Oui il y a tribalisme dans l’administration au Togo

0

Je remercie l’auteur et le site internet qui a publié l’article intitulé « Ministère des Finances : Tribalisme ou mauvaise gouvernance ». Nous devons nous rendre compte qu’après la mort du président Eyadema certains travailleurs refusent leur affectation ou leur départ a la retraite. Mais a-t-on besoin de la dictature avant de respecter la loi de la république ?

Je travaille au Ministère des Affaires Etrangères. Ici refuser une affectation est une monnaie courante et cela s’empire de jour en jour surtout dans nos ambassades. Mais personne ne dit mot. Le cas Abeté à New York est révélé dans l’article cité plus haut. Regardez par exemple l’ambassadeur du Togo en Chine Mr Taa-Ma qui est rappelé à Lomé depuis plus de deux ans mais a catégoriquement refusé et est toujours à son poste bien qu’il est un retraité. Il vient souvent à Lomé et discute sans problème avec les autorités qui ont signé la note pour son retour.

Un autre, le numéro 2 de l’ambassade de Washington Mr Landjerg Lorempo qui tend à faire toute sa carrière dans les ambassades a aussi refusé de revenir au ministère depuis plus d’un an qu’il a reçu sa note d’affectation. Ce monsieur a fait 7 ans en France et est à son 2e passage à l’ambassade de Washington soit au total près de 15 ans aux USA. Il estime qu’il n’a plus rien à faire à Lomé et qu’il ne peut travailler qu’à l’étranger. Dans notre ministère c’est les mêmes qui font des va et  viens ou le tour des ambassades. Nous qui sommes plus valeureux sommes condamnés à ne  travailler que sur place. L’ambassadeur Bariki ne me démentira pas. C’est dans cette atmosphère de nerfs qui se gonflent et la tension artérielle qui monte sans cesse que nous, un certain nombre de cadres je  dirais ciblés, travaillons dans ce ministère.

C’est la même situation dans presque toute l’administration dans notre pays. Et à voir de près, cette bande de privilégiés sont du cercle ou proche du clan qui dirige le Togo. L’exemple le plus frappant est celui du vieux directeur général de la CNSS Koffi Katanga Walla. Il est à la tête de cette société d’Etat devenue sa ‘’propriété’’ pour plus de 25 ans dont 13 depuis qu’il est admis à la retraite. C’est grâce à elle qu’il est encore en vie, disent certains retraités relevant de cette caisse. Qu’il fait au moins deux visites médicales en Europe chaque année pour refaire sa fragile santé à coût de millions au dos des assurés sociaux. Comme tel, il signe des contrats de travail aux agents en fin de carrière mais à la tête du client. Ceux qui lui sont hostiles n’ont pas cette chance. C’est ainsi qu’il a gardé son adjoint Mr Baliki depuis six ans que ce dernier est admis à la retraite et à ce jour la CNSS est dirigée par des retraités. N’est ce pas ridicule dans un pays ou le taux de chaumage est aussi élevé ?

Des retraités se maintiennent à des postes juteux, des agents refusent des affectations et les médiocres sont de plus en plus nommés à des postes de responsabilité ; pire à l’étranger pour exposer leur tare. Tout se passe comme si le Togo manquait de cadres ou d’intellectuels pour le servir. Où est donc l’Etat ? Le pouvoir est il par terre au Togo ?

F. Truman

Lomé – Togo

 

Laisser une réponse