Le couple Kouchner-Ockrent et la misère des Africains, 2ème partie

0

Décidemment le couple Kouchner-Ockrent n’a pas fini de profiter de la misère des Africains. Et pour cause. Après le rapport d’audit de 24 pages (annexes comprises) facturé 400 000 euros par l’ex-« French doctor » à Omar Bongo du Gabon en août 2004, c’est maintenant au tour de son épouse, (l’ex-journaliste ?) Christine OCKRENT d’aller se servir auprès de Denis Sassou N’Guesso sous le couvert du Magazine Forbes Afrique. Elle s’était déjà rendue à Brazzaville pour le lancement dudit Magazine, en juillet 2012, et elle va à nouveau s’y rendre, le 23 juillet prochain, cette fois pour y animer la première édition de son Forum Forbes Afrique sur « L’émergence des classes moyennes en Afrique ».

Il s’agit en réalité d’une opération de communication destinée à promouvoir l’image d’un vieux dictateur sanguinaire et corrompu qui pille son pays et condamne son peuple à la misère depuis 30 ans, et qui rêve de modifier la Constitution pour rester au pouvoir à vie.

Même si on ne sait plus très bien si Madame OCKRENT répond toujours à la profession de journaliste, elle ne peut pas ignorer qu’au Congo de son ami Denis Sassou N’Guesso un médecin gagne 80 000 francs CFA/par mois (moins de 150 euros) et le pays est classé 142e à l’Indicateur de développement humain (IDH) du Pnud, en 2013. Et même si elle ne le sait pas, son conjoint lui, ne peut pas ne pas le savoir pour avoir également mis son expertise de « French doctor » au service du Congo de ce même Denis Sassou N’Guesso.

Madame OCKRENT sait donc très bien qu’on ne peut pas parler dans ces conditions de l’émergence des classes moyennes au Congo.

D’où la question que tout le monde se pose : Combien Madame OCKRENT a-t-elle reçu du dictateur congolais pour accepter de faire ce sale job après le scandale provoqué par les (faux) rapports de Bernard Kouchner sur le système de santé gabonais ?

Cette question doit être également posée à l’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin ainsi qu’à l’ancien Directeur général de l’Agence française de développement Dov Zérah et au Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie Abdou Diouf, qui prendront eux aussi place le 22 juillet prochain à bord d’un vol spécial affrété par le dictateur congolais, toujours sous le couvert du fameux Magazine Forbes Afrique.

Bienvenu MABILEMONO

Laisser une réponse