POURQUOI KOFI YAMGNANE NOUS RASSURE POUR L’AVENIR

0

Quelle réponse Kofi Yamgnane donne-t-il à la question fondamentale du

« MIEUX VIVRE ENSEMBLE DES TOGOLAIS »

                                              C’est ce qui fonde l’espérance des Togolais en un avenir meilleur

 

Cette question est la  plus pertinente qui soit, à mes yeux, car elle intrigue tous les Intellectuels qui se posent le vrai problème du VIVRE ENSEMBLE des Togolais après les élections présidentielles de 2010.

Car, il faut bien reconnaître malheureusement, une inégalité insupportable oppose l’écrasante majorité du peuple, lésé et démuni, à une arrogante minorité qui l’exploite en le narguant du haut de leurs voitures de luxe, et cela, depuis plus de 4 ans que Faure a accédé au pouvoir dans les conditions spéciales que le monde entier connaît.

D’autre part, il faut reconnaître aussi que les Togolais avaient été divisés et opposés entre eux par la politique de discrimination négative, pratiquée par Feu Pr Eyadema, particulièrement dans les 15 dernières années de son règne contesté, à partir du 5 octobre 1990, où il avait ressenti, surtout à travers les débats de la Conférence Nationale, qu’il avait perdu sa popularité auprès du peuple Togolais ainsi que son prestige auprès  des chancelleries occidentales, qui l’avaient choyé jusqu’à la chute du Mur de Berlin en 1989.

Kofi Yamgnane est particulièrement le mieux placé, parmi nos divers candidats, pour résoudre ce problème crucial du vivre ensemble des Togolais humiliés et divisés. En effet, il a acquis une grande expérience politique auprès du Pt F. Mitterrand, le plus habile des Présidents français, qui avait fait appel à lui tout spécialement pour surmonter les clivages sociaux existant en France en 1992, en vue de surmonter les tensions entre les divers Français issus de l’immigration et les Français de souche. Et Kofi avait si bien réussi qu’il avait obtenu victoire contre le parti FN de Le Pen en Bretagne en faisant gagner le PS dans toute cette région, réputée pour être traditionnellement de droite et d’extrême droite ! Kofi Yamgnane est donc le seul homme politique togolais à savoir ce qu’est une fracture sociale et comment la ressouder.

En dehors de son savoir faire propre pour réunir ce qui est épars et concilier les contraires dès le lendemain de son élection, Kofi Yamgnane envisage une solution à long terme pour ancrer dans les esprits cette fraternité nationale qui doit animer tous les Togolais, d’où qu’ils viennent et où qu’ils vivent. Son programme prévoit notamment d’introduire dans les programmes scolaires (depuis la classe de 6° jusqu’en Terminale), outre la formation civique adaptée à chaque niveau de classe avec notation éliminatoire, l’enseignement de toutes les coutumes togolaises, comme matière obligatoire, notée autant que les maths ou l’histoire-géographie. Cela permettra à chaque Togolais de comprendre sa propre coutume en profondeur (au lieu de se limiter aux seuls tabous et interdits appris à la maison), cet enseignement servant à la connaissance de soi, pour ensuite découvrir progressivement toutes les autres coutumes du pays, en vue de mieux connaître tous ses compatriotes. De la sorte, chaque Togolais issu d’une ethnie, connaîtra les autres Togolais issus d’autres ethnies, dont il s’enrichira des différences au lieu de les maltraiter à travers la pratique déplorable du rejet de l’Autre. En effet, comment puis-je aimer l’autre, celui qui diffère de moi, si je ne le connais pas !?  Cet enseignement rapprochera tous les Togolais issus des diverses ethnies, en favorisant la connaissance des uns par les autres, ce qui va générer une vraie solidarité nationale, au lieu de continuer à subir la suspicion et la méfiance ethnique qui ont été renforcées depuis 1990 pour diviser les Togolais en vue de renforcer le pouvoir d’Eyadema.

