L’école gratuite selon Faure

0

 

Ecoles Primaires Publiques de Tokoin-Dodomé, Tokoin-Doumasséssé I et Doumasséssé II, la liste des établissements publics où les premiers responsables ont décidé de mettre un peu de sable dans le « gari zozo » du prince, s’allonge. Ces petits directeurs d’école aussi hein, ont-ils oublié que leur prince héritier chéri est en fiesta ? Il vient de remporter haut les mains une victoire qu’il n’a pas encore fini de fêter.

 

A Tokoin-Dodomé surtout, la directrice madame Batako Matisè est intraitable. Elle a renvoyé à compter du lundi 07 juin dernier à la maison tous les enfants dont les parents ne veulent pas se plier à ses quatre volontés. Madame la directrice exige que chaque enfant donne 2 bols de maïs ou 1000 F CFA d’abord avant de composer pour les examens de fin d’année. Elle dit prendre cette décision pour pouvoir payer les arriérés de solde du gardien de l’école. Ce que certains parents n’ont pas voulu accepter car, pour eux, pas question de verser quoique ce soit à la directrice en cette période de gratuité décrétée par le préfet du Togo. Ils ont ainsi mené des investigations et au finish, il en ressort que les directeurs de ces écoles concernées voudraient tout simplement se faire un peu de sous en cette fin d’année scolaire au Togo. Mais à l’heure où il est, d’autres parents ont déjà réglé la petite note salée de la directrice de peur de voir leurs enfants échouer avant l’examen. C’est l’école gratuite telle que décidée par le prince charmant Faure et ses sbires.

En tout cas, le Lynx a cherché et a trouvé. Contactés, les directeurs desdits établissements jurent la main sur le cœur de n’avoir aucune intention de se faire de l’argent au dos des parents d’élèves. Pour eux, les mesures d’accompagnement de la gratuité de l’école se font désirer.  « Les autorités ne font que nous promettre des choses mais nous sommes jusqu’à présent à courir de gauche à droite pour que les enfants puissent composer. Un examen nécessite un peu de moyens quand même », a laissé entendre la directrice de l’EPP Doumasséssé I. Or, il leur faut assurer le service minimum. D’où selon eux, la décision d’exiger au moins « quelque chose » pour joindre les deux bouts en attendant le décaissement promis par les autorités du ministère des Enseignements Primaire et Secondaire.

La gratuité de l’école préscolaire et primaire tant vantée par les thuriféraires patentés du clan n’a été que de la poudre aux yeux des uns et des autres. L’Etat «  Faure » rechigne à consentir des sacrifices à cet effet.  Les Togolais habitués au jonglage de leurs dirigeants découvrent stupéfaits que, l’appareil de propagande du prince qui était monté au créneau pour leur servir la douce musique de la gratuité avec en fond sonore un « atalaku très, très faure » pour Faure, les a faits endormir pour pas grand-chose. Désormais, l’école préscolaire et primaire est gratuite dans le royaume, avait-on dit en 2008. Aucun sous ne sera plus déboursé par les parents pour envoyer leurs rejetons à l’école de Faure qui a promis tout prendre en charge. Il est même prévu des cantines scolaires comme au bon vieux temps. Tout ce que le pouvoir demande dorénavant aux parents est de se débrouiller pour confectionner une tenue et payer les articles scolaires à leurs enfants. Le reste, l’Etat s’en charge. Mais la mayonnaise tarde à prendre au grand dam des directeurs d’école qui jadis, profitaient beaucoup des frais scolaires versés par les parents pour se faire une petite santé financière. Nous nous souvenons encore comme si c’était hier les comportements du regretté Tiadéma Baoulame, directeur du collège d’enseignement public de Tchawanda à Sokodé lorsqu’il s’agissait de percevoir les frais scolaires. Le monsieur ne blaguait pas du tout avec son « écolage ». Il en réclamait comme si sa vie en dépendait.

Aujourd’hui, tous les responsables d’établissements d’enseignement public grincent les dents pour cause de gratuité. Dire que le clan promet aussi la même chose au niveau secondaire (collèges et lycées). C’est sûr qu’à ce niveau, des proviseurs tel De souza du lycée technique d’Adidogomé, va piquer une crise.

Igomzikpé Malika  Lynx.info ( Stagiaire)

Laisser une réponse