Nicolas Lawson : Unir va être pire que le RPT !

0

Mr Pascal BODJONA
Ministre
Ministère de l’Administration Territoriale, de la
Décentralisation et des Collectivités Locales
LOME – TOGO

Monsieur le Ministre,

Ayant suivi vos disputes à la TVT le vendredi soir alors qu’un débat serein et responsable aurait permis aux Togolais de comprendre l’enjeu de la polémique sur le découpage électoral, je me permets de vous dire qu’il ne faut pas ajouter des injustices à d’autres injustices.

Notre parti est persuadé que les inégalités frappantes et les injustices dans la délimitation des préfectures et leur choix comme base pour définir les circonscriptions électorales ne peuvent pas nous permettre de parvenir à un découpage électoral juste et consensuel. En conséquence, nous proposons de limiter les injustices par une correction plus approchante dans l’utilisation de la région comme critère global. Les cinq régions sont :

la région maritime (y compris Lomé commune) avec 2.599.955 habitants ; la région des plateaux avec 1.375.165 habitants ; la région centrale avec 617.871 habitants ; la région de la Kara avec 769.940 habitants et la région des savanes avec 828.224 habitants. Au sein de chaque région, il y a des préfectures prédominantes en densité de leurs populations. Comme nous pouvons accepter le choix de la préfecture comme la base pour la circonscription électorale et que chaque circonscription électorale dispose d’au moins 2 sièges de députés, nous proposons qu’on accorde dans toutes les régions à chaque préfecture qui a plus de 150.000 habitants 1 siège supplémentaire et à chaque préfecture qui a plus de 200.000 habitants 2 sièges supplémentaires. Nous corrigerons également l’anomalie entre la commune de Lomé et la préfecture du Golfe en les transformant en une circonscription unique. Nous pouvons porter de la sorte le nombre de sièges de cette circonscription de 7 à 10, en tenant compte de son caractère cosmopolite. Nous aurons alors dans :

La région maritime : Les préfectures : ZIO avec ses 295.177 habitants (4 sièges) ; VO avec 210 habitants (4 sièges) ; LACS avec 172.148 habitants (3 sièges) ; YOTO avec 165.596 habitants (3 sièges). Les deux autres préfectures ayant moins de 100.000 habitants ne peuvent pas avoir plus de 2 sièges.

La région des plateaux : les préfectures : HAHO avec 247.817 habitants (4 sièges) ; OGOU avec 226.308 habitants (4 sièges). Les 10 autres préfectures ayant moins de 150.000 habitants ou moins de 100.000 habitants auront 2 sièges chacune.

La région centrale : les préfectures : TCHAOUDJO avec 190.114 habitants (3 sièges) ; SOTOBOUA avec 158.425 habitants (3 sièges). Les deux autres préfectures ayant moins de 150.000 habitants disposeront de 2 sièges chacune.

La région de la Kara : les préfectures : KOZAH avec 225.259 habitants (4 sièges). Les 6 autres préfectures ayant moins de 150.000 habitants et moins de 100.000 habitants disposeront de 2 sièges chacune.

La région des savanes : les préfectures : TONE avec 286.479 habitants (4 sièges) ; OTI avec 190.543 habitants (3 sièges) ; KPENDJAL avec 155.091 habitants (3 sièges). Les deux autres préfectures ayant moins de 150.000 habitants et moins de 100.000 habitants disposeront de 2 sièges chacune. Nous aurons ainsi 28 sièges pour la région maritime ; 28 sièges pour la région des plateaux ; 10 sièges pour la région centrale ; 16 sièges pour la région de la Kara ; et 14 sièges pour la région des savanes ; soit au total 96 sièges.

