Pourquoi catholicisme, Rose-Croix et franc-maçonnerie sont incompatibles

0

Les fidèles chrétiens catholiques avaient rendez-vous dans la soirée du jeudi 6 septembre 2012 à la cathédrale de Ouagadougou pour s’interroger sur la compatibilité entre la christianité, la Rose-Croix et la franc-maçonnerie. Le père Martin Birba, doyen de l’université catholique jésuite du Cameroun, était chargé de décortiquer le suje

Peut-on être chrétien catholique et rosicrucien et/ou franc-maçon ? Non ! Durant trois heures, le doyen de l’université catholique jésuite du Cameroun, père Martin Birba, à travers un exposé axé sur l’historique, l’autodéfinition, l’organisation et l’initiation de la Rose-Croix et la franc-maçonnerie s’est voulu clair. La Rose-Ccroix et la franc-maçonnerie sont incompatibles avec la foi chrétienne et le fait d’y adhérer remet en cause les fondements de l’église catholique.

Selon le conférencier, la franc-maçonnerie et la Rose-Croix riment avec l’occultisme, le spiritualisme et l’ésotérisme. Aïda, une participante, dit être venue apprendre plus sur ces sociétés secrètes. Un autre chrétien rencontré sur la terrasse de la chapelle dit être là pour « comprendre les vraies réalités et découvrir les sociétés secrètes ».

Le doyen de l’université jésuite catholique du Cameroun n’est pas passé par quatre chemins pour dire que ces sectes, à travers leur initiation, contrôlent et manipulent le mental d’hommes et de femmes qui, hélas, se laissent attirer comme des mouches par les bonnes choses. La preuve, selon le père Birba, est le développement de ces sectes sous nos tropiques.

A l’en croire, rares sont les chefs d’Etat africains qui ne sont pas membres de l’une de ces sectes. Qu’est-ce qui attire tant dans ces sectes ? S’est demandé le doyen de l’université jésuite catholique du Cameroun. La recherche de connaissances, de pouvoirs surnaturels, le désir d’appartenir à une élite respectée, de réincarnation, s’empresse-t-il de répondre. L’initié rosicrucien fait confiance à l’homme et à son pouvoir, explique père Martin Birba. Le franc- maçon, lui, est anticatholique, relative tout, rejette toute idée de Dieu, ajoute-t-il. Le chrétien croit en Dieu et le catholicisme est exotérique, a également fait savoir père Birba.

Pour l’Abbé Claude-Marie Zra-Bi dans son livre rose-croix, franc-maçonnerie et foi catholique ; quelle différence ? La foi catholique ne peut pas cohabiter avec la franc-maçonnerie et la rose –croix. Ceux qui pensent que cela est possible, sont dans l’erreur. L’Eglise catholique a pour but de conduire l’humanité vers un ciel nouveau et une terre nouvelle : le royaume des cieux inauguré par Jésus. Or les maçons et les rose-croix nient la résurrection du Christ et sa divinité. Pour eux, Jésus n’est pas Dieu. Chez eux, l’acte religieux n’a aucun horizon eschatologique.

En clair, pendant que l’Eglise tire l’humanité par le haut, eux, ils la tire par le bas. Pendant que l’Eglise conseille qu’il faut relativiser les biens matériels, eux, ils les absolutisent.

Pendant que l’enseignement de l’Eglise tend à développer l’être intérieur et spirituel en vue de préserver l’univers, eux, ils prônent le développement des choses extérieures à l’homme : le progrès technologique. Ils ont désacralisé le monde. Ils ont investi les universités et les grands centres mondiaux de communication du savoir pour inculquer aux jeunes leurs idées purement matérialiste et anti-Dieu. Ils ont réussi à séduire pratiquement toute l’humanité car ce qu’ils proposent aux hommes est facile à concevoir et se constate aussitôt à l’œil nu : luxe, développement, haute technologie…etc. Ce que propose l’Eglise comme bonheur ne se voit pas automatiquement à l’œil nu parce qu’il est un accomplissement intérieur et d’abord spirituel. L’Eglise croit que la vocation de tout homme, est de mourir un jour : Une seule chose est vraie.

Au milieu de tout ce brouhaha mondial, nous connaîtrons tous la mort un jour. Chacun à son tour. C’est cette vérité que le Christ est venu nous enseigner en se laissant mourir sur la croix en vue de nous montrer le chemin du ciel et nous y préparer une place .En vue de cette mort certaine, en vue de notre mort, il nous faut avoir une certaine éducation et un certain nombre de comportement vis-à vis des biens de ce monde. Le rôle de l’Eglise et des prêtres est de nous parle du royaume des cieux et de nous en montrer le chemin. Ne nous laissons donc pas distraire par tous ceux qui nous promettent le bonheur et la vie éternelle sur la terre ou l’incertitude de la vi après la mort. Ne les écoutons pas, car ils sont dans l’erreur.

H.B

Zoodomail

Laisser une réponse