Que gagne le Togo « animiste » toutes les fois que Faure va au Vatican ?

0

Il y a un mystère Faure. Une bible sur sa table de travail pour impressionner le premier étranger. Une horde de marabouts de féticheurs et d’occultistes comme éléments de tour de garde de son pouvoir et qui opère dans l’anonymat le plus total. Enfin des prêtres du Vatican pour tenir son pouvoir avec le pouvoir financier qu’il a laissé dans les banques Vaticanes. Pour cette fortune volée aux Togolais qui nous tape au visage et que ; seuls les hommes en soutanes de la place Saint-Pierre détiennent le secret du montant, il nous est impossible de fermer les yeux. En huit ans de pouvoir, l’enfant de Sabine est allé plus de dix fois en Italie. Un record ! Et toutes les fois, le peuple est appelé à regarder ailleurs quand il saute dans le premier avion payé curieusement par le contribuable. Alors que, le pays ne tient que sur un fil avec les manifestations et les revendications salariales, le prince a  plutôt ses préoccupations. Son journal de propagande www.republicoftogo.com peut  titrer : « Habemus papam : Faure au Vatican ». Quand on est Togolais, on a envi de s’arracher les cheveux !  Pour dire vrai, Faure a raison et apprend bien. Tout ce que son papa défunt le lui a appris, est que le pouvoir, leur pouvoir depuis bientôt cinquante ans, ne se trouve pas à l’intérieur mais bien à l’extérieur. Tant pis pour l’opposition qui semble ne l’avoir  pas encore compris ! Mieux, toutes les élections togolaises ont toujours besoin de l’onction de la France afin de prendre forme. Autour de Faure comme de son parti, tous les vieux crocodiles comme les jeunes caïmans le savent.

Le Lynx dans son travail d’information est allé dans les gargotes du Livre Foccart parle de Jacques Foccart. Livre dans lequel, le néophyte qui a mis toute l’Afrique francophone à genoux donne un raccourci saisissant sur les dispositions du dictateur Eyadema et père de Faure vis à vis de son pouvoir : « Ecoutez, si la France ne veut plus de moi, vous n’aurez qu’à me le dire. Je partirai tout de suite ». Où se trouve alors la volonté du peuple togolais de choisir librement ses dirigeants ? For de cette stratégie gagnante depuis cinquante ans, Gnassingbé père comme fils n’ont jamais manqués un rendez-vous où ils peuvent se frotter avec les grands de ce monde. Sinon, on ne peut comprendre, comment Faure qui dirige un pays composé à plus de 55 % d’animistes puisse être au garde à vous toutes les fois que les prêtres du Vatican doivent passer en revue ! Pis, de confession protestante puisque feu Gnassingbé était protestant mais adorait les fétiches, on se demande ce que le prince a bien de secret avec ces braves mercantiles en soutanes tapis au Vatican. Faut-il encore faire lire ces propos de Calvi, ex-banquier de Dieu une fois en déphasage avec le Vatican pour les plus naïfs au Togo : « […] Vatican et Souverain Pontife s’écrouleront si je révèle la vérité sur les sociétés fantômes ». À sa fille Anna, le banquier du Vatican confie : « Je ruinerai le Vatican, les politiciens et tous les autres…». Le soir même où il prononce ces mots, la mafia de concert avec le Vatican mettent fin à sa vie.  Quand on sait que, c’est au milieu de cette faune aux mafieux que Gnassingbé père aurait laissé les milliards volés aux Togolais, il y a de quoi voir son fils Faure se mettre sur ses deux pieds même quand son peuple à  d’autres chats à fouetter. Vous avez dit voyage de Faure au Vatican ? Alors, que gagne le Togo « animiste» quand son président y va pour la foire papale ?

Camus Ali Lynx.info

 

Laisser une réponse