Je propose un big-bang ! Nous sommes fatigués de la carence des leaders de l’opposition !

0

« Restez mobilisés », est devenu une chanson de Jean-Pierre Fabre, à la plage, les samedis, et de certains autres leaders politiques de notre pays ! Mesdames et Messieurs, le peuple est fatigué d’être mobilisé sans aucun gain politique, depuis 1990, de notre opposition ! C’est comme si vous demandiez  à des élèves de croiser les bras, et de les laisser croisés depuis 1990 !…

Pendant que le paysan se bat avec la terre, toute la semaine, y compris mêmes certains dimanches, pendant que le maçon, le menuisier, le ferrailleur, le taxi moto, le mécanicien, etc. se tuent à la tache, du lundi au samedi, tandis que la femme togolaise se bat héroïquement, sur tous les chantiers, Jean-Pierre Fabre et certains « se la coulent douce », à la plage, chaque samedi, tandis que d’autres ne jurent que par des manifestations de rues ridicules, au lieu d’œuvrer pour un véritable développement du pays… Et notre ami Fabre pense que Faure Gnassingbé doit renoncer à être candidat en 2015 ! Il pense même que les accords politiques  sont au dessus de la Constitution et des lois de la République, démontrant, au grand jour, sa stature de paresseux notoire, et sa méconnaissance notoire de la Loi Fondamentale… Si Faure Gnassingbé ne se présente pas, il pense qu’il peut gagner aisément la prochaine présidentielle ; comme cela, il peut aller flemmarder à la plage, 2 ou 3 jours par semaine ! Quant à Patrick Lawson, vice-président de l’ANC, il a montré aux togolais, dans sa prestation sur la chaine RTDS du week-end, sa carence : il ne semble pas connaître le rôle exact des maires et des conseillers municipaux, et il pense que c’est parce que le pouvoir a peur de perdre les municipales qu’il ne se précipite pas pour organiser des locales ! Avec 16 députés seulement aux dernières législatives, l’Honorable pense que l’ANC va gagner facilement les prochaines locales ! Et même si c’est le cas, Mr Lawson doit méditer sur le sort de l’opposant gabonais, élu maire de Libreville, sous OMAR BONGO, et qui est sorti groggy de son mandat, le gouvernement l’ayant abandonné, sans collaborer avec lui, et les librevillois ont failli le lyncher, tant il a déçu !…Il ne savait pas qu’un maire doit travailler en bonne entente avec le gouvernement, et sans se mettre celui-ci sur le dos !

Me Dodzi APEVON, patron du CAR, n’a pas la carrure de Me AGBOYIBO, et celui que j’ai surnommé « Avec effet immédiat », en référence à son obsession maladive d’une révision constitutionnelle avec « effet immédiat », a pondu un communiqué, le 16 janvier dernier, pour dénoncer « l’augmentation inopinée des prix du carburant ». Député à l’Assemblée nationale, il avait latitude à interpeller au Parlement, les ministres du Commerce et celui de la Planification, du Développement  et de l’Aménagement du Territoire. Celui-ci a donné des explications à la télévision et dans les journaux, mais le peuple serait plus édifié de savoir ce que Mr APEVON, lui, au pouvoir aurai fait de mieux, et un débat, au parlement avec Mr SEMONDJI MAWUSSI DJOSSOU, serait plus crédible… Mais, est-ce que Me APEVON et Mr Jean-Pierre Fabre maîtrisent les circuits de distribution, les fixations des prix, les subventions de l’Etat aux produits pétroliers, les modalités et les prix de stockage de l’essence, du gaz- oil, du pétrole lampant, et du gaz domestique ? Il faut croire que non, puisque le leader de  l’ANC par exemple, est cité à comparaître en justice, pour avoir, ente autres choses, accusé Mr BASSAYI KPATCHA, avec ses cosignataires du rapport d’enquête du CST, de contrôler le stockage du kérosène qui a servi dans les incendies des marchés de Kara et de Lomé !

Pourtant, des leaders politiques qui aspirent à diriger notre pays, doivent savoir toutes ces choses élémentaires! Et Mr APEVON, lui, ne jure que par les manifestations de rues et demande à ses militants et sympathisants de se tenir prêts pout tout appel à manifester des organisations de consommateurs, visant à faire reculer le gouvernement sur sa décision d’augmenter les prix des produits pétroliers ! C’est le même leader qui menace le gouvernement de troubles, s’il n’organise pas les élections locales en 2014 ! Et ce monsieur aspire à diriger notre pays un jour ! En écho, Eric Dupuy, surnommé « le perroquet de FABRE », agite aussi le spectre de violences au cours de l’élection présidentielle de 2015, si des locales ne se tiennent pas en 2014 ! Le pauvre, lui n’a même pas d’immunité parlementaire comme l’Honorable  Dodzi APEVON…Celui –ci veut aller à la présidentielle, sans un concurrent sérieux comme Faure Gnassingbé. Au lieu de convaincre plutôt les électrices et électeurs de voter pour le candidat APEVON, en parcourant toutes les contrées du Togo, il est là à saliver sur « l’effet immédiat »…

Les autres « carences politiques vivantes » sont Kafui Adjamagbo, et Isabelle Améganvi.

