Procès de Gbagbo. Amnesty International : «La CPI joue sa crédibilité»

0

«Un monde de plus en plus dangereux pour les réfugiés et les migrants». C’est l’intitulé du rapport 2013 qui a été présenté par la présidente d’Amnesty International section Côte d’Ivoire depuis avril 2013, Nathalie Kouakou et l’ancien président (1997-2000) Maitre Louis Mettan.

Les conférenciers ont tiré la sonnette d’alarme sur la situation des migrants. Selon leurs données, ce sont 241 millions de migrants dans le monde dont les droits fondamentaux d’un grand nombre ne sont pas protégés. Nathalie Kouakou n’a pas préféré s’attarder sur les violations graves des droits de l’homme notamment les arrestations et détentions arbitraires, les enlèvements et séquestrations, les actes de tortures inhumains et dégradants ainsi que les morts en détentions, estimant que ces cas ont été assez éloquemment développés et dénoncés dans le rapport d’Amnesty International publié le 27 février dernier.

Elle a notamment insisté dans sa présentation sur les questions relatives à la situation des réfugiés et déplacés estimés à environ 160 000 à la fin de l’année 2012, à l’insécurité et aux violations des droits de l’homme dans l’ouest du pays avec la traque par les FRCI et dozos des pro-Gbagbo ou supposés tels, de la mise en coupe réglée de la liberté d’expression avec la suspension en septembre 2012 de l’ensemble des journaux pro-Gbagbo (six au total) par le Conseil national de la presse (Cnp), du processus de réconciliation conduit par la Cdvr qui semble avoir pris du plomb dans l’aile, des procédures engagées contre les proches embastillés de Gbagbo, de l’impunité dont jouissent les pro-Ouattara soupçonnés de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité et de l’action de la Cour pénale internationale (CPI) en Côte d’Ivoire .

La crédibilité de la CPI

A ce sujet, a estimé l’ancien président d’Amnesty International section Côte d’Ivoire, la CPI joue sa notoriété dans l’affaire Gbagbo contre le procureur à la Haye. «Le propre de toute justice c’est d’arriver à gagner du crédit. Toute justice doit faire en sorte que ses décisions soient porteuses de paix», a déclaré Maitre Louis Mettan. Avant de poursuivre : «Parce que si la Cour pénale internationale ne poursuit pas toutes les personnes concernées par les violations graves des droits humains, en ce moment là c’est elle-même qui perd de sa crédibilité».

Le cas Amadé Ouérémi

L’organisation internationale de défense des droits de l’homme est revenue sur l’arrestation du chef de milice pro- Ouattara Amadé Ouérémi et réclame des enquêtes sur toutes les activités criminelles qui avaient cours dans l’ouest et particulièrement dans la forêt du Mont Péko où ce dernier régnait en maitre. «Amadé a été arrêté il y a dix jours. C’est déjà très heureux pour les populations de l’ouest. Parce qu’à partir de 2004, cette question [l’occupation du Mont Péko] était toujours à l’ordre du jour et maintenant il faut refaire les enquêtes. Déjà, toute la situation de l’ouest est connue par tout le monde et même des autorités », a souligné Nathalie Kouakou.

La présidente de la section ivoirienne d’Amnesty International par ailleurs a expliqué que contrairement à la ligne de défense du gouvernement ivoirien, la publication de leurs rapports d’activités est toujours soumise à l’observation des autorités. «Quand nous publions nos rapports, notre procédure, nous écrivons au gouvernement qu’une mission d’enquête avec la composition de l’équipe – on ne cache rien – vient dans votre pays de telle période à telle période (…) Ces personnes viennent, rencontrent les autorités, discutent avec les autorités (…) Quand les enquêteurs ont fini leur travail, quand ils rentrent, ils font un communiqué et le draft, évidemment le gouvernement est informé du contenu du rapport avant sa publication. Donc Amnesty n’agit pas dans le dos d’un gouvernement», a réagit Nathalie Kouakou.

Anderson Diédri

Le Nouveau Courrier

Laisser une réponse