Le naufrage de la classe politique togolaise [Dr David IHOU]

0

Jean-Pierre Fabre est un enfant gâté adoptif du Général Gnassingbé Eyadema….

                                              

Où est donc passé Me Zeus AJAVON, le Coordonateur du CST (Collectif Sauvons le Togo) ? On ne l’a pas (beaucoup) vu ni entendu avant, pendant et après la présidentielle du 25 avril 2015 … pour quelqu’un qui « veut sauver » le Togo…

« Le CST s’engage solennellement à empêcher par toutes les voies et tous les moyens à sa disposition, la tenue des mascarades d’élections législatives et locales que le gouvernement s’acharne activement à préparer à marche forcée, ainsi que toute mascarade électorale ultérieure au Togo… »

On croit rêver en lisant cette déclaration belliqueuse de Mr Zeus Ajavon, avocat de son état, qui a réussi tout de même à mobiliser plusieurs milliers de nos compatriotes dans nos rues avant les législatives du 25 juillet 2013. On est sidéré aujourd’hui de constater que ni Me Zeus AJAVON, ni les deux autres mousquetaires du CST, Me Jil–Bénoît Afangbedji et Me Raphaėl Kpande-Adjare n’ont pas beaucoup « montré leur visage dehors», au cours de cette présidentielle…
On se rappelle aussi que c’est ce même Zeus AJAVON qui a conduit une enquête bidon sur les incendies des marchés de Kara et Lomé de janvier 2013, enquête bidon signée par plusieurs responsables politiques, dont le leader de l’opposition togolaise, Mr Jean-Pierre FABRE, candidat malheureux à la dernière présidentielle et Pedro Francis AMUZU, l’éphémère et fantasmagorique vice-président de la CENI, désigné par FABRE !…

Comme cette enquête loufoque ne suffisait pas, c’est une certaine presse qui s’y est mise, avec la publication, à la UNE du journal LIBERTE, de Zeus AZIADOUVO, des photos de trois (3) officiers supérieurs des forces armées togolaises (FAT), dont le Chef d’Etat -major général actuel, un commissaire de police et de trois cadres de l’administration , dont la directrice générale des Impôts d’alors ! On n’a pas besoin d’être journaliste ou juriste pour savoir qu’on ne publie jamais les photos de personnes non encore inculpées, jugées et condamnées par la justice officielle ! Si un ou ces 7 concernés portent plainte, notre ami Zeus Aziadouvo et tous les signataires de cette enquête bidon se retrouveront en prison, et ils l’auront amplement mérité!

Après avoir fait rêver certains togolais naïfs, le CST a connu son apogée en s’accoquinant avec l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement) de Jean-Pierre Fabre, et le métisse se faufila sous la couverture du CST, qui représenta l’ANC, sous cette appellation de CST, avec d’autres formations politiques de second ordre, pour les législatives du 25 juillet 2013 ! Mais la mayonnaise n’avait pas pris, et malgré les marches, les sit-in, et les invectives menaçantes, l’ANC et le CST ne s’en sortent qu’avec seize(16) députés sur les 91 du Parlement, alors que Arc-en-ciel, un regroupement hétéroclite de sept partis politiques récolte 6 sièges, l’UFC de Gilchrist OLYMPIO, trois sièges, ADDI d’Aimé GOGUE, trois élus ! Un siège d’Indépendant est accordé à une dame de Sursaut Togo, une association…Et UNIR, le Parti au pouvoir rafla 62 sièges sur les 91 !

A côté de ce folklorique CST, animé par des défenseurs des Droit de l’Homme, qui se sont trompés d’objectifs, ce sont tous les leaders politiques de l’opposition qui ont tous fait naufrage !