Le leader de la CDPA, au plus fort de la crise des enseignants, trouve que le gouvernement aurait eu assez d’argent pour payer les enseignants, s’il n’avait pas dépensé beaucoup d’argent pour des  « achats de conscience » (sic) ! Justement, on lui a répondu, que pourquoi elle-même n’avait pas fait « d’achats de conscience », ne serait-ce que dans sa seule circonscription électorale, où elle n’a même pas obtenu 7000 voix sur 142.000 !

Preuve de sa carence : alors que les togolais se bousculaient déjà pour aller chercher leur carte d’électeurs et d’électrices, dame Adjamagbo s’envole pour l’Europe, avec d’autres rigolos, pour aller soit- disant exposer la situation sociopolitique du Togo à François Hollande et Angela Merkel ! On a beau lui expliquer que les dirigeants européens connaissent mieux la situation de notre pays qu’elle-même, et que, si son mari la trompe par exemple, François Hollande sait avec qui, et depuis combien de temps, parce qu’elle est leader politique susceptible d’être présidente  du Togo un jour ! Mme Adjamagbo a dû apprendre que même Angel Merkel aurait eu son propre téléphone portable sous écoute des services secrets américains ! Il faut mûrir un peu, Mme Adjamagbo ! Et il faut connaître, en tant que leader politique, le coût à l’Etat, de 5 %, 10 % ou 20 % de demandes d’augmentation de salaires ou d’indemnités, par catégorie socioprofessionnelle, pour ne pas dire n’importe quoi sur les médias ! Et elle a voulu être Présidente de la République ! lI aurait fallu, parcourir pendant des mois, les campagnes d’Ogou et d’ailleurs, pour se faire élire, et non défiler en tenue rouge, à Lomé…

Quant à Isabelle Améganvi, surnommée « ATOPANI » par ses détracteurs, elle n’a rien montré de performant depuis qu’on la connait… Mais si… elle a menacé de faire défiler nues certaines femmes dans nos rues de Lomé, ignorant que les hommes togolais sont vaccinés contre la nudité des femmes, surtout si elles sont fanées ! Elle est encore au Parlement, mais à part le son « d’Atopani » qu’elle nous fait entendre au Parlement, ou lors des manifestations de rues, il n’y a rien à nous mettre sous la dent, comme propositions, qui vont dans le sens du développement de notre pays…

Et puis, on dirait qu’une mouche a piqué Eric Dupuy, Dodzi Apévon, Jean-Pierre Fabre, Patrick Lawson et les autres… Cela fait 20 ans au moins que certains d’entre nous demandaient, à cor et à cri, qu’on organise des locales, bien avant les législatives et les présidentielles, mais personne ne nous a écouté ! Laminés lors des dernières législatives, largement distancés dans les sondages pour la présidentielle de 2015, voilà que ces politiciens se réveillent brusquement, comme d’un vilain cauchemar, et font un foin de tonnerre pour exiger des élections locales…

Preuves de leur inconscience et de leur insouciance, aucun d’eux ne relève que nous sommes  à 13 mois de la présidentielle, et qu’il est plus intelligent et plus responsable de combiner les deux scrutins, au lieu de faire deux scrutins coûteux à six ou huit mois d’intervalle. Cela fait épargner au pays, 5 à 6 milliards de FCFA ! Mais ces chiffres ne disent riens aux dirigeants du CAR et de l’ANC ! Ils ont attendu 20 ans sans réclamer des élections locales, ils ne veulent pas attendre 20 semaines pour voir se tenir enfin ce scrutin… et ils veulent être Présidents de la République! Que ne peut- on pas faire avec 5 à 6 milliards de FCFA, par les temps qui courent ? Nous savons tous que Jean- Pierre Fabre n’a jamais beaucoup travaillé dans sa vie (à notre connaissance), et il ne sait pas sans doute ce qu’il faut abattre comme boulot, pour organiser, coup sur coup, deux scrutins majeurs !…

