Lettre ouverte. À tous mes Co-combattants togolais de la liberté [Par Godwin Tété]

0

« Sortir de la domination impliquela destruction du mécanismede domination lui-même » Frantz Fanon

PRÉAMBULE

Je reviens tout juste au pays de Maximilien Isidore de Robespierre,après huit mois et demi jour pour jour au bercail : au Togo. Et je souhaite vivement (!) partager, avec tous (!) mes co-combattans togolais de la liberté, ce que je crois devoir retenir s’agissant de notre épique lutte visant à délivrer notre Patrie de la colonisation et de colonialisme d’origine endogène (!) et d’essence ethno-militaro-clanique gnassingbéenne vieille de cinquante– trois ans maintenant.

Mais, avant toute chose, je tiens à marteler qu’à presque 93 (quatre-vingt-treize) ans (!!!), je n’éprouve aucun besoin de donner des leçons à qui que ce soit !!! Je ne recherche une gloriole personnelle quelconque. Presqu’à quatre-vingt-treize ans (!!!), mon seul problème personnel est que je souffre (!) à l’idée de passer de l’autre côté de la fatale barricade existentielle… sans voir la Terre de mes aïeux viable. Voilà la raison fondamentale du présent griffon qui s’adresse à tous ( !) mes concitoyens, sans exception aucune, qui qui se reconnaissent en eux-mêmes (!!!) comme d’authentiques (!!!) combattants de la liberté. Allons donc de l’avant.

I. NOTRE ÉVIDENT (!!!)ÉCHEC

Si, passent sous silence ce que nous avons tenté entre le 13 janvier 1963 et le 05 octobre 1990, nous nous devons de reconnaître, que cela nous plaise ou non, que nous avons présentement (!), au terme de trente bonnes années (!!!), lamentablement (!!!) échoué dans notre combat qui, à l’heure actuelle, s’apparente fort au « combat de Sisyphe ».

II. REVOIR NOTRE STRAT ÉGIE

Ainsi donc, que les mots critique et autocritique nous plaisent ou non, nous nous devons de les appliquer à nous. En effet, l’épistémologie, la science, la connaissance humaine n’évoluent que grâce à la critique et à l’autocritique !!! Nous nous devons de REVOIR LA STRATÉGIE que nous avons empruntée jusqu’ici !!! Cela non seulement ne nous ridiculiserait nullement, mais, mieux, cela nous honorerait grandement !!! Oui ! S’autocritiquer ne signifie point s’autoflageller, mais tout simplement se regarder dans un miroir, se regarder objectivement et, le cas échéant, s’amender si la VIE (!!!) le veut.

III. DE LA NÉCESSITÉ INCONTOURNABLE D’UNE « UNION PATRIOTIQUE SACRÉE »

DES VRAIS COMBATTANTS DE LA LIBERTÉ

De facto, je me trouve dans le combat pour le Togo et pour l’Afrique depuis 1944. Ici, je ne prêche guère une union de carpes, de crapauds et de cabras. Ici je prêche une « UNION » de véritables combattants de la liberté. Un adage togolais dit : « Les panthères de la même forêt finissent toujours par se rencontrer, et quand elles se rencontrent, elles se reconnaissent »

IV. UNE PLATE-FORME MINIMALE S’AVÈRE NÉCESSAIRE ET UTILE !       

L’ « Union sacrée » susmentionnée doit être fondée et fonctionner sur la base d’une « Plate-forme minimale » acceptée et dûment signée par toutes les parties prenantes. Le qualificatif « minimale » veut dire le « minimum » sur lequel tout le monde est d’accord. Une telle « Plate-forme » remplace le « Pacte de sang » de nos ancêtres – qui n’est plus de mise de nos jours. Si bien que la partie qui la viole s’exclut elle-même d’office !!!

Voilà, à mon humble avis, une des choses qui ont manqué à notre feu C14…

V. COMBLER L’ABOMINABLE (!!!) FOSSÉ QUE NOUS AVONS CREUSÉ ENTRE NOTRE TERRAIN ET NOTRE DIASPORA.

Dans ma longue vie militantiste, il m’a été donné de suivre de près maints combats de libération de maints peuples. Je n’ai jamais observé une scission aussi flagrante, aussi triste, aussi nuisible entre les terrains et les diasporas respectifs de ces peuples, sauf en ce qui concerne mon pays le Togo. Dès lors, il nous incombe, à nous Togolais, de tout mettre en œuvre afin d’être à même de combler un tel fossé. Car seule « L’union fait la force ». Quand lien même le grand révolutionnaire français Maurice Thorez nous a enseigné que « L’union est un combat ». Oui ! Notre Diaspora doit soutenir notre Terrain, et notre Terrain doit soutenir notre Diaspora. Car c’est la seule façon pour nous d’arriver à constituer une « MASSE CRITIQUE » susceptible de nous permettre de faire face valablement (!!!) au régime cinquantenaire décrié et vomi des Gnassingbé.

