Le pipeau de Faure Gnassingbé sur son mariage au Radisson Blue ! [Par Djima Matapari]

0

Il court le bruit. Faure Gnassingbé se serait décidé. Enfin ! Le bouc de la cité à qui, on attribue la paternité de toutes les grossesses des chèvres est devenu un chef d’Etat responsable. Fini le temps, où Ingrid Awadé montrait son petit ventre au premier venu. Comme pour dire que, je porte la grossesse du prince. Fini le temps où, cette fille Moba quitte la ville de Brême en Allemagne avec enfant pour être proche de son « Faure nationale ». Fini le temps où Julie Beguèdou fait déverser des tonnes de riz sur le tout Togo…devenue femme d’affaires après une nuit d’exercice de jambes en l’air avec le prince. Faure Gnassingbé, c’est ce chef qui vit comme s’il n’allait jamais mourir. Les femmes, il en écume. L’heureuse élue serait venue droit de Paris. Le nom et le physique, votre journal préféré vous l’épargne. Bardée de diplômes de l’université Paris-Dauphine et de l’université de Georges Washington comme lui, elle est arrivée à briser le rêve fou de milliers de postulantes. La fête aurait eu lieu dans le nouveau joyau. Hier Hôtel du 2 février aujourd’hui Radisson Blue, une propriété de milliers de filous arabes, israéliens, européens… bref de la Camorra mondiale qui sévit depuis en Afrique. Le polar semble encore avoir emballé la presse togolaise. Dans ce pays, le journalisme rime avec filouterie, fumisterie et surtout mépris du noble métier. Le bruit a tellement fait le tour du monde que, Mr Salif Kamalo, ce curieux personnage togolais qui intervient sur la chaîne panafricaine Afrique Media a aussi repris ce «polar » sans même faire une petite enquête. La honte ! Dans le fond comme dans la forme, Faure Gnassingbé se nourrit de ce genre de menteries. Cela lui permet de détourner son peuple vers des galipettes, vers des choses qui ne tiennent debout que  par ceux qui veulent y croire.

D’ailleurs, il n’est pas à son premier test. Parfois, il question d’un président qui s’apprêterait à libérer son demi-frère Kpatcha Gnassingbé. Tantôt, il serait prêt à quitter le pouvoir. Parfois aussi, il fait véhiculer dans la société togolaise, une maladie imaginaire. Toutes ces bulles d’air dans le ciel ont pour but de détourner l’opinion nationale sur le banditisme d’Etat qu’il a érigé en projet de société. La preuve est qu’il a bien réussi à faire oublier et le peuple comme son opposition sur les élections locales. Comme le père défunt, le fils vivant Faure Gnassingbé sait que, son pouvoir vient des caves de l’Elysée. Le peuple togolais, il n’en a cure. Le reste, il peut sabler son champagne et laisser courir des bruits sur ses orgies sexuelles avec quelques fées de minuit. Une belle manière de se moquer de ces vaillants journalistes qui ont fait de leurs paperasses leur fonds de commerce militant. Celui qui a fait de la femme togolaise, un objet pour ses plaisirs sexuels est celui qui, le premier lance des bulles d’air sur un mariage qui n’a jamais eu lieu. On en veut encore… Si on comprend bien, après son festival de jeu de jambes en l’air et les enfants par ci par là comme un bouc dans la cité, il serait devenu sage ? Sur ce point, qu’on l’aime ou pas, le prisonnier personnel de Faure Gnassingbé qui n’est autre que, son demi-frère prisonnier Kpatcha Gnassingbé est plus responsable que, celui qui saute d’avion en avion dans le seul but de cadenasser son pouvoir…..Un pouvoir usurpé un soir de février 2005 !

Djima Matapari
Lynx.info

{fcomment}

 

Laisser une réponse