Pr. Aimée Gogué explose ! « Nous avons affaire à un groupuscule de gens qui veulent se maintenir au pouvoir quel qu’en soit le prix »

0

Lynx.info : Comment expliquez-vous la complicité tacite de la communauté internationale en faveur de Faure Gnassingbé ?

 

Cette perception vient certainement du fait que nous exagérons parfois la capacité des ambassadeurs à influencer les actions du gouvernement de leur pays hôte. Un ambassadeur représente son pays auprès du pays où il est en fonction à travers son accréditation auprès du gouvernement de ce pays. Pour faciliter son travail, il doit, entre autres, entretenir des rapports réguliers et « corrects » avec les gouvernants de ce pays. En outre, sa fonction lui recommande d’adopter un langage « diplomatique » ce impose donc la courtoisie et un langage qui n’est pas « direct » qui frôle parfois la langue de bois. Ainsi, même s’il peut être parfois choqué par le comportement des certains gouvernants, Il est rare de l’entendre prendre la parole en « public » pour dénoncer avec « véhémence » les comportements du gouvernement auprès duquel il est accrédité. Au Togo, le Gouvernement profite d’ailleurs de cet état de fait pour nous faire croire que la communauté internationale le soutient dans ces actes machiavéliques. Je peux vous assurer que sur ce plan là, dans beaucoup de cas, ce n’est pas la réalité.

Ces principes mis à part, il faut cependant reconnaitre que plus d’un Togolais pense effectivement que la communauté internationale tend à avoir un parti pris pour le régime en place.  Si cela est vrai nous de l’opposition devons commencer par nous interroger sur notre stratégie de communication à l’endroit de cette communauté internationale. Nous ne devons pas prétendre a priori que le corps diplomatique a les informations nécessaires leur permettant de bien apprécier la situation dans le pays. L’une des preuves est qu’une frange de la population nationale prend encore fait et cause pour le régime en place. Le cas de nombreux étudiants togolais qui s’inscrivent à UNIR en dépit de la crise morale que nous vivons, dépravation des mœurs qui est devenu un lieu commun au Togo et malgré les conditions de vie et d’études déplorables sur les deux campus universitaires du pays est le plus marquant de ce phénomène que je pense lier en grande partie à un défaut de communication ou à une communication inadéquate ! Il serait trop simpliste de penser que seul le goût de l’argent facile les fait courir. Il est probable aussi qu’ils ne soient pas informés sur les réalités politiques du pays. Dans tous les cas il est fort probable qu’il y a là un déficit sérieux de communication. Les partis politiques de l’opposition ainsi que tous ceux qui veulent un changement véritable dans le pays sont interpellés !

La tendance d’une partie du corps diplomatique à croire aux déclarations du gouvernement peut-elle être toujours justifiée ? Par exemple à plusieurs reprises des diplomates en poste à Lomé répètent que l’opposition ne veut pas de dialogue et ne veut pas aller aux élections. Ce qui nous surprend dans la mesure où ils savent très bien qu’en remettant au gouvernement son manifeste en juin dernier, le « Collectif Sauvons le Togo » (CST) appelait au dialogue. Ces diplomates n’examinent pas en profondeur la validité des conditions préalables que nous posons pour le dialogue. On peut ne pas être d’accord avec ces conditions, mais encore faut-il les discuter. L’ANC a participé au « Dialogue Togotelecom » qui regroupait, a l’exception de l’UFC, les partis politiques parlementaires ! L’échec de ce dialogue ne relevait pas de la responsabilité ni de l’ANC ni du CAR.

Mais, à la lumière de la crise morale que traverse le pays, nous devons cependant rappeler avec Badinter, E. que « la passivité face à l’injustice est une forme de complicité et que l’indifférence est un acquiescement au mal moral. »

Nous souhaiterions que le corps diplomatique prenne la peine de discuter avec le gouvernement sur les multiples violations des droits de l’homme, sur la mauvaise gouvernance politique et économique en cours dans le pays. Il est fort regrettable de constater que certains diplomates  prennent pour prétexte le défaut d’union de l’opposition pour justifier des prises de position en faveur du gouvernement. De même, Il est regrettable que certains autres se fondent sur le langage de certains leaders de l’opposition pour accréditer a priori la position du gouvernement sur les auteurs des incendies des grands marchés de Kara et de Lomé.