1) L’ANC de Jean-Pierre FABRE

Nous l’avons dit et répété, le crime ne paie pas, surtout le parricide ! Et c’est un véritable « parricide » que Jean-Pierre FABRE et ses compagnons de l’ANC ont commis, pour se séparer de leur mentor, Gilchrist OLYMPIO, qui leur a tout donné, tout fait, mais ne leur a pas beaucoup appris en politique ! Jules César aussi avait tout fait à BRUTUS (Marcus Junius Brutus Caepio), mais le 15 mars de l’an 44 avant Jésus-Christ, Brutus donna le dernier des 23 coups de poignard que reçut Jules César ce funeste jour-là, et il mourut !

« Toi aussi mon fils ?», avait crié CESAR, en reconnaissant parmi les assassins qui se surnommaient entre eux les LIBERATORES, son fils adoptif BRUTUS, qui n’est autre que le fils (né d’une première couche), de sa maîtresse Servilia Caepionis ! L’histoire de Gilchrist Olympio et de Jean-Pierre Fabre ressemble un peu à celle de Cesar et Brutus

L’UFC de Gilchrist Olympio, Jean-Pierre Fabre, Patrick Lawson, Isabelle Améganvi et cie d’alors, avait obtenu 27 députés sur les 81 (que comptait alors notre Parlement en 2007), contre 50 sièges pour le parti au pouvoir, le RPT d’alors, pendant que le CAR de Me AGBOYIBO glanait 4 députés. Puis, c’est l’élection présidentielle de 2010, avec le clash entre le père et le fils adoptif. Retenu à l’étranger à cause d’un accident domestique, à quelques semaines du scrutin, Gilchrist Olympio laissa sa place à Jean- Pierre Fabre, pour représenter l’UFC, et grâce à l’aura d’alors du père, le fils obtint 33 % contre 66 % pour Faure Gnassingbé ! Puis, c’est le renvoi des 9 députés de l’UFC (dont Jean-Pierre Fabre), et la création, plus tard, de l’ANC, et l’expression féroce de la haine contre Gilcjhrist Olympio, avec les injures, les menaces et la malédiction, quant l’UFC originale signa un accord politique de gouvernement avec le Président Faure Gnassingbé !
Avec ses 16 députés au Parlement, l’ANC ne présenta aucun projet de loi propre à elle depuis sa création, et son leader ne présenta aucun projet de société au peuple togolais. Tous ses discours ne font que ressasser les trois mots magiques pour lui : Alternance, Mobilisation, Changement ! Le disque est tellement rayé que les populations l’écoutaient de moins en moins. Plusieurs sondages de l’Agence « I and I » ne lui donnaient que 15 à 18 % des suffrages, s’il se présentait à la présidentielle, avec les autres ténors de l’opposition. Heureusement pour lui, ni Gilchrit OLYMPIO, ni Alberto OLYMPIO (un nouveau venu percutant sur la scène politique), ni Me Dodzi APEVON (celui-là qui avait obtenu 6 sièges avec Arc-en-ciel en 2013, alors que l ’ANC avait engrangé 16), ni Kofi Yamgnane, le franco-togolais, ancien ministre de Mitterrand) dont la représentante de Sursaut –Togo avait obtenu un siège d’Indépendant au Parlement…

En faisant une simulation du scrutin, qui est à un tour, si tout ce monde –là s’était présenté, Jean-Pierre Fabre n’aurait obtenu qu’entre 12 et 15 % des suffrages exprimés ! Il peut s’estimer heureux qu’il ait affronté Faure Gnassingbé sans ses concurrents potentiels de l’opposition, l’électorat de Faure Gnassingbé étant presque fidèle à son leader !

Jean-Pierre Fabre est un enfant gâté adoptif du Général Gnassingbé Eyadema, qui lui a fait beaucoup de choses (décidément le gars a beaucoup de pères adoptifs !). Et c’est pourquoi je crois que la Cour Constitutionnelle actuelle est complaisante à son égard, car, selon l’article 62 de notre Constitution, il n’est pas éligible aux fonctions de Président de la République au Togo, n’étant pas exclusivement de nationalité togolaise à la naissance !

