M. Koulibaly appelle à un rassemblement et non à un attroupement

0

 

« On rapporte qu’un lionceau succomba sous un rassemblement de fournis »

 

 

Le 6 mai 2013, le Président de Liberté et Démocratie pour la République (LIDER) appelait à une coalition pour sauver la Côte d’Ivoire. Les ivoiriens continuent d’interpréter diversement l’appel historique de Président Mamadou KOULIBALY. Dans les lignes qui suivent, il s’agira de clarifier le contenu de cet appel. Pour la clarté de l’exposé, commençons par préciser que le Président de LIDER n’appelle pas à un attroupement. Une fois cette précision faite, nous pourrons présenter les valeurs autour desquelles les ivoiriens doivent se rassembler.

LE PRESIDENT MAMADOU KOULIBALY N’APPELLE PAS A UN ATTROUPEMENT

Un attroupement peut s’entendre comme le fait de se regrouper dans un lieu ou autour d’un lieu. Avec une telle définition, l’appel du Président KOULIBALY ne doit pas se confondre aux associations anciennes.

L’appel du Président KOULIBALY n’est pas un appel pour s’attrouper autour d’un homme. Dans la situation actuelle où la nation ivoirienne est au bord de l’éclatement, les questions d’ego n’ont pas leur place. De ce point de vue, l’appel du Président KOULIBALY ne signifie pas que nous devons former une sorte de majorité présidentielle. Ce genre d’aventure ponctuelle et autour de la candidature d’un homme ne reflète pas la vision actuelle du Président KOULIBALY. Une telle initiative n’appelle pas, très souvent, à une structuration et le caractère informel ne lui assure aucune consistance.

L’appel du Président KOULIBALY ne doit pas également s’interpréter comme une association de partis politiques. Il est évident qu’une telle association s’écartera de l’essence même de l’appel : sauver la Côte d’Ivoire. Le Congrès National de la Résistance pour la Démocratie (C.N.R.D), par exemple, n’ayant pas de structures et de démembrements suffisants reste inefficace. En général, dans de telle association de partis politiques, la question de leadership finit toujours par émousser les ardeurs et la vision. Finalement que retenir de l’appel du Président KOULIBALY ?

LE PRESIDENT MAMADOU KOULIBALY APPELLE A UN RASSEMBLEMENT AUTOUR DE LA CÔTE D’IVOIRE

L’appel du 6 mai 2013 ressemble bien à l’appel du 18 juin 1940 du Général De Gaule. En effet, sur les ondes de la radio BBC, il appelait les français à ne pas cesser le combat contre l’Allemagne Nazie et dans lequel il prédisait la mondialisation de la guerre. Ce discours – très peu entendu sur le moment, mais publié dans la presse française le lendemain et diffusé par des radios étrangères –est considéré comme le texte fondateur de la résistance française, dont il demeure le symbole.

Le contexte n’est pas certes le même mais l’esprit de rassemblement pour défendre une nation reste actuel.

Pour le Président KOULIBALY, ce rassemblement doit sortir du sectarisme et du jeu de rôles des partis politiques. Il s’agira pour tous ceux qui constatent l’éclatement de la nation , de se mettre ensemble, pour défendre des valeurs communes. Ce rassemblement pourrait se comparer à une coopérative politique, il doit fédérer autour des valeurs communes, au-delà des clivages habituels. L’appel du 6 mai 2013 s’adresse à tous les ivoiriens épris de paix, déçus de la gouvernance actuelle et qui souhaitent que les choses changent. Rendre les citoyens maîtres de leur destin implique la définition de la gouvernance. C’est pourquoi le rassemblement doit se faire autour d’un programme de rupture en faveur des ivoiriens. Il s’agira de se rassembler pour défendre l’intérêt de nos compatriotes.

La question de la terre divise les ivoiriens et nous devons dans ce rassemblement obtenir du pouvoir actuel, la délivrance des titres fonciers aux paysans.

Il s’agira également de revoir la composition de la Commission électorale indépendante (CEI)où siègent encore des membres de l’ex-rébellion.

La question du recensement et de l’actualisation de la liste électorale devra faire partie des préoccupations de ce rassemblement. Tous les ivoiriens n’ont pas de papiers et de millions de jeunes souhaitent participer aux débats politiques.

Ce grand rassemblement devra également exiger du gouvernement un statut clair de l’opposition. Mais au-delà de ces questions, il s’agira d’écrire ensemble un programme de rupture en cohérence avec les enjeux actuels.

L’appel du 6 mai 2013 s’adresse en définitive à tous les ivoiriens, à la société civile, aux partis politiques, à tous ceux qui veulent le changement en Côte d’Ivoire.

Dr PRAO Yao Séraphin

Porte-parole de la Cellule de Veille de LIDER

Laisser une réponse