Mamadou Koulibaly: « Que Ouattara prenne une ordonnance pour se nommer président à vie. »

0

Mamadou Koulibaly, n’est pas d’accord avec Hamed Bakayoko, relativement à la configuration de la nouvelle commission électorale. Le président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER), interrogé, répond au ministre d’Etat de l’Intérieur et de la Sécurité.

Monsieur le président de LIDER, comment réagissez-vous aux propos de Hamed Bakayoko qui dit que le Gouvernement ne compte pas renégocier la composition de la nouvelle Cei ?

Mamadou Koulibaly : Renégocier veut dire négocier de nouveau. Le gouvernement, me semble-t-il, a pris une décision unilatérale au conseil des ministres et l’a consignée dans un projet de loi qui est parti au Parlement pour, en principe, être débattu, d’abord en commission puis devant l’Assemblée nationale. En régime démocratique, le projet de loi est toujours négociable, discutable, amendable. Mais ça, c’est en régime démocratique. Le ministre d’Etat veut peut-être dire que le parlement n’existe pas. Il n’y a rien à renégocier, effectivement, entre les groupes parlementaires qui sont néantisés  par le régime hyper présidentiel de Ouattara. Ou bien, peut-être aussi que le gouvernement estime que le parlement existe, mais qu’il n’est qu’une chambre d’enregistrement sans aucun contrôle sur l’action gouvernementale, ce qui devait en principe être sa première mission. Je ne peux pas dire que le ministre a en tête lorsqu’il tient les propos que vous lui attribuez. Mais supposons sans aucun risque de nous tromper, que ces deux hypothèses soient vraies l’une ou l’autre ou les deux à la fois. Dans ce cas, pourquoi le ministre parle-t-il de renégocier? Peut-on négocier de nouveau ce qui n’a jamais fait l’objet d’aucune négociation?
La composition de la commission électorale telle que présentée dans le projet du gouvernement n’est le fruit d’aucune négociation entre le gouvernement et l’opposition, encore moins entre le gouvernement et la société civile. Il ne s’agit rien d’autre que de la décision du président de République, dont les partis d’opposition membres du Cpd ont été informés la veille de son adoption en conseil des ministres. Il n’y a eu de négociations avec personne. Et toutes les propositions faites par les partis d’opposition ont été jetées dans les poubelles du palais de Ouattara. Celles faites par la mission des experts du NDI venus consulter, à la demande du gouvernement, le personnel politique et la société civile ont eu le même destin que celles de l’opposition.
J’aurais voulu que le ministre dise : «Le gouvernement n’a pas à négocier la composition de la commission électorale avec qui que ce soit.» N’y ajoutons pas, s’il vous plaît, «indépendante», car cette commission électorale ne l’est en aucun cas, sauf par abus de langage. Il ne doit pas dire renégocier, mais négocier. Telle est la bonne formulation.

Que répondez-vous au ministre de l’Intérieur quand il fait savoir que le gouvernement n’a jamais été autant sous représenté dans la Cei ?

Je dirai qu’il est très astucieux de le dire ainsi. Mais que chez nous à LIDER, dans les partis d’opposition de La 3ème Voie, dans la société civile, chez les observateurs, dans l’opinion publique, personne n’y croit. Bien au contraire, l’entourloupe  est grossière et discourtoise par rapport au Cpd. Si on devait répartir, par exemple, les 13 membres de la commission électorale entre les régions de Côte d’Ivoire et qu’on disait que la région de  Séguéla a droit à 4 membres et le Worodougou à 3 membres, les personnes perspicaces comprendraient tout de suite que la répartition proposée donnerait 7 membres sur 13 à une seule et même région, soit u taux de 53,84%. Dans la même logique,  attribuer 4 sièges au gouvernement et 3 sièges à la coalition au pouvoir revient à offrir 53, 84 % des sièges de la commission électorale au Rhdp. Vu ainsi, l’opposition souhaiterait elle aussi être sous représentée à la Cei, s’il vous plaît.

Quels commentaires faites-vous lorsque le ministre de l’Intérieur estime que ce n’est pas à la Cei qu’on gagne les élections ?

Il a dit ça? Je le crois et je rigole. Nous n’avons pas la même expérience de la Cei. Il y a quelques années en arrière, d’autres politiciens disaient la même chose et croyaient aussi qu’une élection ne se gagne pas à la Cei. C’est une question de points de vue parfois inconciliables. Je concéderai  au gouvernement qu’il est probablement vrai que ce n’est pas à la Cei qu’on gagne les élections. Le gouvernement me concédera, j’espère, qu’il est probablement vrai qu’à la Cei, on peut perdre les élections ?

Qu’allez-vous faire maintenant que votre voix de contestation de la configuration de la nouvelle Cei n’a pas été entendue ?

Etant donné que Ouattara sera le candidat unique du Rhdp et que cette coalition prend le contrôle de la commission électorale, qu’il y aura 50.000 Frci officiels, 65.000 supplétifs ex-combattants et 60.000 supplétifs dozos pour assurer la sécurité des élections, que Ouattara – par le pillage organisé systématique des fonds publics, la corruption, les surfacturations – s’enrichit tout en maintenant l’opposition sans le sou, que le gouvernement refuse à l’opposition, à 18 mois des élections, l’accès aux médias d’Etat, LIDER pense qu’il serait plus décent et moins coûteux en vie humaines et en ressources financières de confier l’organisation des futures élections au ministère de l’intérieur, comme au bon vieux temps du parti unique, même si à notre avis, une meilleure option serait que Ouattara prenne une ordonnance pour se nommer comme président à vie.  Le président de la République pourrait, comme Jules César, après gagné toutes les guerres et soumis le parlement, se faire nommer dictateur perpétuel  par cette instance et obtenir du coup un pouvoir sans limite, pour des siècles et des siècles. César l’a fait en février de l’an 44 avant JC, tout en maintenant la République, avant de se faire tuer, en mars de la même année, par Brutus, un membre du parlement considéré comme son fils naturel. LIDER n’a pas de place dans ce schéma, à part juste leur souhaiter bonne chance.

 

Propos recueillis par Arouna Sylla | Soir Info |

Laisser une réponse