Kofi Yamgnane : Plus socialiste que lui, on meurt

0

« Il est beaucoup plus Français que Togolais », dixit Faure

Quand l’Africain veut apprendre, il apprend bien, mais dans le sens à ne rien en faire avec, à ne pas s’en servir, à ne pas en faire profiter à ses frères si ce n’est à s’aligner « mouton-mouton » derrière le maître blanc. Et qu’a t-il inventé Kofi pour avoir sa propre idée, ses propres principes, ses propres décisions politiques dans tout ce qui se passe dans le monde et en Côte d’Ivoire? Son parti a pris une décision. Il fallait qu’il ne se déroge à la règle comme toujours. Et que vaut la voix de Kofi depuis St Coulitz quand sur rue Solférino [ndlr Siège du PS],trône des têtes blanches qui décident de ce que le nègre doit faire ou mieux doit suivre? Avec le parti socialiste, c’est comme une armée de petits soldats dans une caserne d’une République sous les tropiques. On suit, on ne discute pas. Et que vaut Kofi devant les décisions de Martine Aubry, de Arnaud de Montebourg, de Bruno Hamon? Quand Henri Emmanuelli, et Francois Loncle qui se sont déplacés à Abidjan parlent de ce qu’ils ont vu, depuis sa bourgade de St Coulitz, Kofi aussi parle du tripatouillage monstre qu’il aurait vu en Eburnie. Si l’ingénieur Kofi s’était affairé à construire les ponts en France, il paraît que la souffrance dans ce pays d’Aimé Césaire, Mongo Béti lui était étranger. Le livre Main Basse sur le Cameroun de Mongo Beti interdit en France, il paraît aussi que Kofi ne l’a jamais lu ! Et que dire du Pr Cheikh Anta Diop qui avertissait en 1986 aux étudiants nigériens : « Quand il faut reconnaitre les valeurs noires, et le minimum de respect pour l’intelligencia noire, le PS est de loin les plus refractaires « . Les Africains commencent à ne plus se faire de doute sur les mots de l’Egyptologue sénégalais. À l’image des oppositions africaines, le PS français ne ressemble aussi à rien, si ce n’est une composition de gangsters avec chacun son chef de bande. Kofi étant d’abord dans le gang de Laurent Fabius a finalement changé pour rentrer dans celui de  » Martine », Martine elle même opposée au gang de Ségolène Royale et tous opposés au gang de Georges Frêche, aujoud’hui seul dans sa tombe. Créer par le plus grand tortionnaire en Algerie, Francois Mitterrand, il se pourrait que le PS ne revienne jamais au sommet, au vue des antagonismes actuels. Les gangs ne sont d’accord sur rien ! La sociale démocratie n’était qu’un leurre si ce n’est une compilation de racistes échafaudant des plans pour agenouiller l’Afrique en se servant d’oripeaux nègres comme Kofi Yamgnane. Et en 14 ans de règne, les socialistes et Mitterrand ont fait plus de tord à l’Afrique que tous les gouvernements de droite réunis dans l’histoire de la France. Signe des temps, la droite française fait un bond magnifique en acceptant dans l’histoire de la France plus d’africains que la gauche n’en a jamais fait. Depuis, l’idéologie du parti est restée et a germé dans les gènes de Kofi et fini par créer une inconstance terrible chez lui. Il ne se passe des moments qu’il délire dans la lecture des événements en Afrique. Pour les opposants véhéments comme feu Atsutsé Agbobli : »Kofi ne peut se pointer au Togo et dire qu’il va diriger ce pays« . Et qu’a dit Kofi depuis la réélection à la soviétique de l’ami Blaise Compaoré? Rien, apparemment rien!

Nous sommes dans un travail qui doit nous amener à mieux connaître le socialiste « black ». Quand une ivoirienne demande à Kofi dans la salle de conférence de Villeneuve d’Ascq dans la banlieue Lilloise des relations qu’il veut avoir s’il était élu avec le socialiste Laurent Gbagbo, la salle est surprise par la réponse: « Laurent ne se comporte pas comme un socialiste ». Et de poursuivre : » Même son ami Henri Emanuelli se fait des doutes sur lui ».

Les Togolais et Africains restés hilares dans la salle ne comprenaient rien de cette sortie de quelqu’un qui n’est même pas encore assis sur le fauteuil comme président. Avec le temps, on a fini par comprendre que le sort du président de Côte d’Ivoire était déjà scellé au PS. Pour avoir appris la leçon, Laurent devrait faire comme lui Kofi : « Regarder les français piller son pays et se taire ». C’est la politique que le maître Mitterrand leur a apprise. En Algérie, il fallait faire semblant d’être humaniste et en sous-mains trucider le peuple. Au plus fort de la tourmente des Togolais dans les années 1990, c’est bien Mitterrand avec ses socialistes qui étaient au pouvoir. À défaut de venir secourir ses frères, l’homme à d’abord tourné le dos pour revenir quand le plus grand donateur décède. Faure dans Jeune Afrique n°2561 du 07 au 13 février 2010 éclaircit : « Ils étaient amis et le président Eyadéma l’a soutenu dans son parcours politique en France ».

