Faure : Combien de Togolais doivent-ils mourir pour qu’il se sente « Grand » président ?

0

Il y a des hommes qui n’auraient pas dû naître. Et pour cause. Leur existence à elle seule, est signe de douleurs, de morts et d’hécatombe pour les autres. Dans la liste, Adolph Hitler, Mussolini, Gnassingbé Eyadema, Gnassingbé Faure, Mobutu, Alassane Ouattara, Blaise Compaoré… la liste est longue. Pourtant, ils sont partout et nulle part. Au Togo, forcé un citoyen, mieux le contraindre de mourir pour que vive Faure est devenu une banalité à tel point qu’il n’est plus un hasard qu’un simple gendarme vous le prévienne avant que mort s’en suive quand vous êtes dans leurs griffes. Ici, la justice n’est pas une institution de la république, elle est belle et bien aux ordres de celui qui tient les commandes, les manettes . La liste de ces Togolais sauvagement assassinés par ceux qui ont la licence de tuer leurs frères et sœurs dans la république est si exhaustive au point qu’on se demande, combien de Togolais devraient-ils laisser leur peau afin que, Faure se sente « Grand » président ? Le plus frustrant est le silence de la communauté internationale. Où est dame CPI et sa ventouse de procureur de la république Fatou Bensaouda ? Prompt à laisser ses sicaires tuer froidement, la première victime vient de laisser femme et enfants dans une histoire d’incendies de marchés où, il se peut, qu’il ne connait ni les tenants moins les aboutissants. Et oui ! Chers Togolais le nommé Etienne YAKANOU, membre de l’ANC, détenu depuis plusieurs mois dans le cadre des enquêtes sur les incendies en janvier 2013 des marchés de Kara et de Lomé, vient de trouver la mort dans les geôles togolaises. Et comme toujours les communiqués sont déjà prêts pour être déversés au sein de la population. On nous dira comme toujours, il souffrait d’un palu, d’une fièvre typhoïde… d’une diarrhée. Dans un pays où une démission collection se lit sur le visage d’un peuple essoufflé par cinquante bonnes années de dictature, il n’y a plus de place pour un sursaut national. Et pourquoi pas, Faure qui tue vieux et vielles, filles et jeunes garçons, ne montrerait pas comme sur cette photo ci-dessus comment on protège son enfant comme mère poule et ses poussins ? Le plus révoltant est qu’il semble dire, je peux tuer, il n’y a rien en face ! Paix et condoléances de toute la rédaction Lynx.info à la famille et aux proches de la victime Yakanou.

Taffa Biassi Lynx.info

 

Laisser une réponse