La Riposte : Blancs comme neige !

0

 

Décidément, à quelques jours de son historique procès à la Haye, Laurent Gbagbo fait vendre. Si bien qu’une certaine presse pro-Ouattara, ne se passe plus du sujet pour tenter de faire grimper les chiffres de ses ventes. Quand bien même ils n’ont rien de sensé à écrire, une photo du président Gbagbo, son nom en gras, bien en évidence à la Une et le tour est joué. ‘’Yako’’ aux lecteurs de ces journaux !On se souvient il y a quelques jours, ces rédactions spécialisées dans la griotique ouattarienne  s’étaient vues suspendre la subvention de leur mentor pour « insuffisance de rendement ». Ce dernier leur reprochant leur inefficacité alors qu’il se faisait proprement « laminer » par les quotidiens proches de Laurent Gbagbo. Sevrés de cette manne financière, on peut donc comprendre les raisons qui les poussent à donner dans du sensationnel en lieu et place d’un travail journalistique correct et professionnel. Sachez donc que sous leurs « Foudroyantes » élucubrations se cachent en réalité des besoins alimentaires qui nécessitent qu’ils s’accrochent mordicus à un sujet, devenu pour eux une véritable mine d’or, même si l’on sait qu’ils n’ont rien de pertinent à proposer à  leur maigre lectorat. Tout compte fait, leurs journaux se vendent et les « sous » rentrent aussi, « qui est fou ? », diront-ils.

Qu’ils vendent donc leurs journaux, cela est un fait. Mais il y a un proverbe africain qui prévient : « lorsque tu danses avec un aveugle, il est bon, de temps en temps, de lui marcher sur les pieds pour qu’il n’oublie pas qu’il y a un autre danseur avec lui sur la piste de danse ». A ce titre, qu’il nous soit permis de dire à ces rédacteurs de papiers brouillons, que la justice et la vérité ne sont pas de vains mots. Et que le mensonge ne saurait prospérer indéfiniment. Ceci pour dire, qu’on ne va pas à un procès comme on irait  à une soirée de beuverie où, sous l’effet de l’alcool, on mélange tout. Gbagbo, Taylor, il n’y a même pas photo. Pas la peine d’aller plus loin. Et nous restons sereins parce que nous avons avec nous la vérité.

D’autre part, 4000 pages pour formuler l’acte d’accusation imputant à Laurent Gbagbo tous les crimes commis durant la crise ivoirienne, est tout simplement un acte farfelu. Pas étonnant de la part du lugubre Procureur Ocampo. Dans ses rêves les plus fous, prétexterait-il que Gbagbo ait ordonné le massacre, la torture, le viol, les brûlures de milliers de personnes, pendant que Ouattara, une auréole de saint au-dessus de la tête, depuis l’hôtel du golf aurait demandé à ses rebelles Frci, armés uniquement de bouquet de fleurs, de ne point faire de mal à personne, ni même à aucune mouche? Ceux-ci seraient donc passés dans toutes nos villes, villages, quartiers et de maison en maisons, distribuant à tous, notamment aux personnes jugées proches de Laurent Gbagbo, ces fleurs avec en prime un baiser de fraternité pour chaque personne visitée. Merveilleux ! Ainsi, Alassane Ouattara, Soro Guillaume, Wattao, Chérif Ousmane, Fofié Kouakou et consorts, seraient blancs comme neige ! Soyons sérieux.

Marc Micael

Laisser une réponse