L’écrivain Olympe Bhêly Quenum se confie à Camus Ali et se rappelle de cette phrase de René Dumont…

0

«Olympe, on aura un mal de chien pour essoucher l’instinct colonialiste de la cervelle des gouvernements français; ton déshabillage des Accords de coopération n’a pas l’heur de plaire à Foccart mais retiens ceci : avec la complaisance, je dirais plutôt la complicité et la compromission de nombre de chefs d’Etat africains, les erreurs et les maladresses voulues dans ces accords continueront de gérer l’Afrique postcoloniale; post coloniale ? Il y a de quoi pleurer ».

Depuis, l’accession de Ouattara Alassane au pouvoir, rien ne semble avoir aussi changé et le vieux Quenum que j’ai hâte de retrouver pour une seconde interview semble avoir vu loin quand beaucoup d’ Africains nous tirait les boulets rouges sur le drame ivoirien…..

Lire l’interview

Interview réalisée par Camus Ali 12 janvier 2011

{fcomment}

 

 

Laisser une réponse