Dr. David Ekoude IHOU, la Jeunesse Pionnière Agricole (JPA) et l’Auberge Bethnia vous disent quelque chose?

0

« Agɔbaya me ƒo na nu gbalo o. Ya sese yé do na nu ƒo na agɔbaya ». La palme du rônier ne se fait pas entendre si elle n’est pas inutilement agitée par un vent. (Proverbe Eʋe)

 Il y a parfois (ou souvent) des écrits digressifs et indigestes émanant de piètres opportunistes intellectuellement médiocres et négligeables qui ne méritent pas qu’on leur accorde en principe une réplique quelconque.

Mais une réplique devient nécessaire lorsque ces piteux aveugles avérés tentent toujours de se faire passer maladroitement pour des éclaireurs clairvoyants qui viennent polluer inutilement le débat public sur les questions très cruciales concernant la vie nationale en y déversant régulièrement des débilités discursives dégoûtantes.

Et cette réplique nécessaire doit  pouvoir enseigner à ces minables opportunistes fanfarons que les Sciences de la Communication et de l’Information interdisent rigoureusement le dilatoire, la redondance, les propos confus et ambigus, le manque d’à propos et surtout la tentative maladroite de reproduire les idées d’une tierce personne sans prendre soin de souligner que ces idées ne sont pas personnelles mais émanent de cette tierce personne.

Le torchon indigeste publié par le sieur IHOU dans les colonnes du Journal en ligne www.lynxtogo.info à la date du 10 mars 2013 tel qu’il est cité en [2] mérite à cet égard une réplique pour recadrer l’auteur tant pour la forme que pour le fond afin de relever le débat citoyen.

Ce recadrage citoyen nécessaire du loufoque médecin-politicien-espion David Ekoude IHOU s’inscrit parfaitement dans la même logique citoyenne que celle précédemment exprimée par le jeune Ecrivain Togolais David KPELLY à travers une réplique similaire adressée au médecin-politicien-espion fanfaron [3].

Car il est important d’attirer de plus en plus l’attention des Togolaises et des Togolais sur le fait que les soubresauts connus par le Peuple Togolais dans ses efforts d’édification d’un véritable Etat de Droit, dans ses efforts de mise en place de solides Institutions républicaines et les entraves qu’il connait sur la voie de l’émergence d’une véritable culture démocratique ne proviennent pas exclusivement de l’obstination du violent régime totalitaire et rétrograde incarné par Feu Eyadema GNASSINGBE et par son minable rejeton Faure Essozimna Kodzo GNASSINGBE.

Ces écueils proviennent aussi en grande partie d’un certain état d’esprit vicié qu’il convient de qualifier de „Togolaiserie“: il s’agit d’un mélange indécent du Mensonge délibéré érigé en modus vivendi même au grand mépris de sa propre Réputation et de la Vie des autres, du Plagiat grossier, du Travestissement intentionnel des faits comme moyen pour atteindre des fins personnelles de façon égoïste, de l’apologie dégoûtante de la Médiocrité dans tous les domaines au détriment de la recherche  de l’Excellence, de la Vénalité ambiante …

Sur la forme du texte insipide accouché par le politicien et médecin-espion sieur IHOU.

La propension habituelle du „célébrissime“ médecin-politicien-espion auto-proclamé David Ekoude IHOU de bourrer maladroitement ses écrits dillettants d’une rare médiocrité avec des chiffres astronomiques bombastiques et avec des calculs arithmétiques insipides relève d’une grave méconnaissance des notions élémentaires des Sciences de la Communation, surtout lorsque celles-ci doivent s’appliquer avec circonspection et dextérité à des domaines très sensibles tels que la réalité politique, économique ou sécuritaire.