Lynx.info : Depuis Paris, Ahoumey- Zunu, premier ministre égrène le chiffre de 5,3% de croissance. Que dit l’économiste que vous êtes sur ces chiffres prononcés par le politique qu’il est ?

Ce sont des estimations avalisées par les organisations internationales comme le FMI à partir des statistiques officielles du pays. Il est donc fort probable que ce chiffre de croissance soit exact si ces statistiques sont relativement correctes. Mais comme le dit quelqu’un : « les statistiques sont comme un bikini : l’important c’est ce qu’elles cachent ! »

On peut se réjouir que le taux de croissance du PIB réel ait progresse depuis 2007. Cependant, nous sommes surpris que le premier ministre soit satisfait de cette performance économique pour au moins trois raisons. D’abord nous ne devons pas être fiers parce que la croissance de l’économie togolaise est inférieure à la moyenne de regroupements économiques dont le Togo fait partie. Le Togo est considéré comme un état fragile or la moyenne du taux de croissance du PIB des états fragiles est estimé à 6,5% pour 2013. Le Togo est un pays membre de l’UEMOA : le taux de croissance économique moyen des pays de l’UEMOA est estimé à 5,5%, alors que nous avions fait mieux que la moyenne des pays de l’UEMOA en 2012. Le Togo est membre de la zone franc : le taux de croissance moyen des pays africains de la zone franc se situe à 6,1% en 2013 !

En outre, le taux de croissance démographique est d’environ 2,8%. C’est pourquoi un taux de croissance de 5,3% est toujours faible pour avoir un impact significatif sur la pauvreté dans le pays.

Enfin, un des grands problèmes du Togo est la distribution des fruits de cette croissance : quand bien même la croissance économique serait à deux chiffres, sans une politique volontariste de redistribution de revenu, une vaste majorité de la population continuerait à avoir difficilement un repas décent par jour !

Lynx.info : On parle de l’ambassadeur des Etats-Unis qui a carrément pris position et se demande ce que l’opposition veut encore selon Gilchrist Olympio….

Ce propos n’engage que ceux qui le propagent et y croient. Pour ma part, cette affirmation est fausse. L’ambassadeur des USA, pays qui défend la démocratie, ne peut prendre une telle position qui signifierait qu’il cautionne le système de parti unique pour le Togo ou tout autre pays. Il est vrai qu’au lendemain de la signature de l’accord UFC/RPT, des gens connaissant mal l’environnement politique du Togo, avaient conclu à la disparition de l’opposition. Le fait que Gilchrist Olympio était le leader historique de l’opposition et le fait que l’UFC était le principal parti de l’opposition sinon le principal parti du pays, justifiait en partie cette perception. A présent la paysage politique est clair et tout analyste sensé de la politique togolaise sait de quel côté se classe l’UFC.

Compte tenu des relations « privilégiées » que l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI) entretenait avec l’UFC et son leader jusqu’en 2010, beaucoup de gens étaient surpris du fait que mon parti n’avait pas suivi Gilchrist Olympio dans son aventure avec le RPT. Mais c’est sans difficulté et sans longues discussions que la décision de se désolidariser de l’UFC avait été prise par les instances de mon parti. En fait, un tel ralliement signifiait clairement un retour vers le système à parti unique. L’ADDI ne s’était pas trompée car les faits actuels nous confortent dans cette prise de position

La communauté internationale en présence au Togo dont l’ambassadeur des Etats-Unis sait que, malgré ses faiblesses, l’opposition togolaise  est toujours vivace. Les Togolais ont administré là une preuve qu’ils veulent un véritable changement et non seulement un changement qui se limiterait à celui de leurs gouvernants.

Lynx.info : Vous ne comprenez pas pourquoi l’armée togolaise formée au frais du contribuable togolais sert seulement un homme, donc Faure. L’erreur ne vient-elle pas de l’opposition qui ne la rassure pas ?

Dans tout pays, l’armée doit être républicaine et participer à l’amélioration du bien-être collectif. Même si l’opposition est faible, l’armée doit continuer à assumer cette mission et ce en toute neutralité.

