notre sacerdoce

Peignons les noirs moutons en blanc

Dédaignons le gain facile, nos âmes à l’encan

Sus au gain facile, aux menaces d’immondices

Tous dans le box, accusés, tous enchaînés

Tous menacés, intimidés, avilis

Des armes miraculeuses

Nous sommes Ferdinand

Jean-Baptiste K.

 

 

 

 

 

Laisser une réponse