Agbeyome Kodjo est le leader politique de l’opposition ( ?) le plus capé de toute la faune actuelle de notre pays. Plusieurs fois ministre, puis, Premier Ministre, et Président de l’Assemblée Nationale, ancien Directeur du port autonome de Lomé, ancien Directeur commercial de SONACOM, ce natif de YOTO avait une bonne carte à jouer, mais il traîne un  si lourd passif avec le RPT, que personne ne croit vraiment (chez ses ex-amis du pouvoir, comme chez ses nouveaux amis de l’opposition), qu’il soit « un vrai opposant » au régime de Faure Gnassingbé! Le patron d’OBUTS souffre en effet du « syndrome du vent en poupe et en proue », ce que les experts expliquent encore par cette métaphore :

« En politique, il faut toujours tomber du côté de ses amis, car, ils peuvent vous relever ; mais si vous tombez du côté de vos ennemis, ils vous maintiendront plaqué au sol, de peur que vous ne vous releviez, plus en forme qu’eux ! »…

Bref, Agbeyome Kodjo n’aurait jamais dû quitter ses amis du RPT : il a trop eu d’eux,  trop vite, et en trop peu de temps, pour revêtir aujourd’hui, un habit d’opposant crédible…

Il ferait un très mauvais Président, bourré de rancœurs, de regrets, de remords, de haines et de ressentiments divers…

Mais celui qui m’étonne le plus, c’est Aimé Gogue, mon collègue ministre de la transition. Non pas qu’il soit opposant, mais qu’il aille se mettre sous la coupe de Jean-Pierre Fabre, et surtout, qu’il aille s’accoquiner avec le CST de Zeus AJAVON, sous le couvert duquel, son parti, ADDI, va aux dernières législatives. Brillant universitaire, homme pondéré et sage, il me fait pitié quand je le vois arpenter la plage de Lomé, avec FABRE, AJAVON, et Abass KABOUA, pour écouter les discours distillés aux poissons  de l’océan Atlantique par le leader de l’ANC. Cet homme semble avoir perdu ses repères et se présente comme un politicien manipulé, sans forte conviction propre… Mais ADDI peut s’accommoder encore du Professeur, en attendant de lui trouver un successeur, un homme à poigne, qui ne s’embarque pas dans un bateau, sans connaître les états de service du commandant de bord, et la destination finale du bateau !…

Est-ce tout comme leaders politiques de ce pays ? Oui, c’est presque tout, si on met de côté certains partis-blagueurs qui n’ont qu’une centaine de militants, ou qui n’existent que de nom ! Mais il ne faut pas oublier des partis comme la CPP de Francis EKON, dont est issu le Premier Ministre actuel, et qui a presque toujours participé à tous les gouvernements de Faure Gnassingbé, ni Sursaut-Togo, de Kofi YAMGNANE, qui n’est pas un parti politique, mais dont le Responsable s’est déjà déclaré candidat à la prochaine présidentielle de 2015…Fort de son expérience de Ministre de François Mitterrand, c’est un candidat potentiel qui est au fait des problèmes de notre pays, mais a-t –il une base électorale solide ? Il ne faut pas oublier non plus, le jeune leader du parti SANTE DU PEUPLE,  Dr William Kouessan, et le patron de la jeune formation politique CLE, qui ont des choses à prouver…

Mais une grande question vient à l’esprit et aux lèvres de tous les togolais :

« Pourquoi le Togo d’aujourd’hui est un désert politique, mis à part le parti au pouvoir, UNIR ? »…

Au vu de tout ce qui précède, je propose, encore cette fois, une refondation totale de l’opposition, pour en sortir un grand Parti de gauche, pour faire pendant à UNIR !

Cela nous évitera de voir le spectacle affligeant de regroupements factices, plaisantins et rigolos, comme un Arc-en-ciel à cinq couleurs, un FRAC qui craque, un CST qui se transforme en CDT, et d’avoir au Parlement, des députés-trottoir ou des députés-plage, ou des rigolos membres déboussolés de société civile qui n’ont rien de positif à présenter au peuple, sinon, des manifestations de rue…

Le problème de leadership ne se posera même pas : des élections primaires auront lieu sur toute l’étendue du territoire national, pour désigner celui ou celle qui sera le pote-flambeau de l’opposition toute entière… Si, il ou elle est battu(e) à la présidentielle par le candidat du  parti UNIR, on refait des primaires pour élire un nouveau leader! Cela évitera d’avoir des leaders d’opposition à vie, ce que nous refusons pour les Présidents de la République ! Chaque élu va remuer « le cul » (excuser la vulgarité), pour être crédible et travailler pour l’avènement d’un Togo émergent…

Cette bipolarisation de la vie politique togolaise sera un peu à l’image des USA, du GHANA, du Nigéria… Au sein du parti au pouvoir, le même schéma sera déroulé.