Il est patent que les disparités sont flagrantes entre les régions et entre les préfectures. Mais il n’ y a aucun régionalisme apparent, à moins d’un agenda inconnu de notre parti. Cependant, il est clair que ce ne sera pas normal d’attribuer 2 sièges à la préfecture du Bas-Mono avec 88.846 habitants et le même nombre de sièges à la préfecture des Lacs avec ses 172.148 habitants ou la préfecture de Yoto avec ses 165.596 habitants. Il s’agit pour l’apaisement de modérer les inégalités et les injustices. Si nous acceptons les propositions et les répartitions ci-dessus, nous atteindrons un nombre total de sièges de 96 dans la prochaine Assemblée nationale. Le gouvernement n’ayant pas encore fait les répartitions mais ayant adopté arbitrairement le nombre de 91 sièges, notre parti apporte sa contribution par cette lettre.

Veuillez trouver ici, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma considération distinguée.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Copie : Ambassadeurs et Presse.

——————————————————————————–

Lomé, le 21 Mai 2012

Monsieur le Ministre

Ministère de la justice

LOME – TOGO

Objet : Lettre contre les violations illimitées des droits humains.

Monsieur le Ministre

Je vous écris parce que depuis votre nomination à la tête du ministère de la justice, les violations des droits humains, les traitements dégradants infligés aux détenus des prisons, la falsification des rapports des institutions de défense des droits de l’homme, des peines anormales prononcées dans nos tribunaux, etc, sont devenus des faits courants et ne troublent pas votre conscience. Vous incarnez ainsi un système intrinsèquement totalitaire et congénitalement destructeur. Des milliards de FCFA reçus pour la modernisation de notre justice ont profité à des anthropophages. Nos prisons ont de plus en plus le visage hideux d’un pouvoir arbitraire et d’essence homicide.

Leur surpopulation et l’indignité dans laquelle survivent les prisonniers, qui pour beaucoup n’ont pas leur place dans ces parcages indignes même des bêtes, suffisent à démontrer ce que sera le règne du parti UNIR, pour lequel le Chef de l’Etat consacre toutes ses énergies et les ressources publiques. La dissociation entre les actes et les discours ne trompent que les crédules et les complices sans scrupule. La construction de quelques rues et les détournements massifs des ressources nationales par l’annonce de projets estimés à des centaines de milliards de FCFA ne peuvent pas cacher le pacte affreux, que le système déjà déliquescent et sénescent, a fait avec le diable pour livrer notre patrie en holocauste à la misère, à un nouveau despotisme et aux iniquités de toutes sortes.

Nous savons maintenant que le Chef de l’Etat est sourd aux expressions de l’intelligence et de la raison. Il trouve une vicieuse délectation dans le pouvoir, au point de s’égarer à vouloir être un Chef de parti plutôt qu’à incarner la nation entière. Je proclame ici, au nom des patriotes, des défenseurs des droits de l’homme et des démocrates, que le pouvoir actuel que vous incarnez plus que d’autres, est la rémanence de la tyrannie que les togolais ne veulent plus à aucun prix. A l’évidence, le parti UNIR en gestation apparaît déjà pire que le RPT car ce dernier avait épousé une époque. Vous êtes entrain de rappeler les atroces réminiscences du despotisme aux togolais.

Vous démontez pièce par pièce l’édifice démocratique que nous construisons dans le sang et dans la souffrance. Mais nous arracherons la patrie à l’insoutenable esclavage dans lequel vous voulez la maintenir. Vos injustices sociales et les traitements infâmes des prisonniers seront le levain sinon le plus fort ressort qui fera insurger toutes les catégories sociales et institutionnelles de notre patrie.

Nous vous demandons de cesser de traiter nos frères comme des bêtes, de libérer les détenus injustement emprisonnés et de mettre en œuvre sans délai les recommandations de la commission sur la réforme de la justice et celles du rapport de la CNDH. Nous voulons vivre dans un Etat civilisé et non dans un Etat de jungle.

Veuillez trouver ici, Monsieur le Ministre, l’assurance de mes sentiments distingués.

Nicolas LAWSON

Président du PRR

Copie : Chef de l’Etat, Ambassadeurs et Presse

Laisser une réponse