Mathieu Cichoki arrive…mais avec un nouveau livre

0

 

« PRISON CIVILE DE LOME, LE GUANTANAMO 2012 DU DICTATEUR FAURE GNASSINGBE « !

Mathieu CICHOCKI en immersion à la prison civile de la capitale togolaise dévoile la barbarie du régime de Faure Gnassingbé !

EXTRAIT DU LIVRE: »… J’ai été le témoin des premières tortures faites par la police à la D.P.J. pendant les …interrogatoires lors de mes 8 jours de garde à vue. En effet, j’ai entendu des hommes hurlés de douleurs lors des interrogatoires, notamment j’ai vu revenir du « labo » de tortures à l’étage, deux hommes ensanglantés au visage avec des bosses et plaies béantes. J’ai assisté souvent à des scènes où les policiers de la D.PJ. tapaient les détenus avec des bâtons type « neem » (plante médicinale), fait en bois très dur, ainsi qu’ils portaient pour la plupart à la ceinture une cordelette avec un mousqueton au bout, avec laquelle ils fouettaient les gardés à vu de la D.P.J…

… » A la prison civile de Lomé, le régime des sanctions est décidé officiellement par le chef prison (C.P.) mais depuis quelques semaines c’est un officier de l’ANR qui fait la pluie et le beau temps sur le « Guantanamo du gnassland »!…

Au premier degré, il y a la fessée, à coup de gros bois. Le châtiment s’opère à côté de la « piscine » (les douches principales). Après cette correction, la victime ne rentre pas sur ses deux pieds dans sa cellule… Certains sont directement déshabillés et emmenés dans la piscine où s’écoule l’eau des douches et des wc attenantes remplis d’une eau croupie, d’excréments humains et même de tessons de bouteilles !
Le second stade de châtiments est « l’isolement », à côté des douches, dans une cellule coupée en deux, la première partie faisant environ 1.25×1.50 mètres, la seconde partie faisant 1×1 mètre. Elle n’est pas éclairée car pas de fenêtre, un vrai « four à pain »! J’ai été le témoin de placement à l’isolement de plus de 10 détenus dans cette cellule durant 48 heures, debout serrés les uns contre les autres comme dans les transports en commun aux heures d’affluences!… Je ne sais pas comment ils arrivaient tous à tenir dedans?!…

…Le C.B. adjoint (chef adjoint de la cellule) me montre du doigt deux grands fûts d’environ 1 mètre de haut chacun, l’un de couleur bleu, l’autre de couleur rouge. Il m’explique que l’un est pour la selle et l’autre pour uriner. Il prend sur le couvercle du bidon rouge un gobelet que je dois impérativement prendre de la main gauche et de l’autre main je baisse ma fermeture éclaire puis j’urine dedans sans mettre une goutte à côté puis je verse le contenu dans le fût attitré ensuite je referme le couvercle pour enfin reposer le gobelet dessus. Comme cette action, tout est codifié et hiérarchisé à la parole, au geste prêt.
Le plus difficile reste à traverser la moitié de la cellule dans la pénombre au milieu de tous ces corps allongé à même le sols (presque 80 personnes!)
La cerise sur le gâteau, c’est que le C.B. adjoint rajoute: »Quand la nuit tu voudras pisser ou chier, il te faudra crier avant que tu ne te lèves: NA TOTO!… »

LA SUITE DANS LE BOUQUIN !!!!! NOUS ALLONS MONTRER LE VRAI VISAGE DE LA REPUBLIQUE BANANIERE DU DESPOTE FRAUDE GNASSINGBE !

ABLODE KABA KABA !

Laisser une réponse