Nous proposons trois débats télévisés à l’approche de la présidentielle, plus précisément, pourquoi pas à J-10, J-7 et J-4, c’est-à dire, à 10 jours, à 7 jours, et le dernier, à 4 jours du scrutin, qui sera forcément à un tour…

Cela suppose une refondation totale de notre Constitution, qui va offrir un régime présidentiel, avec un Président et un vice-président élus sur le même ticket…

L’élection présidentielle de 2015 serait la dernière de la Constitution du 14 octobre 1992, révisée sur plusieurs chapitres. Un referendum national devra être organisé au premier trimestre 2017, pour mettre sur les rails la nouvelle Constitution, qui entrera en application à l’élection présidentielle de 2020. La nouvelle Constitution doit limiter le mandat présidentiel à un mandat de cinq ans, renouvelable une seule fois…

Le vice-président  qui remplace le Président démissionnaire ou décédé, ne peut se présenter qu’une seule fois, qu’il ait remplacé le Président en début, au milieu ou en fin de mandat de ce dernier…

D’ici 2020, le Parti au pouvoir et celui de l’opposition, auront le temps de s’organiser pendant les 5 ans (2015-2020), pour se mettre en ordre de bataille, et organiser des primaires pour dégager leur candidat…Au total, nous aurons donc UNIR et les partis qui se fondront dans ce parti, comme par exemple CPP, CLE, pourquoi pas UFC et d’autres), et de l’autre côté, les partis comme ANC, ADDI, OBUTS, CDPA, CAR, Santé du Peuple, PDR, et les partis zombies qui foisonnent dans notre pays et qui, tous, se fondront sous le nom d’un grand parti de gauche, à l’issue d’un grand Congrès constitutif…

Ce bipolarisme clarifiera le paysage politique togolais et dégagera des hommes politiques formés, conscientisés, et responsables. On va booster ainsi le niveau républicain des leaders politiques, de gauche comme de droite, et la formation de militants et militantes va s’accélérer, pour le bien du pays…

Contrairement à la  contestation de l’installation du SENAT par une certaine opposition burkinabé, cette institution est inscrite dans notre Constitution et doit être mise en place rapidement à l’horizon 2020. Deux chambres valent mieux qu’une, pour la marche de la démocratie dans un pays, mais on reverra à la baisse le nombre de Députés, qui doit passer de 91 à 71, pour un Sénat de 53 membres, en tenant compte des contraintes budgétaires de notre pays…

La répartition des  sièges au Parlement se fera comme suit, dans ce tableau :

Assemblée Nationale                                  Sénat

 

Région Maritime 21   Députés                     16  Sénateurs

Région des Plateaux 18 Députés                 12 Sénateurs

Région Centrale 10 Députés                       08 Sénateurs

Région de la Kara 13 Députés                     10 Sénateurs

Région des Savanes 09 Députés                   07 Sénateurs

TOTAL 71 Députés                                  53 Sénateurs

 

Le gouvernement qui sera mis en place, après la présidentielle de 2015, convoquera un référendum national fin 2016 – début 2017, qui prendra en compte toutes les propositions ci-dessus, avec des modifications possibles bien sûr, pour l’instauration d’une démocratie plus réaliste et plus performante.

Je voudrais terminer en demandant au peuple togolais, quel est le plus urgent des problèmes à régler au Togo aujourd’hui ? Pour moi, c’est le chômage, et surtout, le chômage des jeunes…

Mais, avez-vous entendu ou  vu, Jean-Pierre Fabre, Dodzi Apévon, Kafui Adjamagbo, Isabelle Améganvi, Patrick Lawson, Abass Kaboua, etc. proposer ces derniers temps, des pistes de solutions pour résorber le chômage ? Non, ils ne sont intéressés que par les manifestations de rues, les élections locales, la limitation des mandats, « avec effet immédiat »… ils veulent arriver d’abord au pouvoir avant de penser au chômage et au chômage des jeunes ! S’ils n’arrivent pas au pouvoir, tant pis ! Ils ne savent pas que l’opposition aussi peut proposer des solutions aux problèmes de la nation, et mêmes des citoyens ordinaires ! La carence des leaders de notre opposition les disqualifie pour diriger l’opposition…

L’article 74 de notre Constitution dit : « Le Président de la République peut adresser des messages à la nation. Il s’adresse une fois par an au Parlement sur l’état de la nation ».

Avez-vous jamais entendu nos fameux opposants interpeller le Président de la République sur ce sujet ?

L’article 154 de notre Constitution institue « un Médiateur de la République » (prière le lire intégralement).

Avez-vous jamais entendu nos fameux opposants interpeller le Président de la République sur ce sujet ?

C’est « opposants »  tout ce monde-là?

Dr David IHOU, (Consultant en Géopolitique et Stratégie sécuritaire)

Laisser une réponse