Au Togo, en guise d’armée, tout se passe comme si nous sommes en présence d’une milice au service d’un seul homme. Cette attitude est regrettable. La crise que nous vivons provient en partie de ce comportement d’allégeance des forces armées et de sécurité. Il est indéniable que l’armée togolaise est moulée dans une logique univoque qu’Eyadema leur a inculquée. Plus est, les conditions qui guident la promotion des officiers n’obéissent pas souvent à des critères transparents de performances et à des valeurs républicaines. Ce lien entre l’officier et celui grâce à qui il doit sa promotion non méritée amène plusieurs à renoncer à défendre les valeurs élémentaires qui fondent la république.

Les membres des forces de l’ordre et de sécurité se comportent comme s’Ils étaient membres de UNIR. En exemple, le ministre de la sécurité, colonel de la gendarmerie de son état, a participé à une cérémonie du parti UNIR à Tandjoare ! Le même ministre a participé à une réunion des cadres du même parti UNIR devant préparer la descente des jeunes de UNIR dans la même préfecture de Tandjoare. Cette réunion a eu lieu dans l’enceinte de la direction de la CNSS  à Lomé !

Or la loi no 2007-010 portant statut général des personnels militaires des FAT stipule : «  il est interdit aux militaires en activités de service d’adhérer à des groupements ou association à caractère politique. » Vous voyez que cet article ne fait aucune mention de l’opposition !

Vous savez, pour comprendre les raisons de leur comportement, j’ai fait personnellement à plusieurs reprises des efforts pour rencontrer des officiers supérieurs de l’armée togolaises : je n’ai pas encore réussi mais je n’y ai pas renoncé.

En fait nous oublions souvent de mentionner qu’en plus des forces armées et de l’ordre c’est toute l’administration publique qui se comporte de la sorte !

Lynx.info : Un de vos partisans est en prison dans le cadre des incendies des marchés. Que lui reproche le pouvoir de Faure Gnassingbé ?

Il s’agit du Secrétaire Général du parti, Monsieur Alphonse KPOGO. Souffrez que je regrette la manière avec laquelle il a été arrêté. Les agents venus l’arrêter ne disposaient pas de mandat d’arrêt et donc ils n’ont pu dire à sa famille qui ils étaient, qui les envoyait et pourquoi ils voulaient l’arrêter. Il faut d’ailleurs noter que le même jour, sans mandat de perquisition, des agents de forces de l’ordre armés de mitraillettes et dont certains n’étaient pas en uniforme, avaient également perquisitionné mon domicile alors que j’étais hors de la ville de Lomé.

D’autres leaders de partis membres du CST sont également dans les mains de la « justice » : il faut citer, notamment, S.E.M. Kodjo AGBEYOME et Monsieur Gérard ADJA, Président et Vice-Président de OBUTS, les députés OURO AKPO et MANTI de l’ANC.

Depuis son inculpation le 23 janvier 2013, Monsieur Alphonse KPOGO n’est pas encore passé devant un juge d’instruction même si le ministère public laisse penser que son arrestation serait associée aux enquêtes en cours sur les incendies des marchés de Kara et de Lomé.

La présomption d’innocence est complètement bafouée.

Nous sommes très sereins à l’ADDI, au FRAC et au CST. Nous menons nos propres enquêtes. Nous ne voulons pas que cette enquête se termine comme celle qui a été menée à la suite des violences dans le quartier ADEWUI  en novembre 2012 lors d’une manifestation du CST. Pour nous, ces incendies des marchés constituent des crimes très graves ; et le CST veut que la vérité soit établie : les vrais coupables des incendies et leurs commanditaires doivent être identifiés et sanctionnés selon la loi en vigueur.

La contribution de tous ceux qui pourraient aider à la neutralité de l’enquête est la bienvenue.

Dans notre quête pour la justice, nous pensons que la justice doit aller jusqu’au bout. Nous de l’ADDI ne ferons aucune pression, avant le verdict, pour une libération politique de ceux qui sont arrêtés. Nous ferons des pressions pour une libération provisoire conformément aux textes en vigueur. S’il n’y a pas de preuves contre eux, nous demandons qu’ils soient immédiatement libérés.

