Rappel des faits historiques de l’Incendie du Reichstag et de Rome.

0

  A*Contexte politique.

Lorsque  Adolf Hitler accepta le poste de chancelier du Reich, le 30 janvier 1933, il exigea que de nouvelles élections législatives soient organisées, afin de renforcer le poids du parti nazi.

Le 1er février, le président du Reich, Paul von Hindenburg signa le décret de dissolution des chambres, qui fixa la date des élections au 5 mars 1933.

Dans la nuit du 27 au 28 février 1933, un incendie criminel détruit le palais du Reichstag, siège du parlement allemand à Berlin,

*Exploitation politique par les nazis

Les nazis décidèrent d’exploiter immédiatement l’évènement, et présentèrent l’incendie comme le signe avant-coureur d’un vaste « complot communiste ».

Dès l’annonce de l’incendie et avant tout début d’enquête, la radio affirma que les communistes ont mis le feu au Reichstag.

Cette thèse est immédiatement reprise par Hermann Göring et Adolf Hitler ; elle servit de prétexte pour suspendre, via une législation d’exception, les libertés individuelles et elle constitua une base au procès qui s’ouvrit à Leipzig le 21 septembre 1933.

Dès le lendemain de l’incendie, le 28 février, Hindenburg, farouche opposant au communisme tomba dans le piège de la manipulation des nazis et signa un décret présidentiel « pour la protection du peuple et de l’État » : pour suspendre sine die les libertés.

Dans la foulée, le gouvernement fait arrêter plus de 4 000 militants du Parti communiste d’Allemagne (KPD), dont son président Ernst Thälmann, ainsi que plusieurs dirigeants socialistes et intellectuels de gauche, au total plusieurs dizaines de milliers de personnes.

Le journaliste vedette Egon Erwin Kisch est aussi arrêté. Ces opposants sont internés dans les premiers camps de concentration nazis, essentiellement à Dachau.

La peine de mort est introduite avec effet rétroactif.

Ce décret qui marqua la fin de la démocratie reste en vigueur jusqu’en 1945.

La campagne électorale se déroula dans un climat d’intimidation.

Hitler fait cesser la parution de journaux qui critiquèrent le gouvernement et les rassemblements publics sont prohibés dans plusieurs localités par les autorités.

Les membres de la SA perturbent les réunions des adversaires politiques des nazis et passèrent à tabac nombre d’opposants

Cette « brutalité » de la campagne électorale est favorisée par le décret présidentiel du 4 février 1933 pour la protection du peuple allemand qui donne pleins pouvoirs au gouvernement pour interdire réunions et publications, et qui est largement utilisé par Hitler contre les communistes, les socialistes et les membres du Zentrum ; elle est également facilitée par la décision d’Hermann Göring, en tant que ministre de l’Intérieur de Prusse, de recruter 50 000 membres de la SA, de la SS et du Stahlhem comme auxiliaires de police, ce qui leur assure une totale impunité.

Une intense campagne de propagande, soutenue par un apport de fonds considérable venant des milieux industriels, est orchestrée par Joseph Goebbels.

Un de ses points culminants est le discours prononcé par Hitler au palais des sports de Berlin, le 10 février, devant une foule immense et enthousiaste, discours rediffusé à travers toute l’Allemagne par la radio.

B*L’incendie et l’incendiaire

Même la description factuelle de l’incendie est influencée par la thèse que soutiennent les auteurs qui relatent le sinistre, à savoir un acte individuel de Marinus van der Lubbe ou une mise en scène orchestrée par les nazis. Si les aveux de van der Lubbe sont repris par tous les spécialistes, leur interprétation suscita, elle aussi, de profondes divergences.

Selon Richard J. Evans, partisan de la thèse de l’acte individuel, van der Lubbe s’introduit seul dans le Reichstag vers 21 h 00 ; il tenta tout d’abord, sans succès, de bouter le feu au mobilier du restaurant avant de pénétrer dans la salle des débats, dont les tentures et les boiseries s’enflamment rapidement.

Sous l’effet de la chaleur, la coupole qui surmonte la salle explose, créant un appel d’air qui transforme le départ de feu en brasier ; pendant ce temps, van der Lubbe tente d’allumer de nouveaux foyers dans d’autres pièces du Reichstag.