En effet, la manoeuvre communicative habituellement connue sous l’appellation de la Technique des Chiffres astronomiques en Sciences de la Communication comme le lecteur peut en avoir une brève idée dans l’article cité en [4] consiste à jouer à la fois sur la crédulité supposée de l’auditoire (ou des lecteurs) et sur le manque réel de temps matériel (ou de volonté active) pour cet auditoire à aller vérifier la fiabilité et la crédibilité des faits allégués à travers ces chiffres astronomiques afin de pouvoir contredire valablement l’orateur (ou l’auteur).

Un fait très frappant dans le texte décousu du sieur IHOU comme à l’accoutumée est sa prétention  à peine voilée de lui accorder une „démarche scientifique“ à travers des chiffres, des calculs et des pourcentages.

 L’auteur débute son texte confus avec une allégation douteuse sur une prétendue „étude“ réalisée réalisée sur la Population rurale de 50 villages dans la Préfecture d’Amou au Sud-ouest du Togo.

Il affirme qu’en moyenne 71% de cette population-cible dans cette localité rurale aurait plus de 60 ans (ce qui semble vraiment être une gageure quand on sait que l’espérance de vie au Togo s’élève en général à 58 ans au maximum selon les données démographiques récentes publiées par la CIA World Factbook entre 2008 et 2011).

Il poursuit que les „jeunes bras valides“ (sic!) s’adonnant aux activités agricoles représenteraient 12% et que 20% des jeunes qui „ne font rien“ (sic!) vivraient essentiellement aux dépens de leur mère.

Une première question pertinente que tout lecteur attentif et avisé peut légitimement adresser à l’ancien ministron médiocre de la Population ayant servi dans le „Gouvernement de Transition“ de Maitre Joseph Kokou KOFFIGOH est de savoir pourquoi cette prétendue „étude“ est totalement muette sur l’Effectif total des habitants de  ces 50 villages de la Préfecture d’Amou à partir duquel „son“ étude hypothétique a calculé tous ces pourcentages fantastiques!

La prétendue „étude“ de l’ancien ministron de la „Transition“ chaotique togolaise ne dit rien non plus sur le cadre théorique et méthodologique qui lui est assigné, sur les hypothèses de départ et encore moins sur la finalité poursuivie!

Elle ne dit rien sur l’Organisme ou l’Institution crédible l’ayant menée!

Elle ne dit même rien sur sa nature intrinsèque, c’est-à-dire sur le domaine de recherche scientifique qui lui es attribué!

Sagit-il d’une enquête démographique géographiquement limitée?

S’agit-il d’une étude socio-économique de terrain?

S’agit-il d’une quelconque enquête sociologique exclusivement axée sur la Préfecture d’Amou?

Et pourquoi une telle „étude“ n’a porté que sur la Préfecture d’Amou et non pas sur d’autres Préfectures et encore moins sur l’ensemble des Préfectures du Togo?

Deuxièmement, la prétendue „étude très élaborée“ de l’ancien ministron David Ekoude IHOU qui ne fournit ni Carte illustrative de la localité et encore mois un Tableau récapitulatif ou comparatif des données, comme cela se doit pour ces genres de Travaux, est curieusement muette aussi sur la répartition de cette Population rurale  selon les Sexes!

L’ancien ministron de la Population sous Maitre Koffigoh peut-il expliquer davantage à ses lecteurs quel est l’Effectif des Femmes au sein de cette Population rurale ayant fait l’objet de sa fameuse „étude“?

Peut-il expliquer davantage si les prétendus 12% de cette Population rurale représentant les „bras valides“ selon sa propre expression sont équitablement répartis entre jeunes hommes et jeunes femmes ou y-a-t-il une répartition inégale qui ne manquera pas d’avoir indubitablement des incidences importantes sur d’autres domaines d’activités tels que la gestion du menage en termes de Temps et en termes de Charges ainsi que sur la répartition des revenus selon qu’il s’agit de foyers familiaux vivant en couple, en célibat ou ayant ou non des enfants à charge?

