Médecins et pharmaciens: Mafia dangereuse dans la santé au Togo

0

 

Komla Mally n’a rien d’un médécin mais il semble aider à l’installation d’une mafia dans la santé publique au Togo. Rien à faire, les médecins et pharmaciens sont unis pour le malheur de tous ceux qui tombent malades au Togo. Que Dieu épargne les Togolais des maladies par ces temps qui courent.  De toutes les façons, quand quelqu’un tombe malade à l’heure actuelle, si ce n’est la mort assurée pour les laissés pour compte, c’est un parchemin ou une bibliothèque entière remplie de médicaments que le médecin pourra prescrire pour les besoins de la cause commune entre lui et le pharmacien. Pour une migraine ou une maladie bénigne, les médecins, pas tous mais ils sont nombreux à vivre de ce trafic malsain, dressent une liste non exhaustive de produits parfois très inutiles. Ceci, à dessein pour obliger le patient déjà préoccupé par sa santé à passer au guichet de la pharmacie d’à côté pour s’en procurer.  Gare au malheureux qui revient de la pharmacie avec des manquants, il recevra des réprimandes comme celles d’un père à son fils. Il y en a qui ont le culot de dresser des ordonnances bizarres et vous disent détenir en même temps les produits. Un médecin est-il devenu pharmacien ? Tenez-vous bien, d’autres prennent soin de vous diriger vers des pharmacies qui se  trouvent être des officines de leurs amis et partenaires dans le mal. Un réseau mafieux qui se développe en silence au sein du monde de la santé publique au Togo. Ce  réseau mis en place et entretenu par des médecins et leurs amis pharmaciens ne vise qu’à grever les maigres ressources financières des pauvres malades. Devant ce désolant spectacle, le ministre de la Santé reste de marbre et ne dit mot. Il se borne seulement à parler du cas des absences répétées des praticiens dans les structures sanitaires publiques au profit de leurs officines privées. Or, le phénomène de fausses ordonnances gonflées pour les besoins de la cause commune des médecins et pharmaciens s’ancre davantage dans le monde de la santé. Il prend de l’ampleur et tend à devenir une véritable institution dans l’institution. Tout le monde y trouve son compte sauf le malade qui finit parfois par mourir abandonnant le lot de produits devenus inutiles dans les mains de véreux agents qui en volent comme ils peuvent si les accompagnateurs du malade ne sont pas vigilants. Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, il ne serait pas exagéré de dire que certains agents de santé vivent de la souffrance des malades.

« Ces gens ne font que nous compliquer la vie au nom de leurs intérêts. Ils se livrent à un trafic qui ne dit pas son nom. J’entendais d’habitude des choses sur leur système mais, j’avoue que c’est maintenant que je me rends compte à quel point ils escroquent nos pauvres populations. La dernière fois, ma tante paternelle était malade et nous nous étions retrouvés dans un centre hospitalier dont je vous fais grâce du nom. Elle souffrait de péritonite, je vous assure et voici les ordonnances, qu’un médecin a pu prescrire des produits contre le paludisme et d’autres dont nous n’en avions franchement besoin. Quel commerce ! », a confié Kossi Atanley.

Les deux catégories professionnelles ont beaucoup pris goût à leur commerce de bas étage qu’il leur difficile d’abréger la souffrance des malades en y mettant fin. Serment d’Hippocrate et autres professions de bonne foi de nos frères et sœurs médecins et pharmaciens se retrouvent très vite dans les placards.

Dans un autre registre, certains parmi le personnel subalterne des hôpitaux et dispensaires du Togo se font abusivement passer pour ceux qu’ils ne seront jamais. Des aides soignants et auxiliaires médicaux se prendre pour des « Docteurs » est devenu un fait banal. Nous en connaissons qui se plaisent à se faire médecins dans leur quartier alors qu’ils n’en sont pas. Un kinésithérapeute a même poussé loin sa témérité jusqu’à créer une clinique privée appelée « Main de Dieu » située quelque part à Tokoin collège protestant à côté de l’institut de formation IDH. Ce kiné a embauché des sœurs du village comme auxiliaires médicaux. Imaginez un seul instant que vous soyez malades et qu’on vous dirige vers cette clinique privée. Quel genre de soin adéquat allez-vous recevoir pour qu’on vous tende enfin une facture salée à régler ? La Santé rapporte gros au Togo. Ce n’est pour rien que de jeunes médecins à peine leur carrière entamée, roulent dans de flambantes voitures. Mais au moins si tous gagnaient leur vie comme il se doit et non pas sur le dos des cadavres frais de leurs semblables, l’on allait leur faire chapeau bas. L’argent est venu tout bouleverser dans la société à tel point que l’Homme est devenu un loup pour l’Homme. Homo omini lipus, disent si bien les Latins.     

Certes, tout le monde sait que les personnels de la santé vivent et travaillent dans des conditions épouvantables. Mais cette situation n’est pas la faute aux malades. D’ailleurs, dans quel secteur d’activités au Togo n’y a-t-il pas de problèmes ou de difficultés ?

Igomzikpé Malika Lynx.info
     

 

 

Laisser une réponse