« En allant seule à Kidal, la position de la France est ambiguë » (officier malien)

0

Après la reconquête des deux grandes villes du nord du Mali à savoir Gao et Tombouctou, en compagnie des troupes maliennes et africaines, les militaires français sont allés seuls à Kidal, cela relève d’une situation ambiguë qu’on ne comprend pas, a confié mercredi à un correspondant de Xinhua, un officier de l’état-major général de l’ armée malienne.

 

La ville de Kidal, une parmi les trois les plus grandes du nord du Mali, est à 1.500 km de Bamako, près de la frontière algérienne.

Elle était précédemment le fief d’Ansar Dine (Défenseurs de l’islam) d’Iyad Ag Ghaly (ex-rebelle touareg), un groupe islamiste allié à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

Selon le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), depuis lundi, elle est sous son contrôle après en avoir chassé les islamistes.

Après avoir confirmé qu’il n’y a aucun militaire malien, encore moins africain à Kidal, un officier de l’armée malienne a laissé entendre :  »bEn allant seule à Kidal, on ne comprend pas la position de la France, car elle est ambiguë ».

Celui-ci a expliqué : »On nous a fait savoir que les troupes tchadienne et nigérienne sont en cours de route pour Kidal. On verra bien d’un moment à un autre puisqu’il y a un officier de l’état-major de l’armée française à Bamako ».

A noter que certains Maliens (civils) font état de leur  » désarroi » suite à l’absence des militaires maliens à Kidal.

Pour rappel, les rebelles touaregs indépendantistes avaient exprimé leur  »hostilité » face à une éventuelle présence des militaires maliens dans l’espace qu’ils appellent Azawad (régions de Gao, Tombouctou et Kidal).Cependant, le directeur de l’ information et des relations publiques des armées du Mali (Dirpa), le lieutenant-colonel Souleymane Maïga, a indiqué lundi lors d’un point de presse que tout groupe armé, qu’il soit MNLA ou autre, ne reconnaissant pas l’autorité du Mali, est un groupe ennemi, et sera combattu comme tel, conformément aux conventions régissant les conflits armés.

Outre l’armée malienne, aucun individu n’a le droit de porter une arme sur un véhicule ou de quelle que manière que ce soit sur le territoire malien à part l’armée malienne, appuyée par les forces alliées, a précisé le lieutenant-colonel Maïga.

Celui-ci a souligné que l’opération de reconquête des territoires occupés va se poursuivre jusqu’à Taoudéni, zone désertique de la région de Tombouctou. Autrement dit au-delà de la ville de Kidal.

Des doutes sur la sincérité de la France à reconquérir Kidal

L’opinion nationale malienne semble émettre des doutes sur la sincerité de l’armée française à combattre le groupe islamique Ancadine de Iyad Ag Galy qui s’est subitement transformé en MNLA depuis l’offensive de reconquête.

« Le fait que la force française soit allée à Kidal ce matin sans la troupe malienne ne milite pas vraiment à la faveur de ce pays dont l’intervention avait suscité de véritables sentiments pro-français au sein de la population malienne. Il est clair que la France puisse jouer franc avec le Mali », commente Mamadou Bah, spécialiste en relations internationales.

Cette situation parait bien embarrasser la classe politique malienne et même les autorités militaires qui espèrent recouvrir l’intégrité totale de leur territoire national avec l’aide de la France.

« Le Président de la République a été clair sur le sujet, mais il ne faudrait pas que la France change la règle du jeu en cours de partie. Nous resterons prudent, car le fait d’aller voir le MNLA et Ancardine dans leur fief sans combattre paraît bien louche « , a estimé Moussa Camara; leader politique.

Ces allégations semblent bien se fonder sur le démenti effectué par les médias de supposées frappes aériennes effectuées par l’aviation française en début de semaine. De sources concordantes, les habitants de Kidal auront été les premiers surpris à apprendre par les médias des frappes réalisées sur le logement d’Iyad et sur le camp 2. Alors que la cellule de communication de la force française en avait fait échos.

Xinhua

 

Laisser une réponse