Controverses : Une manœuvre des nazis

La version officielle est immédiatement contredite, au cours même du procès, par l’accusé Georgi Mikhailov Dimitrov, ce qui lui vaut une renommée mondiale, Allemagne comprise. Puis Willi Münzenberg dans son Livre brun attribue la responsabilité de l’incendie aux nazis, ayant voulu par là se créer un prétexte pour déclencher une vague de répression.

« Qui était à Berlin, le 27 février au soir, l’homme qui détenait les clés du Reichstag ?

Qui était l’homme qui  commandait la police ?

Qui était l’homme qui pouvait en activer ou en arrêter la surveillance ?

Qui était l’homme qui détenait la clé du souterrain par lequel on semble avoir pénétré ?

Cet homme, c’était à la fois le ministre de l’Intérieur de Prusse et le président du Reichstag : c’était Hermann Göring »

Pour Pierre Milza, Marinus van der Lubbe aurait été manipulé par les nazis: « Utilisant le délire pyromane d’un jeune chômeur d’origine hollandaise, Marinus van der Lubbe, qui se dit communiste, les hommes de Göring l’ont laissé allumer un petit incendie dans le palais du Reichstag, tandis qu’eux-mêmes inondaient les sous-sols d’essence. » François Delpla penche lui aussi pour une manipulation de Marinus van der Lubbe par les nazis, par le biais d’un agent infiltré dans les milieux de l’ultra-gauche, lui faisant croire que l’incendie allait créer un soulèvement populaire contre Hitler. Il reproche aux tenants de la thèse de l’incendiaire isolé de croire que l’absence de preuves de complicités prouve l’absence de complicités.

Jacques Delarue estime que l’incendie a été perpétré par un commando de membres de la SA, dirigé par Karl Ernst et Edmund Heines, à l’initiative d’ Hermann Göring.

Pour François Kersaudy, Göring n’y est pas mêlé, et seuls Goebbels et Karl Ernst ont commandité l’incendie.

D’une déclaration de Göring au général Hadler lors de laquelle il affirme que « le seul qui connaisse bien le Reichstag, c’est moi ; j’y ai mis le feu ».

En 2001, en se basant à la fois sur les circonstances matérielles de l’incendie et sur des archives de la Gestapo conservées à Moscou et accessibles aux chercheurs depuis 1990, Bahar et Kugel reprennent la thèse selon laquelle le feu a été mis au Reichstag par un groupe de SA agissant sous les ordres directs de Göring.

Un acte isolé

En 1933 un « Comité International Van der Lubbe » est créé pour défendre l’incendiaire. Selon le Comité, Marinus van der Lubbe a agi seul pour dénoncer l’arrivée au pouvoir des nazis par la voie légale. Dans cette logique, Van der Lubbe est vu comme un des premiers résistants anti-nazis, qui « affirmait à sa façon l’urgente nécessité d’une insurrection contre le fascisme meurtrier ».

*Le procès

Le procès s’ouvre le 21 septembre 1933 à Leipzig. Sur le banc des accusés figurent, outre Marinus van der Lubbe, l’ancien chef de groupe du parti communiste allemand, Ernst Torgler, et trois communistes bulgares, dont Georgi Mikhailov Dimitrov, futur secrétaire général du Komintern et futur premier ministre du gouvernement communiste bulgare. Marinus van der Lubbe innocente ses co-accusés, et répète qu’il a agi seul.

Pugnace, luttant pied à pied, tenant tête par sa rhétorique à Goebbels et à Göring à qui il fait perdre son calme, Dimitrov, qui a appris l’allemand durant les mois de prisons précédant la condamnation, fait voler en éclat la thèse officielle et transforme le procès en tribune antinazie. Marinus van der Lubbe est condamné à mort et décapité le 10 janvier 1934, les quatre autres accusés sont acquittés. Ce verdict, qui ôte toute base à la thèse officielle des nazis, ne les empêchera pas de maintenir leur interprétation.

Le 21 avril 1967, un tribunal de Berlin, à titre posthume et symbolique, transforme la condamnation à mort de van der Lubbe à huit ans de prison pour « tentative d’incendie avec effraction ». En 1980, Robert Kempner, un des procureurs américains des procès de Nuremberg, convaincu de l’innocence de Marinus van der Lubbe, obtient son acquittement, mais ce verdict est cassé un an plus tard en appel. Finalement, le 10 janvier 2008, les services du procureur fédéral allemand, jugeant la condamnation officiellement « illégale » annulent le verdict soixante-quinze ans après.

C*Néron et l’Incendie de Rome.