On comprend donc aisément que le torchon indigeste du médecin-politicien-espion douteux David Ekoude IHOU affichant de telles carences flagrantes pourrait être difficilement considéré comme étant le résultat d’une quelconque „étude“, mais est plutôt un ramassis d’élucubrations décousues dignes d’un déréglé mental.

La troisième et dernière remarque sur la forme du texte concerne le style inutilement „magistral“ et condescendant adopté par l’auteur pour proposer au grand public son torchon sans grande valeur.

En effet, le médecin-politicien-espion autoproclamé déclare tout de go ce qui suit au début de son texte insipide sous forme de nota bene: „Cette réflexion est destinée aux tenants du pouvoir actuel et à tous les prétendants au pouvoir … “

L’énigmatique médecin-politicien-espion qui prétend vouloir transférer sa „précieuse“ expérience hollandaise aux Acteurs politiques togolais et aux jeunes Togolais ruraux est censé savoir qu’une étude sérieuse s’impose indiscutablement à tout le monde en raison de sa haute qualité scientifique unanimement approuvée, sans qu’elle ne ssoit exclusivement adressée à une catégorie spécifique de concitoyens!

Il est également censé savoir qu’on ne donne pas à boire à quelqu’un qui ne clame pas sa soif!

Il est aussi censé savoir que les exemples de résultats concrets sont beaucoup plus convaincants que les litanies soporifiques de fumeuses théories!

Il est censé savoir que sa prétendue „expertise“ tant vantée en Politique agro-foncière aurait été beaucoup plus probante et beaucoup plus convaincante s’il présentait plutôt au grand Public les résultats satisfaisants de la mise en oeuvre de cette „expertise“ sur sa propre ferme agro-pastorale!

Il est censé savoir que de nombreux Cadres bien instruits et bien intelligents vivant à Lomé, dans d’autres villes du Togo ou dans la Diaspora Togolaise à travers le monde donnent plutôt concrètement le bon exemple dans leur région natale depuis belle lurette à travers leurs propres fermes agricoles privées assez prospères, sans faire tout le tintamarre démagogique et dégoûtant qu’il adore tant!

Et le fond du texte produit par le sieur Ihou n’est qu’un „vieux plat“ maladroitement rechauffé aussi!

Le brouillon torchon du médecin-politicien-espion n’aurait pas irrité plus d’un si les insuffisances se limitaient seulement aux péchés véniels de forme liés à sa méconnaissance regrettable des notions élementaires en matière de Communication politique, sans compromettre les idées de fond qu’il cherche à faire passer à travers son texte.

Ces insuffisances gravissimes liées au fond sont véhiculées par trois graves Tares qui émaillent le texte et qui relèvent de la pure démagogie politicienne.

Ces trois graves Tares souvent trainées par tout démagogue politique médiocre sont habituellement l’Amnésie intellectuelle vis-à-vis de l’histoire politique, le Révisionnisme insidieux vis-à-vis des événements politiques et la Récupération hâtive des idées politiques et des initiatives socio-économiques provenant des autres.

Et c’est d’ailleurs ce que le sieur David Ekoude IHOU a toujours démontré malheureusement depuis qu’il s’est fait connaitre publiquement sur la scène politique togolaise dès les années 1990 à travers des contorsions contre-nature et des machinations alimentaires juste pour se positionner à des postes de responsabilité se situant largement au-delà de ses compétences sociales, de ses qualifications professionnelles et de ses prédispositions cognitives.

Comment peut-il d’ailleurs en être autrement pour ce rejeton de l’ancien chefion du village de Temedja connu pour son opportunisme déconcertant au temps de la lutte héroïque contre l’oppresseur colonial français et durant la période turbulente ayant suivi le départ du colon français?

N’est-il pas connu que ce chefion du village de Temedja jadis connu pour sa ferveur nationaliste contagieuse dans les rangs du CUT de feu Sylvanus Olympio, est subitement devenu un vulgaire lèche-bottes du régime fantoche de Nicolas Grunitzky brutalement imposé par la junte des militaires désoeuvrés réunis autour d’un certain Etienne Eyadéma?

