Mamadou Koulibaly crache le feu : «Je demande à Ouattara d’abattre sa foudre sur moi»

0

« Comment comprendre que le Ghana ait 14 millions d’électeurs, contre 6 millions ici en Côte d’Ivoire »

Le président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) a animé une conférence de presse au siège du parti au flambeau à la Riviera-Golf le mercredi 19 décembre 2012. Mamadou Koulibaly a passé en revue les questions ‘’chaudes’’ de l’actualité, notamment les élections locales, la situation sécuritaire et économique. Il a menacé de ne pas aller aux élections municipales et régionales et a pris pour du bluff le taux de croissance de 8% annoncé par le Gouvernement.

Selon Mamadou Koulibaly, le taux de croissance de la Côte d’Ivoire n’est pas de 8%. «S’il y a une croissance, c’est qu’elle est appauvrissante. Il ne faut pas confondre prévision de croissance avec réalité de croissance», a dit d’emblée, Mamadou Koulibaly. Puis il a déploré que le Président de la République, Alassane Ouattara, n’applique pas le programme pour lequel il a été élu. «Il a abandonné son programme pour le PPTE, le programme d’investissement public de la Côte d’Ivoire et le Triomphe de l’éléphant qui sont des programmes existant dans les fichiers de la République, qui sont devenus son programme». Il a soutenu que sous Ouattara, la Côte d’Ivoire a une dépense publique qui augmente. Pour lui, le défi ivoirien est d’abord d’aller à l’Etat de droit. Concernant la CEI, il est clair : «la CEI est forclose». Et pour Mamadou Koulibaly, si les choses restent telles, si des réformes ne sont pas engagées pour la mise en place d’une nouvelle Commission électorale indépendante, pas question pour LIDER d’aller aux élections : «On ne peut pas faire les élections dans ces conditions, le 24 février». Le président de LIDER souhaite la réouverture des listes électorales parce qu’il comprend mal que le Ghana qui a une démographie avoisinant celle de la Côte d’Ivoire, dispose de 14 millions d’électeurs pour à peine 6 millions en terre d’Eburnie. Au plan sécuritaire, il a tancé les FRCI qui «abusent des populations ivoiriennes», au nez et à la barbe des autorités sans que rien ne soit fait. «Je demande à Ouattara d’abattre sa foudre sur moi», a-t-il indiqué, concernant l’affaire de cannabis dans laquelle serait impliqué l’un de ses employés. Pour lui, c’est de la mascarade et il n’en est rien.

La question de la liste électorale est une question liée à la nationalité et à la citoyenneté, tout comme à l’éligibilité à bien d’égards. Il s’agit d’un sujet qui fâche. Pourtant, c’est un sujet dont il faut bien parler. Sur la base du dernier recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) datant de 1998, et des estimations actualisées, plusieurs officiels et des chiffres admis par tous, font état de 22 millions d’habitants en Côte d’Ivoire. Un chiffre qui doit avoisiner 25 millions d’habitants selon d’autres experts qui appellent à un démarrage du recensement général promis par les autorités depuis plusieurs années. Au Ghana, il est fait état d’une population oscillant entre 24 et 28 millions d’habitants. A la fin de la signature de l’accord de Ouagadougou, Meleu Mathieu, ex-Dg de l’INS, proche de Laurent Gbagbo, avait indiqué que les estimations de sa structure prévoyaient au moins 9 millions d’électeurs. Au finish l’on a obtenu 6,3 millions de personnes enrôlées. Les croisements et divers contentieux, dont la liste de la crise de février 2010, ont ramené le fichier électoral à 5,6 millions d’Ivoiriens électeurs, soit à peine 25 % de la population globale. Même si on s’accorde pour admettre que les étrangers font entre 25 à 40 % des 22 millions d’habitants en Côte d’Ivoire, on a au moins 14 millions d’Ivoiriens à identifier. Si on enlève les enfants, les bébés et les moins de 18 ans, il reste possible d’aller au-delà de 5,6 millions. Si en plus, on sort des 14 millions d’Ivoiriens ayant une nationalité sans suspicion aucune, et qu’on regarde de près les 8 millions d’étrangers estimés, il est encore possible de trouver de nombreux nationaux. Alors où sont passés les Ivoiriens ?

Mamadou Koulibaly et le FPI, une différence de nature

Lors de sa dernière sortie, l’ancien président de l’Assemblée nationale s’est gardé de tout commentaire au sujet de l’offensive diplomatique de ses ex-camarades de lutte. Le président de Lider a dit ces mots : « Je ne veux pas me prononcer sur ce que fait le Fpi, vu les relations difficiles que j’ai avec mes camarades. J’ai été chassé du Fpi parce qu’ils n’ont pas compris quelle était ma stratégie ». Il ajoute: « moi, je leur ai dit que l’option directe, ‘’Libérez Gbagbo ‘’ ça ne paye pas. Il faut plutôt utiliser une autre stratégie et méthode ». Poursuivant, Mamadou Koulibaly s’est livré à l’explication de sa stratégie. « Au lieu de ‘’Libérez Gbagbo’’ en avril, mai, juin 2011, il fallait simplement montrer que de la même façon que Gbagbo Laurent a été arrêté en tant que chef suprême des armées, patron des ex-Fds et donc doit assumer devant la CPI, les crimes reprochés aux ex-Fds, aux miliciens et autres jeunes patriotes. De la même façon, il fallait faire rentrer Ouattara dans l’Etat de droit. Parce que dans l’Etat d’exception, il (Ndlr : Alassane Ouattara) peut tout faire et tout se permettre», a-t-il fait savoir. Pour lui, « à partir du moment où il (Ndlr : Alassane Ouattara) prête serment, qu’il exerce les fonctions de Président de la République, ayant prêté serment, tous les crimes commis par les Frci doivent être remontés à sa responsabilité. A partir de la date de création des Frci, il devra répondre devant la Cpi au même titre que Gbagbo, des crimes de ceux-ci. Si la justice internationale se retrouve avec d’un côté, Gbagbo à juger et de l’autre côté, Ouattara, Chérif et autres comzones à juger, la CPI sera incapable de le faire. Elle sera obligée de libérer Gbagbo ». L’ex président par-intérim déplore que son ex parti ait voulu mettre la charrue avant les bœufs.

A.D

L’Intelligent d’Abidjan

Laisser une réponse