Et je pense que c’est cette complaisance qui fait qu’il nargue la Haute juridiction en l’insultant qu’elle « est à la botte » du pouvoir ! Un peu de reconnaissance et de politesse, Monsieur le candidat malheureux à l’élection présidentielle !!!

Tous les observateurs de la vie politique togolaise savent que si L’UFC n’avait pas implosé, et si les LIBERATORES de Gilchrist Olympio ne l’avaient pas poignardé, et avaient manœuvré intelligemment, l’alternance aurait été peut-être possible en cette année 2015 au Togo!!!
J’avais écrit, en observateur avisé de la vie politique togolaise, 5 articles en 2013 qui tiraient la sonnette d’alarme :

« 2015, Adieu l’Alternance » ;
« L’opposition togolaise et les raisons de sa perpétuelle déculottée » ;
« Nous sommes à J-275, et l’opposition divague toujours » ;
« Le problème au Togo n’est pas l’alternance mais ceux qui peuvent l’incarner » ;
« A quand l’émergence de vrais leaders politiques de l’opposition togolaise ? ».
Il faut être inconscient pour ne pas s’inquiéter de ces signaux rouges, à quelques mois d’un scrutin présidentiel !

Le vrai problème du Togo est l’absence d’un vrai leader charismatique de l’opposition, compétent, travailleur, qui peut nous pondre un bon projet de société, et qui puisse conquérir le cœur des populations, aussi bien des villes comme des campagnes !

2) Les autres leaders de l’opposition

Me Dodzi APEVON, Mme Kafui ADJAMAGBO, Aimé GOGUE, Gerry TAAMA, Alberto OLYMPIO, Tchassona TRAORE, AGBEYOME Kodjo sont quelques uns des figures résiduelles de l’opposition togolaise, la bonne graine sérieuse qui pouvait inquiéter Faure Gnassingbé ayant jeté l’éponge : Me Agboyibo, Leopold Gnininvi, Edem Kodjo , Joseph Kokou Koffigoh, et Gilchrist Olympio…

Rongés par le remord, pour n’avoir pas pu apporter l’alternance, à cause de la lourdeur de la tache, mais aussi, à cause de certaines de leurs erreurs, ils s’en son allés et sans laisser une relève digne de ce nom !

Brigitte ADJAMAGBO a trahi Léopold Gnininvi et le parti des grands cerveaux, la CDPA, en s’accoquinant comme un matou avec Jean-Pierre Fabre dans Cap 2015 ; maintenant que CAP 2015 est du passé, que va-elle faire maintenant ?

Me Dodzi APEVON n’est que l’ombre de l’animal politique nommé Me AGBOYIBO …
Francis EKON n’est que la pâle copie d’Edem KODJO dans la CPP d’aujourd’hui …
Jean-Pierre Fabre est le Brutus togolais, qui n’est qu’un champion olympique des trottoirs de Lomé…

Agbéyomé Kodjo s’est cru le dauphin du général EYADEMA, avant que le RPT ne le cloue au pilori, pour avoir écrit un brûlot intitulé : « Il est temps d’espérer » ; il fait aujourd’hui l’équilibriste entre UNIR et une Opposition epsilon…

Aimé Gogué est un bon intellectuel sérieux, mais à part son fief des Savanes, il ne représente pas 1 % de l’électorat des 4 autres régions du pays !…

Gerry Taama a de l’avenir, mais il lui faut encore 10 ans au moins pour s’affirmer…
Alberto Olympio ne nous a montré, jusqu’à présent, que sa langue mielleuse, mais il a renoncé au dernier moment à la présidentielle du 25 avril et personne ne sait ce qu’il vaut vraiment !…
Tchassona Traoré, le notaire, est un bouche-trou électoral, sans rien de consistant à proposer à ce jour au peuple togolais !…
A quel Saint allons –nous nous vouer pour avoir un homme politique de valeur qui peut faire le consensus ?…

3) La diaspora togolaise

C’est la plus grosse déception des togolais ! Il faut lire les articles délirants des soi-disant intellectuels togolais de l’extérieur pour se demander si nous ne sommes pas maudits !

