Les câbles Lynx et Kofi Yamgnane

0

 

Suite à l’article du journaliste Camus Ali « Kofi Yamgnane : Il n’est pas content de la diaspora togolaise », plusieurs lecteurs nous ont laissé des courriels dans lesquels ils nous demandent de ne pas écrire ce que Kofi n’a pas dit. Les fans et supporters du Bassari sont même allés loin en nous demandant de produire les lignes qui disent que « Kofi aurait parlé du sud qui ne l’aimait pas… ». De prouver que Kofi aurait demandé une cotisation à « 100.000 Togolais à raison de 10 euros chacun ». Bat les pattes ! Nous n’avons rien contre le Bassari au Lynx. Nous n’avons rien contre le socialiste et politique français qu’il est. Nous sommes partis de la formule selon laquelle « trop c’est trop »  avec les mensonges de certains Togolais qui ont fait chemin avec les « Blancs ». Avec le Lynx, fini le culte du grand politicien. Fini avec ce culte du mensonge aux populations togolaises parce qu’on a fait une expérience européenne. Nous sommes de ceux qui pensent que l’ingénieur, le docteur, l’enseignant qui vit au Togo est d’autant plus crédible si on lui donnait les moyens de ses actions, bien plus que certains corrompus appelés « cadres de la diaspora ». Au Lynx, nous disons que Kofi, par exemple, qui a travaillé avec Eyadema, ne devrait pas au nom du pouvoir renier les relations occultes qu’il a eues avec le dictateur défunt. Nous n’avons rien écrit sur Kofi qui n’est prouvable. Ses propres citations, et autres coups de gueule, ont leurs sources. Ceux de Faure sur lui aussi ! Nous refusons que Kofi, qui a été nourri par le lait du PS français prenne les habitudes de ses maîtres « blanc ». Nous refusons qu’il éparpille sur le continent les habitudes traîtres et opportunistes d’un Jacques Lang qui était allé danser au « Zoblazo » avec le président Laurent Gbagbo dans une boîte de nuit sur la rue Princesse à Abidjan, et revienne dire au soir de  l’arrestation de ce dernier qu’il n’avait jamais été proche du bété. La politique, c’est aussi la culture des Valeurs et non du perpétuel mensonge. Quand Kofi, ingénieur des ponts et chaussées de son état, refuse d’aider son village de Bangeli ne serait-ce qu’avec la construction des ponceaux faits en bois, mais voudrait compter sur leurs voix pour être président, il va sans dire qu’il y a un problème! En définitive, nous demandons à Kofi d’apprendre à parler en public et de s’entourer de conseillers en communication politique chevronnés. Quand on s’étonne lors d’un débat télévisé de voir  Mme Rama Yade, africaine, travailler pour la droite, on doit être en mesure de dire aux mêmes Africains, comment un socialiste de sa trempe a pu se taire quand on tuait des milliers de Togolais alors qu’il était au pouvoir avec Mitterrand.

Quand on est aussi un socialiste qui va jusqu’à peindre son association Sursaut-Togo avec un Logo du PS, on devrait aussi pouvoir être en mesure de dire aux Togolais comment un socialiste et un ultra libéral peuvent chevaucher ensemble au point de devenir complices dans les tueries de Duekoué . Autant Kofi va continuer à vouloir se donner un nom qu’il a depuis perdu en France et un poids politique qui n’a jamais existé au Togo, autant le Lynx lui rappellera que la politique, c’est aussi la modestie, l’humilité et le dialogue. Ce n’est guère des coups de gueule sur les chaînes de télé en France. Signe des temps, quand Kofi encourageait les rebelles du nord en Côte d’Ivoire d’aller marcher sur les bétés du Sud, Gbagbo demandait qu’on recompte les voix. A vous, chers Africains et lecteurs du Lynx de vous faire une idée sur le brillant socialiste avec le masque blanc et la peau noire !

Djima Matapari Lynx.info

 Les câbles Lynx et le courriel de Kofi qui parle de la diaspora

Pour ce qui est de la diaspora, j’ai dit plus haut qu’elle compte plus de 2 millions de Togolais. Mais ses divisions internes, tributaires du régionalisme et du tribalisme ambiants au pays lui ont fait perdre toute crédibilité et toute efficacité. Elle a ainsi dilapidé ses chances de devenir une solution alternative pour notre pays qui vit dans la misère. Objectivement pourtant, la diaspora togolaise est la 6ème région du Togo. Elle devrait pouvoir se rendre incontournable dans le «jeu politique» togolais pour au moins trois raisons:

1.       son poids démographique et ses ressources humaines : elle compte plus de 2 millions d’individus dont des milliers de cadres supérieurs «prêts à l’emploi», mais aussi de nombreux talents, d’experts, de spécialistes de tous ordres, d’artistes pour faire rayonner la culture nationale… etc.

2.       son poids économique: elle contribue de manière déterminante, par un apport financier qui est 2 fois plus important que toute l’aide extérieure au développement, à la subsistance des Togolais installés au Togo.

3.       son engagement politique par solidarité patriotique, qui a atteint son paroxysme depuis février 2005 : par son poids médiatique, elle a largement contribué à populariser le combat politique de l’opposition sur la scène européenne et internationale ainsi qu’à braquer les projecteurs du monde entier sur ce qui se passe dans notre pays.

Or, qu’avons-nous vu lors des élections de 2010 ? La diaspora togolaise a carrément tourné le dos à ses responsabilités historiques. Membre éminent de cette nébuleuse, j’ai décidé d’être candidat avec les sollicitations et les encouragements de beaucoup de mes concitoyens exilés. A quelques-uns, nous lançons une souscription pour mener campagne. Même si seulement 100 000 Togolais de la diaspora avaient accepté de verser 10 euros, cela nous aurait suffi pour mener à bon port cette campagne. Je suis amer aujourd’hui de constater que seulement une dizaine( !) de mes compatriotes ont répondu à mon appel !

Je ne peux pas m’empêcher de chercher des explications à cette grave défaillance :

–     ou bien ils n’ont pas réellement pris conscience de la réalité de la situation de déshérence de nos populations

–     ou bien, pour la plupart originaires du sud du pays, ils ont entériné le fait que l’homme du nord que je suis ne peut pas faire mieux que la famille au pouvoir, elle aussi du nord

–     ou bien ils adhèrent à la politique du RPT parce qu’elle leur convient au bout du compte et donc tout le vacarme qu’ils font et que tout le monde entend n’est qu’un rideau de fumée pour camoufler la duplicité générale reconnue aux Togolais

Je me suis fait une réelle violence intellectuelle et morale pour accepter de penser et d’écrire cela : mais j’ai bien peur d’avoir raison de le faire ! En tous cas, j’attends que l’on me convainque du contraire !

Kofi Yamgnane

Laisser une réponse