La Dépêche : Bêtise humaine au sommet !

0

 

  

Dans un article du confrère La Dépêche, La Lettre du Continent et le Lynx sont taxés d’être des fauteurs à l’ordre public, des génocidaires et des tribalistes. Avant que la rédaction de Lynx ne prenne des mesures contre ces marchands plumitifs au Togo, nous laissons aux lecteurs lire l’article en question. Lecture!

Incitation à la haine tribale et trouble à l’ordre public au Togo : « Lynx-Togo »et « La lettre du Continent » au banc des accusés

S’il y à un pays au monde où le tribalisme, un phénomène ethnocentrique, menace de détruire la société, c’est sans aucun doute le Togo. C’est le cas depuis la nuit des temps. Dans ce pays longitiligne, le phénomène a dépassé les bornes des ethnies pour devenir régional. 

Si pendant longtemps on opposait les Kabyè aux Hahouna, aujourd’hui, on parle des Nordistes et des Sudistes pour désigner d’un côté tous ceux qui vivent au dessus de Blitta et en dessous de cette ville charnière.

Dans l’entendement des partisans de cette doctrine, des nazis made in Togo, il y à d’un côté, les bons, beaux, intelligents, et bien éduqués togolais qui méritent tout, et de l’autre, les vilains, toquets et criminels qui n’ont droit à rien. Pour ces nazis, les Togolais de la partie septentrionale, n’ont jamais rien mérité. Seuls les méridionaux méritent tout.

Cette manière négative de voir les choses, secrétée par le vilain complexe de supériorité est développée par les descendants de la classe esclavagiste installés sur la côte ouest africaine depuis la pénétration européenne. Cette doctrine dangereuse a fini par contaminer les mentalités des serviteurs des maîtres. Ces bons esclaves de maison, à force de recevoir cet enseignement ont fini par croire que si le maître est supérieur à l’esclave, donc l’esclave lui-même est supérieur au digne peuple de l’arrière-pays qui n’est à leurs yeux que des  » gbémélans  » (sauvages). En voilà un concept dangereux qui a détruit sous d’autres cieux l’équilibre de la société comme au Libéria, en Sierra Léone, en Afrique du Sud, en Inde, en Angola, etc.

Tout récemment encore, il n’en fallait que de très peu pour ce pays, où Félix Houphet Boigny, ce visionnaire des indépendances a bâti des mains d’expert la paix pour tous les peuples de la sous-région.

Le Président Sylvanus Olympio, le père de l’indépendance, a failli, par sa politique  » d’Eweïsation  » du Togo, faire basculer prématurément notre pays dans une aventure d’affrontements tribaux dans les années 1960. Sa milice de va-t- en guerre dénommée « Ablode sodja » tuait et brûlait tout sur son passage au nom de la supériorité de certains peuples du Togo.

A cette époque, cette milice nourrie à la haine tribale considérait tous les Togolais qui ne sont pas de la partie méridionale comme des bêtes de somme bons a rien.

Cette conception serait à l’origine de la vision manichéenne dont souffre la société togolaise. C’est ce mal que Edem Kodjo a tenté d’illustrer par une plume déjà affectée du germe du tribalisme dans son roman « Au commencement était le glaive ». Dans ce chef d’oeuvre, ce loyal serviteur d’Eyadéma parle du peuple togolais divisé en deux groupes; d’un côté, les Bamounas qui sont des intellectuels, des « civilisés » et pères de belles femmes, et de l’autre, les Hamouris, qui sont des broussards, guerriers, vilains tueurs et voleurs de terrains. Ce sont ces deux peuples que le très respecté, ex- Secrétaire Général du RPT oppose dans la plaine de Seqoiace pour le pouvoir. Son imagination fertile révèle, s’il en était besoin, la haine profonde que les deux peuples nourrissent l’un contre l’autre.

« La lettre du Continent » et “Lynx-Togo” accusés, levez-vous !

C’est cette réalité que d’une manière perverse, une série d’articles commandités par des gens de petit esprit tentent de réveiller chez certaines ethnies du Togo pour servir un dessein politique inavoué. Ces manipulateurs de conscience, en faisant croire à l’opinion nationale que le Président de la République ne s’est entouré que des Kabyè espèrent susciter en elle une révolte à des fins politiques. Si hier ces diplômés ès-tribalisme se servaient de la presse privée nationale, aujourd’hui, ils ont choisi la presse internationale comme LA « LETTRE DU CONTINENT » et les sites web comme « Lynx-Togo » pour propager leur doctrine Hitleriste pour déstabiliser le régime du jeune président. Sur ce site, ils ont, au nom du tribalisme, attaqué pèle-mêle le ministre NOUPOUKOU Dammipi, le colonel MASSINA, le diplomate LANDJERGUE Laurempo, SAM Bikassam et autres fils du Nord Togo.

Pour nous rendre compte du contraire, il suffit de procéder à une simple observation du cabinet et du secrétariat général du Président de la République qui sont respectivement dirigés par Madame Dogbe née TOMEGA et par Monsieur AHOUME Zounou, ces fils bien nés de VOGAN et de KPELE. On se demande, ces dignes et braves togolais qui font la pluie et le beau temps aujourd’hui à la Présidence de la République sont les kabyè de quel village de la Kozah et de la Binah?. Et que dire de Messieurs Gilbert HOUNGBO, KOFFI Sama, Roland KPOTSRA, Robert DOUSSE, Mademoiselle AJAVON, et tant d’autres citoyens qui jonchent les couloirs de la Présidence?

Monsieur Antoine GLASER, ce commis des tribalistes togolais qui, ces derniers temps, lasse l’opinion publique togolaise d’articles incendiaires sur les kabyè et leur prédominance dans les cercles du pouvoir FAURE et dans l’armée togolaise a-t-il pensé à cette réalité? Connaît-il la volonté du Président de la République à combattre de façon résolue et déterminée le tribalisme qui mine le Togo? Que dit-il de la dernière vague de nominations des amis de Gilchrist OLYMPIO qui sont tous originaires du Sud Togo?

Antoine GLASER, ce quidam de la presse française, (en fait une lumière noire qui se prend pour une « lumière blanche » en Afrique), doit savoir qu’on ne crache pas dans la soupe qu’on n’a fini de boire. Faut-il lui rappeler ses aller et retours dans les couloirs de Lomé II et parfois ses larges sourires quand il recevait des mains de feu ministre Koffi PANOU la mallette bien lourde.., allez-y comprendre quelque chose.

A un moment où la corruption est combattue par les esprits éclairés et par les Organisations Internationales, FAURE devait-il demeurer esclave de la conception rétrograde qui veut que les présidents africains soient la vache laitière des journalistes de ventre de l’Occident?

FAURE en refusant d’être le bon samaritain des médiocres de la presse occidentale, n’a-t-il pas agi en président soucieux du développement de son pays? Qu’ont fait les Kabyè, ce peuple martyre pour qui la dignité et la fierté n’ont pas de prix, pour mériter cette affabulation médisante?

Que ceux qui veulent se servir du tribalisme comme arme de conquête du pouvoir sachent que si les kabyè sont différents de leurs frères du Sud et vice versa, c’est pour enrichir le Togo. La « différence positive » de Keteouli ne me démentira pas.

K. Doubia

Laisser une réponse