La Nation togolaise se formera alors dans la solidarité nationale et positive au lieu des dissensions ethniques qui l’ont mises par terre après 1990. Une nouvelle mentalité patriotique et africaniste sortira à terme de cette nouvelle politique d’éducation nationale.

Ensuite, dès la formation du nouveau gouvernement  qui sera choisi avec l’accord de la nouvelle Assemblée Nationale élue par le Peuple dans des conditions parfaites de transparence, ce seront les critères de compétence, d’efficacité et de civisme qui serviront à attribuer les postes de responsabilité dans toute l’Administration publique, de façon à ce que l’Etat togolais puisse se remettre debout, au lieu d’avoir été longtemps couché par terre, dans le mépris de nos bailleurs de fonds, en raison même de l’incompétence de ses cadres. Ceci est tellement vrai que les 3 experts de la Banque Mondiale dépêchés au Togo en novembre 2006, avaient déclaré publiquement à un déjeuner avec la société civile, qu’ils étaient réduits à devoir discuter avec le seul ministre BAWARA parce que les hauts fonctionnaires qui leur étaient présentés, se révélaient incompétents. Comment voulez vous qu’un pays puisse avancer dans ces conditions ?

En outre, faut-il le rappeler, Kofi Yamgnane engagera une lutte active contre les fraudes douanières et fiscales qui ont privé le TOGO de 300 milliards FCFA par an depuis de nombreuses années, selon une étude de la CCIT (Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo) datant de 2007. Le recouvrement de ces recettes manquantes, permettra au Togo de se passer d’une grande partie des prêts extérieurs qui minent le Budget de l’Etat à cause des gros remboursements à effectuer pour des investissements mal réalisés dans le passé, en l’absence d’une saine gestion des finances publiques, comme le monde entier le sait fort bien…Et grâce à cette hausse des recettes fiscales et douanières, le Budget togolais pourra enfin :

– abaisser les impôts sur le revenu qui sont décourageants vis à vis des investisseurs sérieux, nationaux comme étrangers ainsi que des cadres supérieurs togolais qui rendent l’économie beaucoup plus efficace et productive et qui préfèrent rester à l’étranger en raison de cette fiscalité écrasante et de la non reconnaissance de leurs mérites;

– relever les salaires de la fonction publique (y compris les professeurs et le corps médical, les magistrats et tous les autres…), en les doublant pour améliorer leur pouvoir d’achat qui a perdu les 3/4 de sa valeur réelle depuis 1981; cela ne coûterait que 70 milliards FCFA au Budget,  qui pourra bien les imputer sur les 300 milliards provenant des fraudes qu’il aura récupérés par an grâce à la lutte sans merci contre la corruption douanière, fiscale et des marchés publics; 
– réhabiliter nos écoles délabrées et nos dispensaires fermés depuis de nombreuses années dans les quartiers des villes et dans les cantons, de façon à mieux éduquer et mieux soigner tous les démunis qui sont 3 Togolais sur 4 gagnant l’équivalent de moins de 1 euro ou 656 FCFA par jour;

– ce redressement du Budget permettra au nouveau gouvernement d’entretenir le réseau routier urbain ainsi que les canalisations d’eau des villes et notamment de Lomé, de façon à éviter les inondations de pluies; cela va permettre de restaurer la salubrité dans les villes, comme avant 1993; 

– Kofi Yamgnane va, en outre instaurer, l’assurance-maladie pour tous, avec la création d’une Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM), qui fera cotiser les employés, les employeurs ainsi que nos bailleurs de fonds publics qui voudront bien nous aider à renforcer le pouvoir d’achat de nos populations, en nous encourageant sur la voie de redressement démocratique et financier; en effet, l’ensemble des travailleurs verront leur pouvoir d’achat s’améliorer d’au moins 20 à 50% selon leur niveau de revenu, en raison de la prise en charge par cette CNAM de la grande partie de leurs dépenses en soins médicaux qui obèrent leurs revenus. Et, par ricochet, il en résultera une nette amélioration de l’état de santé des populations, faisant augmenter l’efficacité productive des travailleurs et donc la croissance économique et la richesse nationale pour tous;

