Kouakou Fofié : L’argent du port suffit à Ouattara et a ses amis blancs

0

Note du Lynx : Le présent article nous a été envoyé par un lecteur de Connectionivoirienne, confrère pourtant proche de Ouattara qui commence à découvrir que le brillant économiste avait nargué plus que un ivoirien. On se rappelle de ce diplomate européen qui se mordait les doigts disant que l’erreur faite sur Ouattara et ses forces de réussir en Côte d’Ivoire était de taille.  Pour nos lecteurs qui ne savent pas qui est le commandant Fofié Kouakou, c’est celui là qui a eu le courage de mettre 50 civils ivoiriens dans un container enfermés jusqu’à ce que ces derniers meurt l’un après l’autre. Dans le viseur des Nations Unies , il se murmure que le boucher d’Abidjan ne le remettra jamais au CPI. Trop dangereux pour un rebelle qui citera au millimètre près ce qu’il connait de la rebellion et les têtes qui la finance. Ouattara les a tous manipulés et parfois avec des faux billets. Le temps étant le second nom de Dieu, il n’est même plus à craindre que la Côte d’Ivoire rebascule dans une nouvelle guerre.  Lecture.

« (…) Il faut leur dire que nous on continue notre boulot tranquillement, tous les régisseurs sont en place, la Centrale (Ministère des Finances des ex rebelles, Ndlr) ici à Korhogo fonctionne correctement. Les entrées d’argent du port suffisent à Ouattara et à ses amis blancs. Il veulent fermer nos postes, mais qu’ils arrêtent d’abord les tickets de Wattao au port d’Abidjan et des autres à San-Pedro. Wattao taxe les camions vides à 5000 Fcfa et les camions remplis à 10.000 Fcfa, est-ce que eux ils ne voient pas ça ? et c’est nous ici, ils viennent emmerder. Dernièrement nos éléments ont reçu 100.000 FCFA à la CTK, mais toi-même tu es journaliste vieux-père, est-ce que c’est normal ça, cent mille pour tout le travail qu’on a fait. Nos frères et amis sont tombés (mort, Ndlr ) au front, leurs parents n’ont rien reçu, mais Soro et Ouattara parce que l’armée française les soutient pensent qu’ils peuvent nous forcer à déposer les armes et puis fermer la Centrale. Eux, ils ont leurs milliards, nous on a nos régisseurs aux postes frontaliers. Je répète, l’argent du port suffit à Ouattara et à ses amis. Ils nous ont trompé eux tous, on a compris ça depuis la mort du Major (IB), on va te recontacter frère, ya des choses tu dois savoir (…)»

« Le port suffit à Ouattara et ses amis »

Voici le résumé des propos d’un soldat FRCI, ancien des Forces nouvelles que nous avons joint samedi dernier au téléphone depuis la localité de Ponondougou dans le nord de la Côte-d’Ivoire. Au mois de juin, nous vous faisions cas du refus des hommes du commandant « rebelle » Fofié Kouakou, de laisser les postes de contrôles frontaliers aux fonctionnaires des douanes, affectés depuis Abidjan. Ceux-ci avaient d’ailleurs été menacés et sommés sous la menace des armes de retourner d’où ils venaient. Un mois plus-tard, nous sommes repartis aux nouvelles. Le constat est que le statut-quo demeure, « les douaniers de Ouattara » ne sont toujours pas les bienvenus dans le « Soroland ». Ainsi, des difficultés budgétaires pour le gouvernement Ouattara pointent déjà à l’horizon. L’information sur cette crainte, circule déjà dans les milieux économiques ivoiriens. On comprend mieux tout le sens de l’annonce faite la semaine dernière par le gouvernement Ouattara, sur son incapacité à faire face au service du remboursement de la dette contractée auprès du Club de Paris, pour l’exercice 2011. Cette dette s’élève à 2,3 milliards de dollars US, plus de mille cent (1.100) milliards de FCFA.

Hervé Coulibaly

Source: CONNECTION IVOIRIENNE

Laisser une réponse