N’est-il pas connu que ce géniteur opportuniste du médecin-politicien-espion opportuniste fait partie de ces individus falots de l’Amou qui avaient privilegié l’implantation d’un camp militaire à Temedja entre 1972 et 1974, en lieu et place du projet d’implantation d’une Ferme-pilote agricole pour la Jeunesse Pionnière Agricole initialement conçue par Feu Sylvanus Olympio?

N’est-il pas connu que ce chefion villageois opportuniste ayant enfanté le médecin-politicien-espion opportuniste du village de Temedja fait partie de ceux-là même qui conseillèrent Nicolas Grunizky de prendre un décret présidentiel déjà en Février 1964 pour phagocyter politiquement le Programme politique de la Jeunesse Pionnière Agricole (JPA) jadis initié par Feu Sylvanus Olympio dès 1958 et de galvauder ainsi tout le projet de Développement rural que cela incarnait? [5]

On peut donc remarquer objectivement que le médecin-politicien-espion a été nourri depuis le salon paternel de Temedja au petit lait de l’opportunisme politicien de bas étage et de la démagogie infuse dès son enfance.

Et on peut aisément comprendre que les fonctions imaginaires de „Consultant en Géopolitique et en Stratégie sécuritaire“ (sic!) dont s’affuble grossièrement ce politicien villageois de Temedja depuis quelques temps ne sont que l’illustration évidente de ces sordides contorsions et machinations alimentaires constituant le socle même de sa personnalité.

Le triste constat que tout lecteur avisé peut faire sur la Thématique centrale du texte proposé par le sieur IHOU est que ce dernier fait semblant de proposer des idées novatrices pour la définition d’une Politique générale sérieuse en faveur du Développement rural au Togo en donnant faussement l’impression d’avoir fait une trouvaille ingénieuse et inédite.

L’amère vérité révèle pourtant qu’il ne s’agit que d’un Re-make maladroit du vieux Programme politique togolais baptisé „Jeunesse Pionnière Agricole“ (JPA) et initié par Feu Sylvanus Olympio dès 1958/1959, maladroitement phagocyté par l’éphémère régime moribond de Feu Nicolas Grunitzky dès Février 1964 pour être finalement implémenté plus tard de façon bâclée, inadéquate et chaotique par le violent régime d’Etienne Eyadéma Gnassingbé sous le label de la prétendue „Révolution verte“ (sic!).

En effet, l’une des grandes priorités  du régime très éphémère de Feu Sylvanus Olympio dès 1958 était le Développement du Monde Rural.

Un tel Développement ne consistait pas uniquement selon lui et son équipe en une production abondante de denrées et autres biens destinés à la consommation locale et à l’exportation.

Il prévoyait aussi (et surtout) le Développement humain et l’implantation des Infrastructures de base.

Le Développement humain couvre entre autres la gestion judicieuse de l’évolution démographique, la gestion judicieuse du flux migratoire, les productions intellectuelles et culturelles, les activités socio-educatives et sportives, la gestion judicieuse des ressources et moyens de production tels que les terres, les ressources hydrauliques, fauniques, forestières, maritimes et halieutiques …

L’implantation des Infrastructures de base concerne essentiellement l’aménagement approprié d’un habitat décent (tant en milieu rural qu’en milieu urbain), les routes, les postes et télécommunications, les établissements scolaires, les infrastructures commerciales et financières …

C’est dans le cadre de l’implantation de ces Infrastructures de base par l’Etat Togolais au profit du Monde rural Togolais que le régime très éphémère de Feu Sylvanus Olympio a brillamment réussi à créer rapidement sur toute l’étendue du Territoire Togolais la toute première et unique Banque prioritairement destinée au Monde Rural et baptisée „Caisse Nationale de Crédit Agricole“ (CNCA).

