La CDPA-BT : Appel au boycott

0

La mission de l’OIF, venue procéder « à la consolidation et à la vérification » du fichier électoral sur la demande du régime, a reconnu, elle aussi, que ce fichier est corrompu 

La campagne électorale a fini par démarrer le 10 avril. Chacun des quatre candidats opposants impliqués dans le jeu affiche sa détermination à se battre contre les trois autres pour « battre Faure Gnassingbe », le candidat unique du régime.
I- Dans ce contexte politique, la CDPA-BT relève, entre autres, les faits suivants :
1- Le rapport des forces, qui est toujours défavorable à l’opposition prise dans son ensemble, n’a pas permis à celle-ci de faire faire les réformes constitutionnelles et institutionnelles de nature à rendre le scrutin transparent et équitable, et donc crédible.
2- L’opposition n’ayant pas pu ainsi imposer ces réformes, les quatre candidats et leurs partis respectifs se sont rabattus sur le fichier électoral reconnu par tous comme un fichier corrompu. Mais ils en ont fait, en réalité, l’arbre pour cacher la forêt, la CENI n’ayant pu confectionner un tel fichier que parce que l’opposition n’a pas pu se donner l’organisation pouvant lui permettre d’imposer les réformes.

3- La mission de l’OIF, venue procéder « à la consolidation et à la vérification » du fichier électoral sur la demande du régime, a reconnu, elle aussi, que ce fichier est corrompu ; elle a fait comprendre qu’en dehors de quelques rectifications, elle n’a pas pu, faute de temps, faire tout ce qui s’imposait pour rendre le fichier propre. Et elle a fait des recommandations, pas pour refaire le fichier en question, mais pour les élections à venir !

II- La CDPA-BT a suivi attentivement la conférence de presse organisée par la mission.

1- Elle regrette que le chef de la mission, après avoir reconnu que le fichier électoral est « perfectible », et donc impropre, ait pu dire aux Togolais qu’« un fichier électoral est fiable quand il est consensuel ». Et pourtant, un consensus sur un fichier électoral corrompu n’en fait pas, de toute évidence, un fichier propre.
2- Elle constate que ses appréhensions sur la fonction politique réelle de la mission dans le processus électoral sont confirmées : il ne s’agit pas de procéder à une rectification sérieuse du fichier électoral pour en faire un fichier normal, fiable ; il s’agit en réalité d’amener les candidats de l’opposition et leurs partis respectifs, ainsi que la population à ne pas boycotter le scrutin, mais à accepter d’aller, pour la sixième fois depuis 1993, à des élections présidentielles sur la base d’un fichier électoral reconnu corrompu, le but politique de la manœuvre étant simplement de donner à ce scrutin le vernis de crédibilité dont le régime a besoin pour se redonner, une fois de plus, une fausse légitimité.

3- Enfin, la CDPA-BT observe qu’une fois encore, les candidats de l’opposition, au mépris des aspirations du peuple au changement, se sont laissés amenés à un tel « consensus » et ont, en plus, accepté de signer un papier, qui ne leur permet même plus de remettre en cause, le cas échéant, les résultats d’un scrutin organisé dans les conditions et pour le but que tout le monde sait.
III- Sur la base de ces constats, la CDPA-BT :

1- Réaffirme que les conditions d’organisation du scrutin et les objectifs réels visés par le pouvoir font toujours des élections d’avril 2015 une mascarade électorale ; et que le fameux « consensus » n’est qu’un moyen pour flouer une fois de plus la population, au profit du régime.
2- Invite en conséquence ses membres, ses sympathisants et tous ceux qui veulent un véritable changement dans la conduite des affaires publiques dans le pays, à boycotter ces élections.
3- Demande à ses cadres et aux membres des sections du Parti, d’utiliser la campagne pour expliquer autour d’eux, pourquoi l’opposition togolaise doit cesser d’aller à des mascarades électorales. Il importe en effet de faire comprendre que c’est par ces types de scrutin que le régime se donne une fausse légitimité pour se maintenir au pouvoir.

Fait à Lomé, le 15 avril 2015.
Pour la CDPA-BT
Son Premier Secrétaire
E. GU-KONU
 

Laisser une réponse