Maison brûlée, meubles caillassés, mari mis a nu .La co-épouse agit sous la protection de sa nièce Lamy Gnassingbé

0

La scène se passe á Kégué banlieue nord de Lomé.Le mari ,un enseignant. Traumatisé,il manque de mots pour décrire l’horreur vécu le 6 novembre aux environs de 1 heure du matin.Quand le Lynx est allé voir cet horreur et interviewer les enfants et leur papa,  la décision a été unanime et on ne peut plus claire : c’est trop dangereux pour nous de continuer á vivre ici .Non!

Quand nous avons fait comprendre á Mr Ouro Agbandjala qu’il avait plus a gagné en mettant á la connaissance des Togolais son horreur,l’homme inquiet et désabusé nous prévient : ils reviendront me tuer ! Choqué.(silence) Pourriez-vous me protéger tout en larmes et déboussolé….

En pleine grève de 1993 Mme Ramata Agbandjala plia armes et bagages et abandonna son époux.Le mari serre la ceinture et réunit tous les enfants sous la couverture de sa  première femme, Saloa.Après une longue galère, la famille Agbandjala réapprend á vivre.Les enfants s’épanouissent.L’aîné, âgé de 15 ans, passe et réussi avec mention son Bac .
Les temps passent….Ramata Agbandjala revient á ses anciens amours
Un  musulman ne radie pas une femme sans au préalable l’accord d’un Iman selon les rites musulmanes.Revenue après sa longue absence, le mari se contente de la laisser vivre comme par le passé mais lui refuse le lit conjugal. Mais madame  en veut plus.Les Imans entre alors en jeu et au dernier ressort le mari doit payer la dîme qui doit lui permettre de divorcer d’avec sa femme comme l’enseigne le Saint Coran.Les calculs sont réglés et le mari commence par verser la dîme mensuelle.
Ramata engage des tueurs
Le 6 Novembre la co-épouse á Mme Saloa Agbandjala abât ses cartes.Tard dans la nuit l’époux entend creuser derrière la fenêtre.A la question de savoir pourquoi elle creuse ; la réplique  ne s’est pas fait attendre: pluie d’injures,menaces ouvertes…Cris insupportables et sentant le ton monté, les enfants et la première femme sortent de leur lit.Les hommes de mains de Ramata entrent alors en action.Bruits de bottes, ceintures en cordelettes tout sur le corps.Mr Agbandjala est passé proprement á tabac et la maison mise á feu.Les enfants qui criaient et pleuraient sont menacés d’être fusillés si ils ne se taisent pas.Le papa est mis à nu et à genoux devant ses enfants et sa première femme.Les sévices corporels durent pendant une heure et la bande de gangsters replis sans être inquiétés.Devant le mari  Ramatou passe un coup de fil á sa  petite nièce qui est aussi la petite dernière femme de feu Eyadema qui n’est autre que la chanceuse  Lamy Gnassingbé aujourd’hui  résidant aux Etats-Unis.
La brigade anti gang, le commissariat,la justice même pipe même tabac

Désormais hors de danger Mme Saloa Agbandjala court alerter la fameuse brigade anti gang du colonel Titikpina qui a la réputation de faire le  « médecin après la mort ».Toute la famille est transportée au commissariat pour des procès verbaux.Après quelques minutes le commissaire  intime l’ordre á tout le monde de « dégager ».L’argument avancé : «problème familial »Quant au  nom du commissaire Mr Agbandjala refuse de le donner á la rédaction du Lynx.Trop dangereux pour sa survie rétorque t-il !
La justice, Mr Agbandjala dit ne pas vouloir la saisir aussi.Mon épouse Ramata est la tante de Lamy Gnassingbé.Le risque est trop grand et moi je veux continuer á vivre.A l’heure où nous mettons sous lecture cette information, Mr Ouro Agbandjala dit ne pas  être  allé prier pour la fête de la Tabaski, la plus grande du monde musulman.

Une justice inique et scélérate ainsi l’Union Musulmane s’en mêle
A défaut d’une justice digne de ce nom, Mr Ouro Agbandjala se rapproche de l’Union Musulmane pour que justice soit rendue.Les menaces de morts, le harcèlement sont courants bien que l’affaire soit dans les mains des représentants de Dieu.Comble de mahleur, le papa de Lamy Gnassingbé est aussi dans le « comité central » de L’union Musulmane.Tout piétine et Mr Ouro Agbandjala doit se réfugier dans son propre pays laissant derrière lui une maison en ruine, des meubles caillassés.Au pays de Faure, les faibles n’ont pas droit á la vie.Dans l’attente d’une « instruction personnelle ?»les togolais  voudraient voir comment la justice dira le droit entre Mr Agbandjala (David) et Ramata soutenue par sa nièce Lamy Gnassingbé(goliath).

Anicet Moutouari  Lynx.info

Laisser une réponse