Le dilemme du retour de nos frères Africains en occident ou de ceux adeptes des religions des autres

0

Pareil pour les religions importées qui nous abrutissent ici en Afrique

Il prit alors la décision d’aller vivre dans la maison des voisins d’en face qu’il trouvait tellement belle et classe. Les voisins, par intérêt et sournoiserie déguisés en humanisme, le laissèrent venir chez eux. Mais, maltraité, il comprit vite que dans cette maison étrangère, il n’y aurait pour lui que la place de serviteur. Frustré, il se consola en se disant :

« même si je dois faire le ménage, nettoyer les chiottes, prier dans une langue que je ne comprends pas, après tout, je vis dans une belle maison ».

Les années passent et il se rend compte qu’il avait commis une erreur, qu’il n’aurait pas dû abandonner son frère seul dans la maison familiale, qu’il aurait dû rester et reconstruire la maison en la rendant aussi belle que celle du voisin. Mais, pris de honte, il se résout à vivre dans sa prison dorée en disant de temps en temps que la maison de ses parents n’est pas belle et que la faute incombe à son frère.

Cette métaphore, juste pour décrire la situation de l’immigré africain ou celle de l’africain incarcéré dans la religion des autres.

On n’abandonne pas sa maison à cause des difficultés. Revenez à la maison. Un vrai soldat n’abandonne pas le champ de bataille. Il y reste et se bat jusqu’à la victoire ou la mort. Vous avez abandonné l’Afrique, vous avez abandonné la religion de vos ancêtres, vous n’avez donc pas de leçons à donner à vos frères qui y sont restés même si vous les trouvez arriérés.

Nous ne devons pas à cause des problèmes temporaires préférer un autre monde au nôtre, surtout si ce monde n’a que mépris pour nous. Si nous les fuyons qui viendra résoudre nos problèmes à notre place ? Moi, j’avoue tout de même qu’il n’est pas facile de retourner vivre en Afrique, mais j’ai franchi le pas il y a 19 ans en me jetant dans le vide, car j’ai un bon moment résidé en Occident et j’ai regretté grandement tout le temps que j’ai perdu là-bas. Quel gâchis !

 »J’ai compris trop tard qu’aucun africain ne quittera sa misère en Afrique pour aller devenir riche en Europe, jamais ! »

Personne ne pourra sauver l’Afrique de la dictature à partir des capitales occidentales. Votre place de combattant, d’expert, de simple travailleur est ici même en Afrique. Pareil pour les religions importées qui nous abrutissent ici en Afrique. Personne (en Afrique) n’ira au paradis des autres en fuyant ses propres ancêtres.

Allez, courage mes frères, avec toute l’expertise acquise sur les braises ailleurs revenez à la maison commune, c’est une perte de temps de rester chez les autres, nos tortionnaires d’hier !!! Si leur paradis existait, ils nous l’auraient caché !

Etoudi Gedeon 

{fcomment}

Laisser une réponse