Me Cheikh Kouressy Ba : Le stratège Gbagbo a tout verrouillé

0

  

Lynx.info : Comment expliquez-vous qu’un opposant en Afrique puisse attirer tant d’admiration des Occidentaux comme Alassane Ouattara ?

Me Cheikh Kouressy Ba :  Evidemment, s’il est un bon cheval de Troie de leurs intérêts, pourquoi n’en feraient-ils pas leur chouchou ? Cela vous étonne ? Ouattara, sitôt nommé premier ministre par le vieux président moribond, s’empresse de vendre toutes les entreprises d’Etat de la Côte d’Ivoire, parfois au franc symbolique, aux amis de Chirac et Sarkozy ! L’Etat français, à travers des sociétés-écran, achète pour des cacahuètes toutes ces entreprises, soit près de 82% du tissu industriel ivoirien, contribuant pour 55% aux recettes budgétaires.

En toute illégalité, les marchés se passent par entente directe, au gré à gré. Le groupe Bouygues et ses tentacules se frottent les mains : les doigts dans le nez, sans le moindre effort, l’agent Ouattara leur sert sur un plateau d’argent les trois secteurs les plus sensibles, les plus délicats qui soient, ceux qui, dans tout Etat, sont considérés comme les secteurs de souveraineté par excellence : l’eau, l’électricité, le téléphone. En partenariat technique avec France Telecom pour ce dernier secteur, Martin Bouygues, roi mondial du béton, propriétaire de Tf1 et d’une kyrielle d’organes de presse, se voit offrir également les deux premiers, mais aussi la plate-forme pétrolière d’Azito, les Grands moulins, le gaz, l’exploitation de l’or et du diamant, le chantier du troisième pont d’Abidjan ! Bolloré n’est pas en reste et se sucre dans le transport multimodal et les ports.

Au total, ce ne sont pas moins de 70 entreprises d’Etat qui sont cédées au privé français pour seulement la minable somme de 322 milliards F Cfa là où, bien négociée, une seule licence de téléphonie peut faire tomber dans l’escarcelle d’un Etat au moins 200 milliards ! Le plus souvent, le premier ministre Ouattara cède les entreprises au franc symbolique. Le comité de pilotage des privatisations monte, en général, les dossiers avec toute la rigueur requise, mais c’est uniquement pour la forme, les cahiers de charges sont royalement ignorés !

Pour son retour au pouvoir, ses maîtres ont mis le prix qu’il fallait : un coup d’Etat continu qui n’a abouti que neuf ans plus tard, quelques dizaines de milliers de victimes, un pays dévasté, des centaines de milliers de réfugiés, le tissu social irrémédiablement déchiré, la réconciliation compromise à jamais, avec un risque permanent de reprise des affrontements et d’embrasement d’un conflit pas encore fini vu qu’il n’y a aucune force capable de mettre un terme aux exactions des bandes armées de Ouattara qui continuent de tuer dans l’impunité totale, sans commandement ni chef.

Mais dans ce cas précis, rétrospectivement, les Occidentaux peuvent se demander si le jeu en valait la chandelle ! Ouattara a été installé, certes, mais il semble qu’il ne pourra être d’aucune utilité cette fois-ci pour le grand capital, le stratège Gbagbo ayant pris la sage précaution de tout verrouiller ! A part les concessions sur l’eau et l’électricité et les ports, les capitalistes français n’ont rien trouvé à se mettre sous la dent ! Même le cacao volé, une fois débarqué au Havre, se retrouve dans les mains des légitimes propriétaires chinois !

Certes, des marchés ont été cassés pour être repris au bénéfice des amis, notamment cet ouvrage hydraulique à Soubré pour l’édification duquel la Côte d’Ivoire apportait 30%, la Chine complétant le reste, et qui est concédé maintenant aux entreprises françaises   s’engageant à le construire cinq fois plus cher sans apport de la partie ivoirienne, mais à un taux d’intérêt de dupe ! La justice est d’ailleurs régulièrement saisie pour vider de tels contentieux, comme pour d’autres marchés de moindre envergure volés à leurs récipiendaires! Certes, le grand économiste va revendre toutes les entreprises d’Etat, mais la curée ne sera pas aussi intéressante qu’au siècle dernier ! Pour le reste, les contrats ont été si bien ficelés que les retardataires n’ont que leurs yeux pour pleurer.

Pour le reste, ne vous y trompez pas, chaque fois que  vous verrez les puissances occidentales aux petits soins pour un opposant africain en quête du pouvoir suprême, soyez sûr qu’il ne s’agit que d’un domestique qui va leur restituer au centuple milliard leur soutien une fois ce pouvoir obtenu ! La démocratie n’est qu’un prétexte qui ne trompe plus personne !

Interview réalisée par Camus Ali Lynx.info

Laisser une réponse