Et les Togolais d’un certain âge se rappellent amèrement encore aujourd’hui comment le violent tyran analphabète Etienne Eyadéma Gnassingbé, activement aidé dans son oeuvre diabolique de destruction et de prédation par de funestes individus de la trempe des sieurs Nyemenya, Donou et Amefia, ont systématiquement pillé plus tard cette Banque agricole jadis très florissante dès sa création vers la fin des années 1950 jusqu’au début des années 1970 …

Comme on peut honnêtement le constater, le Développement rural pour Feu Sylvanus Olympio et son équipe ne consistait pas simplement en ravitaillement alimentaire des villes par les campagnes et en l’entretien superficiel des pistes rurales, comme son débile rejeton indigne et inculte Gilchrist Olympio a eu à le claironner tout bêtement et sans vergogne sur les ondes de Radio France Internationale [6].

Le Développement rural pour Feu Sylvanus Olympio était plutôt tout un Programme politique cohérent englobant entre autres la Jeunesse et la Coopération internationale.

Et c’est justement dans le cadre d’un appui multiforme à la Jeunesse en milieu rural que le volet dénommé „Jeunesse Pionnière Agricole“ (JPA) a été initié et implémenté dès 1958 avant de  connaitre plus tard des soubresauts suite à l’assassinat crapuleux perpétré le 13 Janvier 1963.

Le volet „Jeunesse Pionnière Agricole“ (JPA) comportait la Formation de base des jeunes Producteurs agricoles, l’Aménagement de leur cadre de vie, leur Implantation ou Réinsertion harmonieuse dans ce cadre de vie ainsi que leur Epanouissement harmonieux dans ce cadre de vie.

La Formation de base pour la „Jeunesse Pionnière Agricole“ se déroulait dès 1959 dans des Fermes-pilotes à l’instar de ce qui a été créé à Glidji (Préfecture des Lacs) et à l’instar de ce qui était prévu pour l’emplacement de l’actuelle Garnison de Témédja (l’actuel 3e Régiment Inter-Armes des Forces Armées Togolaises), fief du loufoque médecin-politicien-espion David Ekoude IHOU dont le géniteur opportuniste a contribué indirectement plus tard à l’affection de ce site très fertile pour la construction de cette Garnison militaire économiquement improductive au lieu d’une infrastructure de Développement rural …

L’Aménagment du cadre de vie des jeunes Producteurs agricoles après la Formation de base avait entrevu la conception et l’implantation de Fermes agricoles semi-autonomes axées sur le modèle des Kibboutz israéliens et regroupées en ce qui était dénommé „Pôle de Production“.

Cette Formation de base ainsi que l’Implantation des Producteurs agricoles dans les différents Pôles de Production commençaient à bénéficier de l’encadrement technique de Coopérants allemands et israéliens.

C’est ainsi que la Coopération technique germano-togolaise à travers l’Organisme allemand dénommé „GTZ“ a permis la mise en place d’une Ferme agricole expérimentale baptisée CREAT à Agu Avétonu dans la vallée du Mont Agu qui constituait (et constitue jusqu’aujourd’hui) un Pôle de Production. [7]

C’est également pour cette raison que la coopération israélo-togolaise a débloqué dès les années 1960/1961 des fonds très importants pour l’implantation de ces Fermes agricoles semi-autonomes axées sur le modèle israélien.

Et c’est une bonne partie de ces fonds israéliens qui a servi à acquérir de vastes domaines fonciers entre Agu Avétonu et Glekope dans la Préfecture d’Agu en vue d’abriter plus tard la Ferme agricole semi-autonome dénommée „Bethania“ située à 90 kilomètres au nord-ouest de Lomé sur l’axe routier Lomé-Kpalimé.

Il est peut-être important de souligner donc au passage que la structure d’organisation et de gestion de la Ferme agricole semi-autonome „Bethania“ parfaitement axée sur le modèle d’un Kibboutz israélien est le fruit de la Coopération israélo-togolaise remontant au Gouvernement de Feu Sylvanus Olympio.