Origine criminelle ou accidentelle

Les sources d’information antiques sont unanimes pour admettre que l’incendie serait d’origine criminelle en insistant sur quelques particularités concernant son évolution : la vitesse de propagation, le fait qu’il se soit propagé dans toutes les directions, sans suivre la direction des vents, le fait que même des habitations de pierre aient pris feu, le fait que l’incendie ait repris, alors qu’il semblait éteint une première fois.

Évolution de l’incendie et premiers secours

Selon Tacite, l’incendie, ayant débuté près du Circus Maximus, a été alimenté par le vent et par les marchandises des boutiques et s’est étendu rapidement à l’intérieur de l’édifice. Il est ensuite remonté sur les hauteurs avoisinantes et s’est diffusé très rapidement sans rencontrer d’opposition. Les secours ont été contrariés par le grand nombre d’habitants en fuite et par les voies de circulation étroites et sinueuses.

Malgré tout, Tacite rapporte aussi que des individus auraient empêché par des menaces d’éteindre les flammes, et qu’ils les auraient même avivées, déclarant obéir à des ordres : l’historien émet l’hypothèse que ces individus étaient des pilleurs agissant pour leur compte ou obéissant à des ordres effectivement reçus.

Ces dispositions, prises selon Tacite afin d’obtenir le soutien populaire, n’auraient en définitive pas atteint leur but, n’empêchant pas une rumeur selon laquelle l’empereur se serait mis à chanter la Chute de Troie, en contemplant la violence de l’incendie visible de son palais.

Accusation et condamnation des chrétiens

Persécution des chrétiens sous Néron.

Selon l’historien, aucune de ces mesures n’arrivait à faire taire les rumeurs sur la culpabilité de l’empereur concernant l’incendie : pour ce motif, Néron aurait accusé les chrétiens, que Tacite décrit comme une secte dangereuse et illuminée. Selon l’historien, d’abord on arrêta ceux qui avouaient, ensuite sur dénonciation de ceux-ci, beaucoup auraient été condamnés, mais, fait remarquer Tacite, pas vraiment à cause du crime incendiaire, mais pour leur haine envers le genre humain

Suétone confirme que Néron avait envoyé les chrétiens au supplice et les définit comme « une nouvelle et maléfique superstition »

Les chrétiens furent probablement condamnés à mort sur la base des lois romaines qui punissaient l’homicide faisant suite à un incendie criminel et les condamnations durent être exécutées selon leur statut social : les citoyens non romains furent exposés aux bêtes féroces ou liés sur des croix en bois et revêtus de tuniques recouvertes d’une épaisse couche de poix à laquelle on mit le feu.

Tacite, qui avait moins de 10 ans lors des faits, attribue l’accusation faite aux chrétiens d’avoir provoqué l’incendie, au désir de Néron de détourner la suspicion faite sur sa personne.

Il considère que cette accusation est infondée, mais en même temps, il donne d’eux une image très négative.

Mentionnant le Christ de qui ils avaient pris le nom, « qui, sous Tibère, fut livré au supplice par le procurateur Ponce Pilate », il décrit aussi les tortures auxquelles le tyrannique empereur — comme il était présenté dans le compte rendu — soumit les accusés.

Responsabilité de Néron

La responsabilité de l’incendie fut unanimement attribuée à Néron, dont l’image qui nous a été transmise par les historiens de son époque est celle d’un tyran odieux

Suétone

L’historien Suétone dans son œuvre sur les empereurs De vita Caesarum, plus connue sous le titre Vie des douze Césars, et précisément dans la partie dédiée à Néron (Nero, 38), nous donne un bref compte rendu sur l’incendie, très hostile envers l’empereur : il l’accuse directement d’avoir brûlé la ville, parce qu’il était dégoûté par la laideur des constructions antiques et l’étroitesse des routes :

Dion Cassius

De la monumentale Histoire de Rome écrite par Dion Cassius au début du IIIe siècle, les livres qui traitent du règne de Néron nous sont parvenus sous forme d’épitomé (résumé), rédigé par le moine byzantin Jean Xiphilin au XIe siècle. Là aussi, la responsabilité de l’incendie est attribuée à Néron.

Conclusion,

J’en appelle à la conscience citoyenne, et à l’analyse des incendies actuellement au Togo, à revoir dans l’histoire de l’humanité comment deux incendies ont été allumés.

Je présente tous mes vœux de courage aux femmes et à tous ceux qui ont été touchés dans leur vie par ces incendies criminels.

Jacob ATA-AYI

 

Laisser une réponse