Le RPT joue et jongle avec l’avenir des Togolais

0

Il faut arrêter ces pépés du RPT ! Ils ont tous leurs enfants en Europe. Annoncés comme le dernier round pour faire entendre raison aux uns et aux autres de l’imminence de trouver une solution au travail bâclé de Tabiou Taffa á la CENI, les opposants reviennent encore défaient par ces cadors aux longues dents du RPT.Comme si le Togo était leur seul propriété au RPT, les tenants du régime semblent ne rien laisser.Ici on ne parle pas du Pouvoir qui est devenu une obsession au RPT.On parle d’un peuple,de 6 millions d’âmes.A moins que au RPT on a fait de la célèbre phrase de l’ex premier ministre Koffi Sama une devise : « C’est encore mieux de trancher 10.000 têtes togolaises que de perdre ce pouvoir »

C’est ici l’occasion de dire haut que les togolais doivent se tenir prêts á aller á cette guerre contre le RPT.Au final l’histoire des pays démocratiques aussi a été écrite par le sang. Le Lynx vous propose de lire les coups de gueule des différents protagonistes au sortir du retentissent échec  de Ouaga.

Tabiou Issifou Taffa, président de la CENI du Togo : “La date du 28 février tient, les points évoqués lors de cette audience me satisfont… Je ferai le compte rendu à la CENI à Lomé. Je ne suis pas l’opposition.

Georges Lawson (UFC) : “Je ne suis pas satisfait de cette rencontre parce que nous n’avons pas suffisamment rencontré d’ouverture de l’autre côté pour que les élections soient réellement transparentes, crédibles et acceptables … Les revendications étaient de 3 ordres : la révision des listes électorales qui s’est mal passée, certaines régions ont connu un déficit d’électeurs, alors que d’autres ont connu une augmentation anormale.

Dans certaines régions, alors que la progression normale de la population est de 2% par an, la progression électorale dans ces régions était de 20%, ce qui a donné des électeurs supplémentaires de l’ordre de 82 000 ; deuxièmement, la traçabilité des bulletins : on a des bulletins à souche, l’origine des souches est très importante, là aussi il y a une argumentation de secret du vote qu’on nous oppose ; le troisième point de discorde, c’est l’authentification. Là aussi, on nous a parlé du secret du vote, alors que cette authentification a été pratiquée en 1994 et en 2007. Mais le facilitateur a pris la position de chacun, il n’a pas pu sortir un consensus”.

Et le représentant de l’UFC de balayer d’un revers de main la question des délais constitutionnels, car pour lui “le Togo ne nous tombera pas dessus parce que nous avons organisé des élections hors délai”. Surtout qu’une clause de la constitution maintient le chef de l’Etat en fonction jusqu’à la prestation de serment du nouvel élu.

Enfin, George Lawson martèlera : “Nous allons aux élections pour les gagner, nous n’allons pas pour accompagner le pouvoir. Je suis avocat, je connais la valeur des mots, nous n’accompagnerons pas le pouvoir à ces élections”. Un boycott de l’UFC, si les choses restent inchangées, est donc probable.

Solitoki Esso (RPT) : “Nous avons eu à échanger sur un certain nombre de problèmes liés au processus électoral, et nous avons estimé que les problèmes qui n’ont pas encore pu trouver de solutions seront discutés au sein de la CENI, notamment les problèmes liés aux listes électorales, conformément à la loi électorale, des contestations y relatives peuvent se poursuivre jusqu’au scrutin. L’élection aura lieu le dimanche 28 février 2010”.

Me Djodji Apevon (CAR) : “A quelques semaines de la présidentielle, nous avons constaté qu’au niveau de la préparation quelques problèmes restent en suspens, notamment le fichier électoral,… la révision des listes s’est mal terminée, on a voulu que cette opération soit reprise, il y a également la question de l’authentification, du vote par procuration,… le facilitateur a estimé qu’effectivement il faut trouver une solution mais compte tenu du temps qui reste, il faut proposer un report pour corriger les choses ; le facilitateur a promis de discuter avec son homologue Faure du Togo”.

Camus Ali  Lynx.info

Laisser une réponse