– Quant à la commission « Vérité, Justice, Réconciliation », il sera procédé d’abord à un audit financier des comptes publics, pour que tous les détournements de fonds publics soient restitués par leurs auteurs qui auront à reconnaître leurs fautes publiquement pour ne pas être poursuivis pénalement et ils seront alors pardonnés. Cela évitera la chasse aux sorcières et les règlements de compte. Car, pour KY, la réconciliation passe d’abord par l’éradication des injustices qui fâchent les populations; or, ces injustices proviennent essentiellement de la corruption, celle qui favorise l’enrichissement révoltant de certains privilégiés bien connus au détriment de la grande masse des populations togolaises de toutes catégories et de toutes ethnies, celles qui souffrent parce qu’elles sont au chômage ou insuffisamment payées comparativement à la très forte baisse de leur pouvoir d’achat depuis 1982.

– Quant à l’Armée, qui est devenue l’obsession des opposants depuis la Conférence Nationale, Kofi saura la rassurer et la réconcilier avec la population civile: et ce sera là son plus grand atout, en nous évitant les effusions de sang de 2005…

Et, pour couronner cette réconciliation entre l’Armée et la Population civile, KY fera appel à l’Armée pour aider la population face à son ennemi, les catastrophes naturelles, en associant l’Armée aux travaux de génie civil servant au secours national dans le cadre des inondations  et du soutien apporté aux populations sinistrées, sans oublier la remise en état des ponts défaillants servant au transport des marchandises et des personnes à travers tout le pays. Il faut rappeler ici à tout le monde, que cette coopération de l’Armée avec la population civile sinistrée s’était déjà manifestée en 1964-67, quand Lomé était inondée au niveau  de la lagune et de la zone d’Amoutivé à Lomé, avant que la mise en place des canalisations n’évacuasse les eaux de pluie à partir des années 1975 jusqu’en 1998, après quoi elles furent bouchées par suite du manque d’entretien de ces canalisations urbaines.  

En outre, pour rassurer tous les partis de l’opposition démocratique, il faut savoir que Kofi Yamgnane ne veut pas créer de parti politique, parce qu’il veut être le candidat de rassemblement de toute l’opposition démocratique du Sud au Nord en dépassant le triste clivage ethnique constaté lors des élections législatives d’octobre 2007. KY se désole de cette fracture sociale qui, à ses  yeux, est provisoire, parce qu’elle n’existait pas avant les abus et dérapages du régime Eyadema, qui a tout fait pour opposer les Togolais, les uns aux autres, du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest, dans le but de régner sans partage du pouvoir avec quiconque, en adoptant sans pitié l’adage machiavélique disant : « diviser pour régner ». 

Aussi, dès le lendemain de son élection, Kofi Yamgnane dissoudra-t-il l’Assemblée Nationale pour obtenir une nouvelle représentation nationale à travers les nouveaux députés qui seront élus sans aucune intervention ni manipulation, sous la surveillance étroite de milliers d’observateurs dépêchés par nos divers partenaires souhaitant l’instauration, enfin, au Togo, d’une vraie démocratie qui servira de modèle à toute l’Afrique. Et ce sera à la majorité dégagée des urnes de proposer les Premier Ministrables. Et Kofi Yamgnane proposera aussitôt à la nouvelle Assemblée Nationale de voter, à la majorité requise  des 3/4, le rétablissement de la Constitution de la République votée en 1992 par la très grande majorité du peuple togolais, où existe un équilibre des pouvoirs entre le Parlement, le Premier Ministre issu de la majorité parlementaire élue au suffrage à 2 tours, et le Président de la République.

Toutes ces mesures remettront le Togo en position debout, réuni à nouveau pour aller de l’avant, pour le bien-être commun de TOUS, grâce à l’élimination de la corruption et à la reconnaissance du mérite du travail et de la compétence à tous les postes de responsabilité, en vue de restaurer l’ordre après le chaos qui désole le Togo depuis près de 30 ans.

NMK, Nadim Michel KALIFE, spécialiste en politique économique

26 juillet 2009

 

Laisser une réponse