Le fait curieux et insolite que cette Ferme agricole d’Etat (!) soit subitement devenue la „propriété privée“ d’un ancien Ministre des Affaires étrangères (aujourd’hui décédé) s’explique simplement par la Cleptomanie incurable des véreux politiciens opportunistes de la trempe du loufoque médecin-politicien-espion de Temedja.

En effet, cet ancien Ministre des Affaires étrangères qui a fait partie des tout premiers compagnons politiques gloutons et antipatriotiques du violent tyran Etienne Eyadéma Gnassingbé à sa prise définitive du pouvoir suite à son deuxième coup d’Etat en Janvier 1967 a subitement tourné le dos à la Politique au milieu des années 1970 en se convertissant hypocritement en prédicateur chrétien. Mais la vraie motivation cachée de son départ volontaire de la scène politique est le détournement frauduleux de cet important Patrimoine d’Etat (!) à son propre profit personnel, suite à la rupture subite et inattendue des relations diplomatiques entre Israël et le Togo après la Guerre israélo-arabe des Six Jours. [8]

Il est peut-être important de préciser ici que le départ forcé des Coopérants israéliens dès les années 1967/1968 a été rapidement compensé dès les années 1970/1971 par la naissance de la Coopération multiforme entre le Togo sous le régime militaire d’Etienne Eyadéma Gnassingbé et la République Arabe Libyenne sous le régime militaire de Feu Mouammar Khadafi.

Quelques réalisations concrètes de ce rapprochement entre les deux régimes militaires au milieu des années 1970 sont entre autres la création d’une ferme avicole dénommée SATAL à Bagbé (village situé à 40 kilomètres environ au nord-ouest de Lomé dans la Préfecture de l’Avé sur l’axe routier Lomé-Kpalimé) et l’implantation au Togo de la Banque libyenne pour le commerce extérieur …

C’était donc dans le cadre de cette coopération entre la Libye sous Kadhafi et le Togo sous Etienne Eyadéma Gnassingbé que l’idée hâtive de la prétendue „Révolution verte“ (sans doute empruntée à la Libye de Kadhafi)  vit le jour au Togo dans les années 1970.

Et c’est dans ce contexte de confusion hallucinante mêlée d’euphorie inhibitrice que des marchands d’illusion fanfarons et falots de la trempe d’Edouard Edem Kodzovi Kodjo et de feu Michel Yao Kunale Eklo conseillèrent le violent tyran analphabète Etienne Eyadéma Gnassingbé fraichement arrivé au pouvoir de greffer l’idée confuse de „Révolution verte“ (sic!)  sur le Programme de Développement rural initialement conçu par le régime de Feu Sylvanus Olympio mais profondément travesti et vidé de sa substance dès 1964 par le régime fantoche et éphémère de Nicolas Grunitzky et plus tard par le violent régime totalitaire d’Etienne Eyadéma Gnassingbé dès 1967!

On assista alors au renforcement des structures administratives étatiques très lourdes et très budgétivores telles que la DRDR (Direction Régionale du Développement Rural) et la SORAD  (Société Régionale d’Aménagement et de Développement) créées dès 1966/1967 dans chaque Région administrative et chargées d’encadrer et de viabiliser les Pôles de Production agricole dans chaque Région administrative. [9]

Mais les idéologues RPiTeux totalement écervelés avaient oublié que les Pôles de Production agricole sans la création préalable des Fermes agricoles semi-autonomes avec l’appui de l’Etat ne peuvent être que des coquilles vides!

On renonça à l’idée même de création de ces Fermes agricoles semi-autonomes en retournant aux exploitations individuelles traditionnelles et on songea même à travers les structures étatiques telles que la DRDR et la SORAD de mécaniser ces exploitations individuelles de taille relativement modeste à travers la location de tracteurs, de boeufs de trait et de charrues à ces producteurs individuels au revenu très modeste.