VI. DÉPASSER L’ACTUEL NIVEAU GRÉGAIRE (!) POUR FAVORISER L’ÉCLOSION DU PATRIOTISME RÉEL !!!

En 2011, un jeune Tunisien s’immola par le feu. Et cela suffit pour embraser toute la Tunisie et amena le dictateur Ben Ali à s’enfuir piteusement !!! Il en fut ainsi parce que, hormis une poignée de Turcs et de Juifs venus d’ailleurs, les Tunisiens sont, dans leur écrasante majorité, des Arabes. Ce qui facilita le soulèvement spontané, simultané, global et durable… Par contre, chez nous au Togo, notre nation est composée de 41 (quarante-et-une)(!!!) ethnies… Ce qui freine des réactions nationales à la tunisienne. À ce propos, le lecteur est instamment convié à se référer à mon article intitulé « Quand une énorme multiplicité de l’ethnies freine l’éclosion du parfait patriotisme en Afrique noire – Le cas du Togo », daté du 15 mai 2020, largement diffusé à son heure.

Il m’apparaît alors qu’une réflexion et une action concrètes de notre part s’avèrent requises en vue de trouver la solution adéquate à ce Problème.

VII. IL EST GRAND TEMPS QUE NOUS ADOPTIONS

UNE DÉMARCHE RATIONNELLE ET IDONE À L’ENDROIT

DES « FORCES ARMÉES TOGOLAISES »

« Qui n’ose rien n’a rien. »

(Diction populaire)

En matière politique, assurément(!), la « QUESTION » des « questions » au Togo est bel et bien celle des « Forces Armées Togolaises »(FAT). Dès lors, le moment est venu pour nous d’inventer les voies et les moyens nous permettant de nous approcher de nos frères et sœurs des FAT. Pour leur tenir le seul langage fraternel et concitoyen qui sied : « Chers frères et sœurs des FAT ! Le peuple togolais ne saurait être votre cible !!! Vous ne sauriez être des ennemis de votre Peuple !!! »

Un tel discours, sans nul doute, petit à petit, finirait par CONVAINCRE (!) lesdits frères et sœurs. Quels que soient les risques que comportent ces voies et moyens, nous nous devons de nous y engager. Car « Qui n’ose rien n’a rien !!! » Donc ! À bon entendeur, salut trois fois !!!

VII. CONCLUSION

Pour sa chétive part, le vieux yogi que je suis pense que, si nous voulons réellement (!!!) être en conformité avec tout ce qui précède ici, nous nous devons d’immoler nos ego respectifs sur l’autel du BIEN-ETRE du Peuple togolais, des peuples africains et, pourquoi pas ?!, de l’Humanité tout entière !!!

En effet, dans la merveilleuse Bhagavad-Gîtâ[=Le Chant du Seigneur], le Bienheureuse Seigneur Krishna dit à son disciple bien-aimé disciple Ajurna (Lire Adjourna) : « Fais les œuvres, mais ne t’entends pas à jouir des fruits des œuvres. » En bon français, cela s’appelle « L’ABNÉGATION » « LE DON DE SOI » Oui ! Tous les vrais grands hommes sont, sans exception aucune, des gens qui se sont sacrifiés pour leurs semblables. Oui ! La vraie grandeur éternelle est à ce prix !!!

Enfin, « Lorsque le chef de l’Etat lui-même reconnaît publiquement la concentration du pouvoir économique entre les main d’une petite minorité, et que l’on se rend compte que cette petite minorité appartient au socle du pouvoir politique, on ne peut que réaliser l’ampleur du problème de la gouvernance dans le pays ». [GF. Le défi de l’émergence togolaise. Sous la direction deKako Nubukpo- Comian Prosper Deh. Ed. Graines de Pensées, Lomé, (Togo), 2016, P.66] Alors, Peuple togolais !

Jeunesse togolaise !

Femmes togolaises !

Par notre foi, notre courage

et nos Sacrifices,

Libérons-nous( !) Nous-mêmes !!!

Paris, le 03 septembre 2020

Godwin Tété

Laisser une réponse