Dr Yves Amaïzo, Pierre Adjeté, Komlan Douvon, Kofi Folikpo, Camus ALI, Matapari DZIMA, Brigitte Améganvi, Jean-Baptiste PLacca (le Nègre de RFI),Tino Brassier, Komlan Kpogli, Sena ALIPUI, David Kpelly, et Kodjo EPOU, etc. , donnent la nausée à cause de leurs analyses sur les réseaux sociaux…Depuis au moins deux ans que je lis leurs articles, je n’ai vu aucun d’eux faire des propositions concrètes pour l’avancement de notre pays ! Ils ânonnent, délirent, critiquent pour critiquer et se masturbent à volonté, sans se soucier de leur dignité personnelle…

Kodjo EPOU par exemple, trouve par exemple, que c’est épatant que la CEDEAO inscrive dans sa charte, la limitation des mandats à deux pour les pays membres ! On a beau lui expliquer que le système politique de chaque pays dépend de son peuple – et de son peuple seul – et que seules les populations de chaque pays ont le droit, par référendum national, de décider du modèle politique de leur pays. La politique de chaque pays relève de sa souveraineté nationale, et c’est pourquoi la France peut avoir une limitation des mandats de ses présidents, alors que l’Allemagne, cofondatrice de L’UE, n’a pas de limitation de mandats pour ses chanceliers et Chancelières ! Idem pour le Luxembourg ! Idem pour le Royaume-Uni, qui veut, par référendum, sortir même de l’UE, selon les promesses du Premier Ministre David Cameron, brillamment réélu récemment ! Chaque pays est en plus libre d’enter ou de sortir d’une Organisation sous régionale, comme l’a fait le Rwanda, il y a 8 ans, et qui veut encore réintégrer la même Communauté des ETATS de l’Afrique Centrale aujourd’hui ! Ce n’est pas Michel Kafando, ni Yaya Jamey, ni Yayi Boni, ni IBK, ni Alassane OUATTARA qui vont décider que les togolais, par exemple, doivent avoir leurs mandats présidentiels limités à deux ! Ce ne sont pas non plus les présidents mexicain ou vénézuélien ou même américain, qui peuvent décider, à un sommet, que le mandat de tous les pays de l’Organisation des Pays Américains sera désormais de un an ou de 3 ans !

Comme on le voit, il y a un trou d’air dans le cerveau de certains de nos intellectuels de la diaspora et ce n’est pas demain la veille qu’on peut voir un présidentiable poser sa valise au palais de La Marina (siège de la présidence togolaise)…

Par ailleurs, récemment, le groupe musical TOOFAN a été chahuté à NANTERRE où il donnait un concert, sous prétexte que le groupe avait chanté au Togo, pour la campagne électorale de Faure Gnassingbé, pour la présidentielle du 25 Avril dernier ! Ils vivent dans un pays démocratique comme la France et ne savent pas qu’à chaque meeting politique dans l’Hexagone, chaque vedette de la chanson se produit pour le candidat de leur choix, à la demande du candidat !
Comme on le voit, nous avons de sérieux problèmes au Togo pour expliquer aux togolais de l’intérieur comme de l’extérieur le sens de la démocratie ! Peut-être une lobotomie sera nécessaire pour certains togolais, pour qu’ils ne nous honnissent pas, à longueur d’années et de décennies…
Les prochaines échéances électorales seront pour juillet 2018 (législatives) et pour Avril 2020 (présidentielle), avec la même Cour Constitutionnelle (elle est élue pour 7 ans après avril 2013, pour ceux qui ne le savent pas)…Espérons que nous n’allons plus voir et entendre les élucubrations que nous avons vues et entendues pendant cette demi-décennie, de la part de certains politiciens ignares, paresseux, malhonnêtes, et irresponsables!

Que Dieu protège le Togo !

Dr David IHOU, Consultant en Géopolitique et stratégie sécuritaire.
 

Laisser une réponse