Jacques Dupuydauby, tout feu tout flamme sur Sarkozy : » Sarkozy sait que je sais. »

0

« Ma première rencontre avec cet individu remonte à 1983, peu après son élection surprise à la mairie de Neuilly-sur-Seine.

Un jour Sarkozy appelle Dupuydauby alors vice-président de la SCAC, un groupe de fret dont le siège était situé à Puteaux qui accepte de l’inviter à déjeuner au siège de l’entreprise.

A l’époque, le financement de la vie politique n’était pas encadré. On flirtait avec la légalité à tout instant.

Jacques Dupuydauby grand gaulliste écoutait le petit Sarkozy un peu forcé.

« Après m’avoir déroulé son projet de carrière, il m’a dit: « Vous le savez pour une carrière politique d’envergure, il faut de l’argent, beaucoup d’argent. »

Il a enchaîné par cette phrase que je n’oublierai jamais: » Il y a deux catégories de personnes : celles qui vont m’aider, qui seront mes amies, et celles qui ne vont pas m’aider, qui seront mes ennemies. »

Il a poursuivi: « J’ai un cabinet d’avocats. Prenez-moi comme avocat-conseil et tous les mois je vous enverrai une facture. »Je lui ai répondu: « Mais notre société a déjà des avocats, vous ferez quoi ? »

Il a souri et m’a lancé: » Allons, vous comprenez bien ce que je veux dire, non ? »

Bien sûr que j’avais compris. Il voulait une convention d’honoraires pour des prestations fictives. »

D’un geste du bras, Jacques Dupuydauby mime Nicoles Sarkozy: » il a sorti un papier de sa poche : il avait préparé un projet de contrat ! J’ai été stupide, j’aurais dû le garder. Mais j’ai été tellement choqué que je ne l’ai pas pris. IL y avait un montant mensuel inscris dessus, c’était très élevé.

Je lui ai dit que je ne mange pas de ce pain-là, que quand je payais des avocats, c’était pour qu’ils travaillent. Il l’a très mal pris, le repas s’est fini là-dessus.

Avant de partir, il m’a lâché: « Je m’en souviendrai. »

Il a tenu parole, effectivement, il s’en ai souvenu ! Ce déjeuner m’a coûter cher, il m’a même pourri la vie !

Avant l’élection de Sarkozy, en 2007, un important collaborateur de Bolloré a confié à l’un de mes conseils:« Dupuydauby, qu’il ne se fasse aucune illusion, dès que Sarko sera au pouvoir, on le foutra en taule ou bien on le chassera de toute l’Afrique ».

Sarko m’a tué !

NDLR: J. Dupuydauby va sortir dans les semaines prochaines un livre traitant de sa relation avec Nicolas Sarkozy dont le titre est : « L’Imposteur ».

Autre Presse

Laisser une réponse