Pr. Aimée Gogué : les jeunes demandent « Agbanvia » ce qui signifie : « Donnez-nous des armes. »

0

Chers compatriotes,

Pour un individu, un ménage ou un peuple, la fin de l’année est une occasion pour le bilan de la vie menée individuellement et collectivement au cours de l’année écoulée.

Pour l’alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI), l’année 2012 a été une année d’occasions « perdues » dans la marche des Togolais pour plus de démocratie.

Le recours à des miliciens dont certains s’étaient déjà illustrés aux heures sombres du HACAME, pour briser des manifestations des organisations de l’opposition (Kara et Adewui notamment) est revenu en cette année 2012 sous une forme plus musclée sous la protection de forces de sécurité. L’utilisation abusive des ressources publiques au profit du parti au pouvoir, l’hyper politisation et la tribalisation de l’administration publique et des forces armées et de l’ordre, sont des éléments sur lesquels en cette année 2012 le régime en place s’est encore appuyé pour la conservation du pouvoir

Les différents appels des partis d’opposition, réunis au sein du FRAC, du CST et de la Coalition Arc En Ciel, pour un dialogue sincère entre Togolais sont demeurés sans réponses de la part d’un pouvoir illégitime.

Chers compatriotes,

L’heure a sonné pour quitter son salon, son bureau climatisé pour se joindre aux manifestations du FRAC, du CST, de la Coalition Arc En Ciel.

Nous ne pouvons pas comprendre que des parents, qui souhaite le changement, prodiguent comme conseils à leurs enfants étudiants de ne pas participer aux manifestations politiques et des associations des étudiants, alors que ces manifestations leur ont permis d’obtenir de meilleures conditions de vie et de travail comme étudiant. Ils oublient en outre que si ce régime se maintien au pouvoir, une fois diplômés leurs progénitures iront gonfler les effectifs des chômeurs.

Nous ne pouvons pas comprendre que des fonctionnaires convaincus de la nécessité du changement, refusent de participer aux manifestations politiques sous prétexte de voir leur position menacée, oubliant qu’avec le maintien du régime actuel ils ne sont pas libres d’exploiter pleinement leurs potentialités et en plus de ne pas travailler avec fierté et de rester soumis au bon vouloir des chefs dont certains s’illustrent par leur incompétence et leur amour pour la corruption.

La libération de ce pays passe à coup sûr par les manifestations du FRAC, du CST, de la Coalition Arc En Ciel. Nous croyons fermement à la mobilisation populaire et nous souhaitons que pour cette année 2013, professeurs d’université, médecins, juges, avocats, directeurs généraux d’entreprises, homme d’affaire, étudiants, élèves, artisans, apprentis qui souhaitent le changement, puissent vaincre la peur qui les inhibent et extérioriser leur mécontentement face à ce régime, en se joignant aux manifestations des forces démocratiques pour que demain chacun de nous puisse dire : « Et oui j’ai participé aussi à la libération de mon pays. » Les leaders des organisations démocratiques sont en outre ouverts aux propositions permettant d’élaborer d’autres stratégies devant conduire à la victoire.

Pour nous de l’ADDI l’échec dans la lutte pour la promotion de la démocratie au Togo n’est pas une option car les conséquences pour tous les Togolais seront désastreuses.

De plus en plus de Togolaises et Togolais, jeunes ou vieux, du Nord ou du Sud, de l’Est ou de l’Ouest nous demandent « Agbanvia » ce qui signifie : « Donnez-nous des armes. » Excédés par des négociations sans solution ils supposent que la lutte armée serait la seule voie qui nous reste pour obtenir le changement auquel la majorité d’entre nous aspirent.

Mais, adeptes de la non-violence, l’ADDI et les organisations politiques du FRAC, du CST, de la Coalition Arc En Ciel continueront à penser que les actions de masse que l’opposition a toujours privilégiées donneront les résultats escomptés

C’est pour cette raison que le peuple togolais doit comprendre que la lutte des forces démocratiques n’en n’est pas une pour leurs militants, leurs sympathisants ou leurs amis. Ces organisations ont vite compris que la victoire de la lutte pour la promotion de la démocratie au Togo sera bénéfique pour tous les Togolais.

L’ADDI invite donc tous les Togolais qui ont été découragés par le peu de résultats obtenus jusqu’à ce jour ainsi que ceux qui hésitent encore à participer aux manifestations pour le changement, à se mobiliser pour renouveler et donner un souffle nouveau à la lutte.

Bonne et heureuse année à chacun de nous et à nous tous.

Pour l’ADDI

Le Président du Bureau Exécutif national

T.A. GOGUE

 

Laisser une réponse