Quel mystères de quel président de quel pays ?

0

C’est au nom de sa filiation Gnassingbé que Gnassingbé 2 se croit être en droit de prendre de façon sanglante et terroriste les togolais en otage après que son feu père l’ait fait durant 40 ans

Nous ne perdrons pas du temps sur Jeune Afrique. C’est connu: François Soudan et ses Ben Yahmed, père et fils, sont des griots qui font vivre et prospérer leur Jeune Afrique, qui est toujours jeune depuis sa naissance en 1961, en faisant du polissage aux tyrans les plus obscurs d’Afrique dont les palais sont très souvent leur salle de rédaction. Passons!

Notre sujet c’est Gnassingbé 2 dont les deux traits caractéristiques principaux sont: se moquer des togolais et jouer sur les apparences, qui, seules comptent à ses yeux. En effet, notre homme déclare, après avoir raconté bien d’autres balivernes, dans Jeune Afrique N°2831: « A bien y regarder, on ne me reproche qu’une seule chose : ma filiation, assure Faure Gnassingbé. »

Sur ce point précisément, il ne faut pas avoir peur et tenter de se cacher sous des phrases alambiquées du type : « Ce n’est pas une affaire de personne ». En ce qui nous concerne, très clairement oui, nous faisons partie de ceux qui reprochent à Gnassingbé 2 sa filiation. Il faut l’assumer. Car, sans cette filiation, il ne serait pas là où il est actuellement. C’est au nom de sa filiation Gnassingbé que Gnassingbé 2 se croit être en droit de prendre de façon sanglante et terroriste les togolais en otage après que son feu père l’ait fait durant 40 ans. C’est au nom de sa filiation que Gnassingbé 2 se pense en successeur dynastique qui n’a que faire de ce que les africains du Togo pensent, sentent, vivent, disent, veulent et décident.

Mais, il n’y a pas que cela que nous lui reprochons. Gnassingbé 2 fait partie de cette « élite » africaine, continuatrice de l’entreprise de démolition de la société africaine entamée par les razzias négrières et la colonisation directe qui en est la suite logique. Dans le but de perpétuer le rôle assigné aux territoires d’Afrique dans l’économie mondialisée, Gnassingbé 2, continuateur de l’œuvre de son père, est pourvu d’une d’une mafia locale, portée par des raclures du type Charles Debbasch, alias Koffi Souza et imbibée de la pensée capitaliste/socialiste ou communiste (I?) adossée à une armée-milice dont le métier est de réprimer toute contestation de cet ordre cannibale ne pouvant survivre qu’en travaillant de toutes ses forces pour que l’Extraversion de toutes les ressources soit la règle de base de cette société qui, d’ailleurs, n’en est plus. Ainsi, Gnassingbé 1er + Gnassingbé 2, c’est : 50 ans au pouvoir au Togo, au moins 50.000 morts directs par violences militaro-policières, Assassinat de Sylvanus Olympio puis retour du Togo dans les escarcelles de la France, au moins 1.000.000 de togolais tués de diverses manières (crimes économiques, maintien du Franc CFA, coopération-suicide, absence d’infrastructures de base de santé, absence d’eau, délabrement mental collectif savamment entretenu…). Tortures + Maintien des frontières coloniales + Ecole coloniale + Maintien et promotion de l’agriculture coloniale + braquages électoraux incessants + Opposition et populations soumises à un terrorisme permanent + Sabotage de la culture africaine.

13 avril 2015
KPOGLI Komla
MOLTRA (http://lajuda.blogspot.com/
 

Laisser une réponse