On improvisa même un programme bancal de fourniture d’intrants et de semences à ces producteurs individuels qui seront financièrement asphyxiés plus tard par le coût exhorbitant de ces intrants!

On essaya d’inciter maladroitement les Producteurs agricoles à la Monoculture extensive à l’instar de la Riziculture irriguée dans la vallée du fleuve Zio à Mission-Tové  et dans ses environs. [10]

Le comble, c’est la priorité excessive accordée à la Monoculture extensive des produits de rente destinés à l’exportation (tels que le café, le cacao, le coton, l’huile de palme, etc.) au détriment de la Culture intensive mixte des produits vivriers destinés à la consommation locale. [11]

On comprend aisément de tout ce qui précède que les problèmes cruciaux liés au Développement rural du TOGO ne proviennent pas principalement d’une supposée oisiveté délibérée de la Population rurale comme le médiocre médecin-politicien-espion de Temedja David Ekoude IHOU veut le faire croire fallacieusement à travers son torchon indigeste du 10 Mars 2013 publié sur www.lynxtogo.info

Ils proviennent essentiellement du grave dévoiement du Programme politique de Développement rural harmonieux initialement conçu par Feu Sylvanus Olympio et gravement saboté par les régimes subséquents de Nicolas Grunitzky et Etienne Eyadéma Gnassingbé!

Ils proviennent essentiellement de l’incapacité pathologique d’une nomenclatura parasite hâtivement  formée dans les universités et grandes écoles occidentales en qualité de nouvelle cheville ouvrière nègre pour la paupérisation neo-impérialiste occidentale et ayant cyniquement cautionné le régime politique incompétent et mort-né du tyran démoniaque Etienne Eyadéma Gnassingbé! [12]

Ils proviennent essentiellement du gaspillage imbécile des Ressources humaines et financières colossales servilement dilapidées de 1973 à 2005 (soit la durée de vie de toute une génération!) à travers ce qui était pompeusement dénommé „Animation politique“ mais qui n’était rien d’autre qu’une Débauche de masse doublée d’un encouragement à l’oisiveté, au grand détriment de la Jeunesse Togolaise et au seul profit du tyran démoniaque Etienne Eyadema Gnassingbé et de sa mafia!

Quand le médiocre Dermatologue démagogue David Ekoude IHOU miraculeusement reconverti en „Consultant en Géopolitique et en Stratégie sécuritaire“ (sic!) aura logiquement démontré aux Togolaises et aux Togolais conscients et clairvoyants que le marasme de l’Agroéconomie Togolaise ne provient pas prioritairement de ces graves manquements décrits ci-dessus, il pourra alors continuer d’accuser gratuitement une Population rurale qui est déjà suffisamment saignée à blanc et profondément tétanisée par la propension prédatrice d’un régime mafieux et de ses suppôts cyniques et incultes qui tentent maladroitement de faire croire que le Monde Rural Togolais serait responsable de ses propres malheurs.

Le sieur David Ekoude IHOU gagnerait en Probité intellectuelle, en bon Aloi et en bonne Renommée quand il aura compris qu’il ne sert à rien de vouloir toujours tordre le coup à la Vérité historique.

Il gagnerait également en Probité intellectuelle, en bon Aloi et en bonne Renommée quand il aura compris enfin qu’un Être Humain normal ne vit pas seulement pour son ventre, mais aussi pour de nobles Valeurs éthiques et sociales.

Baden (SUISSE), le 19 Mars 2013.

Notes et Réfrences.

