Les Infos du Grand -Bassar ! Une route et un pont stratégique pour les commerçants et paysans impraticables faute de maintenance [Par Tchapo Sina]

0

Une route secondaire et un pont qui desservent le village de Dmori jusqu’à la frontière du Ghana, désormais et ruine et impraticable faute de maintenance. Ici l’Etat a depuis fui ses responsabilités.  D’une importance capitale pour la survie d’une grande partie du Grand Bassar et stratégiquement vital pour la région et pour le Togo parce que, des deux frontières, paysans et commerçants font des chassés croisés, qui pour la récolte, qui pour les petites affaires dans la vente des produits essentiellement agricole. En pleine période des récoltes d’arachides, de maïs et bientôt d’ignames, le Grand Bassar retient son souffle. Les habitants laissés à leur propre sort faute d’une politique routière digne de ce nom, ils se sont mobilisés pour rendre le pont praticable. A l’aide de cailloux et de sable, ces pauvres populations qui auraient dans un pays normal  été des héros parce qu’ils nourrissent les voleurs en col blanc assis royalement  dans la capitale Lomé, sont devenus des damnés de la terre. Ici, hommes politiques de l’opposition comme du pouvoir y mettent pied en période électorale. Aux dires des paysans qui se sont confiés à la rédaction www.lynxtogo.info , un SOS aux autorités locales et au gouvernement a été lancé. En vain !

Personne ne semble écouter les cris de ces désespérés . Fatigués d’attendre ceux qui ont dans leur carnet un projet de société qu’on lit à la veille des joutes électorales et qui ne se réalise jamais depuis plus de cinquante-trois ans, les habitants des quartiers ( Binanwaliba, Bikouliba, Kpankissi, Wadandé et autres localités) ont finalement pris  la responsabilité citoyenne de colmater ce qu’il pouvait encore colmater ; pour donner vie à cette route stratégique et à son ponceau. Le chef du quartier de Wadande était même à côté de vaillants jeunes pour résoudre cette urgence. Tous sont unanimes que, ces moyens de bord ne sont que, provisoire. Une forte pluie et deux passages de gros camions et rebelote. Bienvenue dans l’enfer de la traversée du ponceau. Las de courir derrière un pouvoir aphone à leurs cris, les Bassari semblent désormais tourner leur regard sur leurs fils de la diaspora à travers le monde. Un SOS a été lancé à cet effet avec une commission qui sera présenté au public. Ici, aussi s’arrête la propagande funeste du programme pompeusement appelé PND. Comment le pouvoir du Togo  pourra-t-il développer les villes quand, on sait que, ce sont les villages qui ont des pistes rurales non praticables qui desservent lesdites villes en produits agricoles ? Le Cardinal Richelieu disait que : « L’agriculture et l’élevage sont les deux mamelles de la France. Leur réalisation aussi passe par la construction des voies ferrées et des routes ».

Au Togo, les paysans ne demandent, que des pistes rurales. Faure Gnassingbé  semble avoir  depuis trois mandats d’autres priorités que le développement des infrastructures routières dans les villages et villes du Togo ! En témoigne les difficultés  des paysans dans le Grand Bassar.

Tchapo Sina

Lynx.info

Laisser une réponse