Et les plus proches du RPT de raconter ces parties de chasse avec le dictateur et ces moments où on survole avec hélicoptère jusqu’aux hameaux de Bangeli, le village natal de Kofi Yamgnane.

La crise ivoirienne vue par Kofi Yamganne

L’homme est encore avec les clichés des années 1950 et vit avec. Les contrastes africains qui font que la Côte d’Ivoire est le pays le plus métissé de l’Afrique de l’ouest lui sont bien étrangers. Kofi ne sait pas que Baoulés se marient avec Bétés et Senoufo se marient avec Malinké, Mossi avec Baoulés, Baoulé avec Guerzé… l’Afrique, bien qu’il la visite, il y est plus dans des hôtels que dans des villages (on ne parle pas de son Safari fait au Togo avant les élections). Estampillé raciste, dictateur, ethnocentriste… Kofi dans les secrets de sa conscience sait que celui que les « blancs » taxent de tous les noms n’est pas pire que Faure Gnassingbé, que Blaise Compaoré, que Sassou Nguesso… qui pullulent en Afrique. Très édifiant, lisons Kofi Yamgnane avec le journal Bréton, Le Télégramme :

« Les Dioulas et les Baoulés ne se laisseront pas voler la victoire par les Bétés (la communauté que représente Laurent Gbagbo). Tout cela va forcément aboutir à un conflit armé, c’est une évidence. Et ce d’autant plus que «les forces nouvelles», qui représentent la moitié de l’armée ivoirienne (l’autre moitié soutenant Gbagbo, NDLR), ont annoncé qu’elles «ne resteraient pas longtemps les bras croisés». Il faut savoir que les vrais guerriers (sic) du pays se trouvent dans ces «forces nouvelles» ». Comme si lui Kofi a jamais pu arrêter les victoires successives volées de toutes les ethnies du Togo par les Kabyès ! La Francafrique est dans ses rôles!

Pour ce Bassari, seuls les Bétés ont voté pour Gbagbo. Et on oublie qu’il fut bien le premier avec 38% au premier tour. Et que dire de l’institut de sondage Sofrès qui a donné trois fois Gbagbo gagnant au deuxième tour ! Pour balayer d’un revers de la main, ce travail de la Sofrès, que le PS aussi consulte avant toute élection en France, Kofi enfonce le clou: « Au premier tour, Gbagbo avait fait 38%, Ouattara 32% et Bédié 25%. Ouattara représente une grosse partie de la population, les Dioulas, qui occupent le nord du pays. Bédié, lui, est issu de la communauté Baoulé et avait appelé à voter pour Ouattara. Ce genre de consigne est généralement très suivi, ce qui fait que le score de Ouattara se situe, en réalité, autour des 57%». On n’est pas loin de ce que Faure disait de lui au N° 2561 de Jeune Afrique: « Moi-même, j’ai eu par le passé quelques contacts courtois avec lui, avant de mesurer toute la différence entre ce qu’il dit en privé et ce qu’il disait en public ».

Autant sommer Kofi d’aller demander au Pr Alpha Condé comment il a fait de 18% au premier tour pour être le premier avec 52 % au deuxième tour . La politique française a tellement défiguré et dénaturé l’homme qu’on se demande s’il faut faire encore confiance à ces «fils perdus au bout du monde » qui veulent aussi diriger le Togo un jour.

Kofi et le PS français

Quand il pose ses valises en décembre 2008 pour se conformer aux deux ans obligatoires pour penser être président du Togo, les Togolais pensaient que les « sorciers blancs » du PS aideraient l’homme à leur débarrasser de la pègre régnante. Que nenni! Quand Pascal Bodjona du haut de ses moult kilos envoie l’homme paître, c’est un communiqué de cinq lignes de son parti le PS qui a sanctionné la haine du RPT à son encontre et signant du coup la fin de l’odyssée Kofi au Togo. Depuis, le PS a pris acte de la victoire de Faure sans pourtant le dire ouvertement. Pire c’est Kofi qui se vantait d’être aux universités d’été du parti socialiste au micro du confrère Kanal K quand ses amis Fabre, Gogué, Tchessa Agbéyomé étaient sous les feux du commandant Yark et de la gendarmerie togolaise. En attendant, l’homme raconte comment il pense fêter la Noël en famille à St-Coulitz. Il sait aussi que le problème en Côte d’Ivoire, n’est pas Laurent Ggagbo, mais bien la France et son double jeu hypocrite. Mais Kofi a été éduqué par Francois Mitterand à regarder dans la direction de la France. Et de ces suppôts, l’Afrique et le Togo n’en veulent plus, plus jamais !

Djima Matapari Lynx.info

Laisser une réponse