Lynx.info : N’est-ce pas curieux que le pouvoir de Faure Gnassingbé ne vous a pas encore convoqué pour explication comme Agbeyomé Kodjo, Claude Ameganvi… ?

Il arrive que le pouvoir ait des éclaircis : Je suis convaincu qu’ils ne me convoqueront pas dans la mesure où ils savent que c’est un pur montage rocambolesques qui commence par tourner mal dans leur camp ! Comment comprendre qu’après avoir démarré sur les chapeaux de roues les tous premiers jours, l’enquête piétine depuis des semaines !

Peut-être ont-ils pensé que la perquisition de mon domicile en mon absence de Lomé m’inciterait à ne pas revenir à Lomé, voire à fuir le pays. Il est également possible que leur objectif simplement de faire croire en mon implication dans les incendies des deux marchés et ainsi de me discréditer auprès de la population.

Lynx.info : On  reproche à l’opposition de jouer le jeu de Faure Gnassingbé en ne se mettant pas dans une vaste union. Votre avis ?

Je crois que c’est une erreur de jugement. Demandez aux Togolais : une très large majorité vous dira que le RPT n’a jamais gagné des élections au Togo. Et ceci malgré le fait que les partis d’opposition s’étaient présentés désunis aux différentes consultations électorales qui ont eu lieu dans le pays depuis 1994 : les Togolais savent ce qu’ils veulent et votent toujours utiles.

L’histoire montre que dans aucun pays, dans aucune période, l’opposition ne s’est jamais retrouvée dans une vaste union ! Le Togo ne fait pas exception. Ce n’est donc pas la division de l’opposition qui justifierait la durée de vie de ce régime tant décrié par tous les Togolais. Il est certain que l’union de l’opposition aurait facilité la lutte mais elle n’est pas une condition ni nécessaire ni suffisante. Il y a eu des efforts d’union en 2005 : Résultat : au moins cinq cents morts pour amener Faure Gnassingbé au pouvoir !

Nous avons affaire à un groupuscule de gens qui veulent se maintenir au pouvoir quel qu’en  soit le prix. Ce qui est à noter est que ce ne sont pas eux qui paient le prix mais la population !

Beaucoup de gens disent que les marches organisées par le FRAC et ensuite par le CST, depuis bientôt trois ans ont montré leur limite. De là à conclure que les marches sont inefficace pour venir à bout de dictatures, il y a un large fossé qu’il ne faut pas franchir allègrement. Nous nous rappelons du cas de l’Iran contre le Shah.

Contrairement à ce que pensent beaucoup de nos compatriotes, les leaders du FRAC et du CST ont fait à maintes reprises le bilan de ces marches ; nous en avions tiré des leçons. Ils sont conscients que pour que ce type de manifestation donne les résultats escomptés il faut être en mesure de faire sortir des dizaines voire des centaines de milliers de Togolais. Nous n’avons que très exceptionnellement atteint ce minimum de manifestants. Pour obtenir ce minimum, il faut que la population arrive à vaincre la peur qui l’inhibe. C’est une donnée avec laquelle il faut compter. Il faut également que les agents des forces armées et de l’ordre, qui ne partagent pas la façon dont  leurs supérieurs hiérarchiques les utilisent et ne se retrouvent pas dans la gestion du pays, puissent aussi vaincre la peur qui les inhibe. La peur est la fondation de la dictature.

Mais que nous ayons fait des erreurs, cela est certain : nous sommes des êtres humains. Cependant, étant des organisations ayant opté pour la non-violence, nous demeurons convaincus que nous ne nous débarrasserons de ces prédateurs qu’à la suite d’une mobilisation générale de la population. Il est certain que nous devons envisager d’essayer autre chose, un plan B : comme nous l’avions dit à plusieurs reprises toute nouvelle initiative est la bienvenue. Ni le FRAC, ni le CST n’ont le monopole de la lutte. Des gens souhaitant le changement au Togo peuvent dans ces conditions proposer au FRAC et au CST d’autres stratégies non violentes ou mettre eux-mêmes en œuvre des stratégies non violentes qu’ils pensent pouvoir nous aider à nous en sortir.

Lynx.info : Merci

Merci et félicitations pour tout ce que vous faites pour la lutte.

Interview réalisée par Camus Ali Lynx.info

 

Laisser une réponse