[1] Contacts:


PYRAMID OF YEWE

CH-5400 Baden (SUISSE)

Téléphone: +41′ (0)78′ 754′ 57′ 86

E-Mail: [email protected]

[2] Lire l’article en question sous le lien http://www.lynxtogo.info/links/oeil-du-lynx/3707-togo-faire-revivre-nos-campagnes-une-des-cles-du-developpement-.html

[3] Lire l’article de David KPELLY intitulé „Le cynisme vous va si bien, cher Docteur“ et publié le 8 Janvier 2013 sur www.togocity.com sous le lien  http://www.togocity.com/spip.php?article7788

[4] Lire à ce sujet K. Kofi FOLIKPO: Bourdes médiatiques en Communication politique: Analyse psycholinguistique et communicative des Non-dits et des Mi-dits inquiétants de Gilchrist OLYMPIO et d’autres Acteurs politiques togolais. (publié le 11 novembre 2009 sur www.togocity.com sous le lien http://www.togocity.com/spip.php?article4304 )

[5] Lire à ce sujet le Decret No. 64/34 du 24 février 1964 portant création du Mouvement de la Jeunesse Pionnière agricole, MJPA sous le lien  http://legitogo.gouv.tg/annee_txt/1964/Pages%20from%20jo_1964-249-h.pdf

[6] Se référer à cet effet à l’interview accordée par Gilchrist Olympio aux Journalistes de Radio France Internationale (RFI) à la date du 15 Octobre 2009 et à ma propre Publication consacrée à cette interview et citée plus haut sous le lien  http://www.togocity.com/spip.php?article4304 .

[7] Le sigle allemand GTZ signifie „Gesellschaft für technische Zusammenarbeit“ et se traduit par Société [allemande]pour la Coopération technique. Le sigle CREAT signifie pour sa part Centre de Recherche en Elevage, en Agriculture et sur la Trypanosomiase.

[8] La Guerre des Six Jours a opposé du 5 au 10 Juin 1967 Israël et trois pays arabes (Egypte, Jordanie et Syrie qui sont soutenus par d’autres pays), comme conséqunce du long conflit opposant les pays arabes et Israël dès sa création en 1948. Plusieurs pays africains (dont le Togo) ont rompu leurs relations diplomatiques avec Israël à la suite de ce conflit en guise de solidarité avec l’Egypte (Membre de l’Organisation de l’Unité Africaine) et avec les pays arabes. Les projets de coopération entre Israël et le Togo ont dû être suspendus et les fonds déjà débloqués au profit de l’Etat Togolais pouvaient être donc facilement détournés par des Ministres et Hauts Fonctionnaires cleptomanes et sans scrupules.

[9] Lire à ce sujet: Emile LE BRIS: Une politique de développement rural dans le Sud-est du Togo: „L’opération régénération des terres de barre“. In: Cahiers de l’O.R.S.T.O.M. Série Sciences Humaines, volume XIV, numéro 2, 1977, pages 171 – 198.

[10] Lire à ce sujet: Tchegnon ABOTCHI: Riziculture irriguée et mutations socio-économiques dans la basse vallée du Zio (Sud-Togo). In: Revue du CAMES. Nouvelle série B, volume 007, Numéro 2-2006 (2e Trimestre).

[11] Lire à ce sujet: K. Kofi FOLIKPO: Agroéconomie des cultures vivrières au TOGO. Le cas du manioc et du maïs. (Publié le 7 Février 2007 sur www.togocity.com sous le lien http://www.togocity.com/spip.php?article1838 )

[12] Le pseudo-intellectuel arrogant Edouard Edem Kodzovi Kodjo qui fut la tête pensante pour la création du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT) déclara lors du diner de gala organisé à Kpalimé le 30 Août 1969 à l’occasion de la création de ce parti de malheurs, je cite: „C’est nous qui sommes aujourd’hui vos Yovos!“

Cette boutade apparemment anodine traduit à elle seule la mentalité typiquement néocoloniale du nègre aliéné prêt à singer servilement le blanc en tout, même jusque dans ses travers les plus abjects et dans sa cruauté la plus ignoble …

On peut alors comprendre aujourd’hui pourquoi les pays africains postcoloniaux n’ont pas pu sortir de l’ornière si ce sont des individus de cet acabit qui s’auto-proclamèrent subitement „Panafricanistes“ pour agir à travers des organisations moribondes telles que l’O.U.A.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser une réponse