Libération de la Côte d’Ivoire : des Français suggèrent l’utilisation de l’arme économique !

0

La théorie de l’arme économique fait son petit bonhomme de chemin dans certains milieux français. Notamment, ceux qui ne vivent pas à la mamelle des multinationales qui tirent depuis des années, les hommes politiques français par le nez, dans les pays considérés comme leurs centres d’affaires en Afrique.

Ce milieu avait soutenu l’utilisation de l’arme économique en 2011 contre le Président élu de Côte d’Ivoire, S.E Monsieur Laurent GBAGBO pour installer en ses lieu et place, un imposteur promettant monts et merveilles. Mais la désillusion a gagné certains français qui commencent à prendre conscience que l’entreprise d’invasion barbare tourne toujours à l’échec face à un peuple hostile et déterminé qui mène un combat d’intérêt national à partir d’un commandement central.

Donc, ils retournent leurs vestes et élaborent des schémas qu’ils considèrent comme pouvant conduire au moindre mal pour les intérêts français. A cette fin, ils soutiennent que l’arme économique est une arme redoutable qui peut permettre de tourner la page de l’imposture, si celui qui la manipule sait se fixer des objectifs dans le temps et s’il s’en donne les moyens pour aller vite et en puissance.

Pour les tenants de cette théorie, la Résistance ivoirienne peut faire l’économie d’une guerre qui pourrait virer à une guerre civile. Ils privilégient l’idée d’une stratégie ciblée, qui viserait les points faibles du système d’imposture et qui permettrait d’en finir beaucoup plus vite qu’une offensive terrestre qui rencontrera les forces françaises et onusiennes sur son chemin et qui pourrait battre de l’aile si les stratèges de la Résistance ne sont pas capables de se surpasser en ingénierie de guerre.

Pour ces Français qui ne cachent plus leur hostilité à un régime moribond qui prospère dans le meurtre en se vantant d’être au service d’une France aux desseins inavouables, la Résistance peut faire l’économie d’une guerre lourde en allant à l’essentiel avec celui qui est en face.

Leur thèse se décline en quelques mots. La Côte d’Ivoire est comme un être vivant. Elle a un cœur et deux poumons. Les poumons servent à respirer. Ils attendent donc de l’oxygène. Si l’oxygène n’arrive plus dans les poumons, ils s’arrêtent de fonctionner et leur propriétaire aussi s’arrête de fonctionner. Il s’écroule et il peut en mourir.

C’est donc simple. Par les poumons, il faut entendre, les zones sensibles déjà encerclées par des ceintures de feu. Il suffit d’actionner le dispositif de mise à feu des ceintures de feu, et plus d’oxygène dans les poumons ! Cela ne durera qu’une petite semaine ou deux. Et après, ce sera l’asphyxie totale.

Donc, eux, ils pensent que c’est idiot de vouloir lancer une offensive d’envergure dont la Résistance ne serait pas si sûre d’en avoir les moyens. Alors qu’il y a des choses simples qui peuvent être faites pour faire tomber ce « vieux champignon sur un arbre pourri ».

Cela donne tout de même à réfléchir. Au-delà de leur volonté de suggérer une approche qui ferait moins mal à la France, ces français expriment une vision, une approche, une stratégie qu’ils pensent être la panacée pour des gens qu’ils considèrent comme ayant de petits moyens avec lesquels ils veulent réaliser de grandes ambitions.

C’est leur opinion. C’est leur vision. Et depuis quelques jours, ils expriment la même opinion sur certains réseaux sociaux, comme s’ils sont chargés de la promouvoir. Alors, nous nous en faisons l’écho auprès de vous. Afin que cela vous donne aussi à réfléchir.

Ceux qui tiennent cette opinion, pensent qu’elle permet d’éviter une guerre civile. D’autres parmi eux pensent qu’elle peut contraindre les alliés de l’imposteur à négocier avec la Résistance qui serait alors en position de force.

La Révolution Permanente écoute et regarde tout ça de près. Et elle garde le sourire. L’arme économique. Et si elle était utilisée autrement ? Et si elle se passait des théories d’écoles des agents français pour être utilisée comme une véritable arme ? Par le peuple et pour le peuple ? Pas comme arme principale. Mais comme une arme complémentaire. C’est une question d’ingéniosité.

Ils ont utilisé cette arme contre nous en 2011. Elle était leur arme d’assaut, leur artillerie lourde. Ils devront être récompensés de cet immense bienfait. Surtout qu’un bienfait n’est jamais perdu. Qui vivra verra.

A Très bientôt.

Hassane Magued

 

Laisser une réponse