Insaisissable Bodjona : il faufile à travers tous les filets !

0

 

Qui aurait cru que tous les coups foirés et fourrés dans lesquels Pascal Bodjona est empêtré n’aient pas encore eu raison de lui jusqu’à nos jours ? Et pourtant, le ministre de l’Administration du Territoire semble être secoué mais pas affaiblit qu’on puisse le penser. Joint au téléphone, un de ses plus proches déclarait au Lynx, que: « Bousculer Pascal, c’est comme faire bouger l’épicentre du pouvoir de Faure ». Pascal est bien là, et fait parler de lui comme le représentant du gouvernement à la table ronde bidonne et sans objets que Agbeyomé Kodjo verni à chaque jour que Dieu fait de filouteries déguisées en une escroquerie politique à grande échelle. Alors, qu’on attendait que la république, et son procureur braquent ceux dont les noms reviennent sur chaque ligne dans les affaires tordues de la cité, tout semble se refermer seulement sur les autres. L’émirati Abass Youssef à beau appuyer sur la gâchette en décrivant la bande : « C’est une véritable bande qui sévit partout. Ils pistent leurs victimes en voyant le profil. Ils ont escroqué des gens au Moyen Orient, en Arabie Saoudite. Ce gang international est composé de l’ancien ambassadeur du Togo au Ghana, Jean-Pierre Gbikpi-Bénissan, du ministre Bodjona et beaucoup d’autres qui ont tous joué un rôle dans cette escroquerie dont je suis victime. Bodjona aussi jouait le jeu parce que durant mon séjour, je l’ai rencontré et il me présentait Agba comme le ministre de l’Intérieur. Ce Pascal Bodjona est un élément influent du gang », rien ne fit et rien ne se fera. C’est comme s’il demandait à Faure de scier les branches sur lesquelles il est assis ! Si Faure lui-même n’est pas le guru du réseau.

Impunité bétonnée sous Faure

La force de Pascal Bodjona est qu’il tient Faure par la barbe et ce denier ne le tient que par la barbichette. Alors ambassadeur du Togo aux Etats-Unis, l’enfant de Kouméa a su se créer son propre réseau dans le réseau. Et curieusement au nez et à la barbe du FBI comme de la CIA. On parle des mallettes qui ont fait le lit de l’ambassade. Le commandant François Boko lançait à un journaliste du Lynx, qu’on ne lui pousse pas à mettre la CIA et le FBI sous les trousses des enfants d’Eyadema. On a beau arrêter le député Kpatcha Gnassingbé pour faire profil bas sur tous les trafics abominables, le temps finira par rattraper plusieurs Togolais qui ont fait de la république leur marche- pieds. Pascal Bodjona, est riche et sait que sans Faure, il va falloir qu’il justifie sa richesse. Conscient, le kabyè  a tout cadenassé tout autour de lui. Appelez  son numéro de portable en tant que journaliste, la voix de l’homme vous accueil, mais monsieur le ministre vous dira que le ministre est en réunion. Vingt réunions par jour, ça fait un peu trop !  Il se susurre que l’homme a pris conscience que les réseaux du « sécurocrate » Yetrofei Massina seraient à ses trousses. Les numéros de téléphones ont été depuis changés et les anciens servent à raconter des histoires à faire dormir debout, histoire de se faufiler entre les filets sans être repéré. Bien pire, Faure aurait mis les services secrets que lui-même s’est créé depuis les rebondissements des noms proches de lui dans des affaires qui peuvent faire exploser la république.

 Mais à faire de Bodjona un prisonnier, tout semble être un os dur dans la gorge du national  togolais. Lors de son passage, comme chef de cabinet de la présidence, Pascal a pu « capter » selon nos recherches Charles Debbasch. Les deux têtes de ponts du « Faurisme » auraient eu des deals d’une complicité qui ne permettent de mettre l’un ou l’autre en prison. Autant, Faure devrait dire aux Togolais comment il gère leur pays, autant Pascal Bodjona devrait être invité, ne serait que par décence pour parler de ce qu’il sait de l’affaire Bertin Agba. De ce qu’il sait des réseaux de Kpatcha qu’ils se sont redistribués entre eux. Vous avez dit Togo propre, monsieur le président ? Il y a un ministre proche de vous qui condense toutes les filouteries de la république. Et les Togolais attendent toujours….

Anicet Moutouari Lynx.info

Laisser une réponse