Vincent Hugeux : Il jette les masques à la Toussaint

0

Ce n’est pas un hasard s’il  a décidé de jeter les masques en pleine Toussaint. Les bombes françaises, avec leurs corollaires de morts et d’handicapés à vie en Côte d’Ivoire, hantent ses nuits comme la plupart des politiques, journalistes et tartufes de son pays qui ont aidé à cette conspiration en Eburnie. Lui, c’est Vincent Hugeux, journaliste à l’Express et selon les titres qu’lls s’affublent [journalistes français, ndlr], pour prêter le flanc à la désinformation, il est aussi « spécialiste de l’Afrique ». Ne nous demandez pas combien de fois et d’années il a séjourné en Afrique pour se tailler ce titre ronflant et parler comme s’il avait le destin du continent dans ses mains. Pour l’Afrique, la France a décidément des spécialistes sinon trop de spécialistes : Vincent Hugeux, Antoine Glaser, Thomas Hoffnung… Dans cet univers, où chaque Français sert la mère patrie mais pas le journalisme au sens noble du métier, il est très difficile de cerner le rôle de chacun de ces « spécialistes » surtout que, la France est rentrée dans une véritable course contre la montre pour réinstaller ses positions comme puissance colonisatrice. Et toute cette crainte, au point de mettre tous ses enfants pour une même cause s’explique. La France a faim. Elle est bourrée de dettes au point que le Qatar vienne au secours pour aider dans ses banlieues. Inédit! Mais la « Grande Nation » est nue et l’argent n’a plus d’odeur!  Faut-il rappeler aux Africains  que tous ces journalistes  français qui nous empoisonnent la vie tous les jours  le savent ? Petite puissance, la France n’a plus les moyens de sa politique. Pis, les « Gaulois » commencent par montrer des signes de fébrilité toutes les fois qu’un pays dans leur giron sur le continent africain  est entrain de se réveiller, de se trouver de nouveaux amis et partenaires. Diantre! On ne va pas être ami à un pays qui nous suce telle une punaise depuis 70 ans sous le prétexte qu’il avait vendu nos parents comme esclaves et tué nos nationalistes qui revendiquaient leur indépendance! La croissance en dégringolade en France est une réalité et  les problèmes de la zone euro n’annoncent pas des lendemains meilleurs. Faut-il aussi rappeler à Vincent Hugeux que, de sa plume qui raconte tant d’âneries et de contre-vérités, les Africains connaissent désormais qui sont leurs amis et qui leurs ennemis ? Comment comprendre qu’une interview accordée à un journal russe par un Africain puisse donner tant de signes de nervosité à quelqu’un qui est de surcroît journaliste ?

De l’Express français à la Pravda russe !

Dans sa course contre Alain Toussaint, ex-conseiller du président Laurent Gbagbo, Vincent Hugeux sort ses griffes et s’étonne qu’un Africain normal selon un Français, pardon selon un « colon normal », ait choisi un journal autre que les canaux de désinformation hexagonaux qui nous gavent sur le continent de leurs menteries. « Le choix du support n’a rien d’anodin. La Voix du Kremlin -pardon, de la Sainte Russie-, c’est un peu la Pravda version Poutine » écrit-il. Mais la Voix de Paris ne serait-elle pas l’Express, RFI, France 24, AFP… ? Pour un Africain normal et qui n’est pas encore enfoui dans des fantasmes fascisants au  point de vouloir singer comme un Français, comment expliquer cette nervosité visible de Vincent Hugeux ? Donner une interview à un journal dans un pays est un crime en France au point qu’un « journaliste » se fasse le défenseur de sa patrie à tel point ? Et comment comprendre qu’un problème « ivoiro ivoirien » sinon africain devienne un thème national en France si ce pays n’a pas compris que sans l’Afrique, il n’est rien ? Dans sa hargne, le journaliste Vincent Hugeux tire sur tout, sauf sur la France… Un peu comme le fait aussi Antoine Glaser toutes les fois qu’il a l’opportunité de déverser son fiel et ses mensonges sur les médias français interposés. C’est le dictateur Bachar al-Assad ce « protégé » de Moscou qui est à la base de tout.  Il est soutenu par les Russes, donc Poutine. Alors qui soutient en argent et en armes des seigneurs de guerre barbus déversés en Syrie depuis la Turquie, ivres de chanvre et qui tuent les populations syriennes ? Motus et bouche cousue. Vincent perd le verbe, la langue… On a encore la couverture du génocide rwandais par Jean Hélène du journal le Monde du 6 avril 1994 en mémoire. Le journaliste français avait vu ce jour, le plus fatidique où  200.000 Rwandais avaient été tranchés à la manchette, plutôt des familles joyeuses autour d’un barbecue.  Si nous voulons faire une leçon d’histoire au journaliste Vincent Hugueux, nous lui dirons que la Pravda (journal de l’Etat) en ex-URSS avait véhiculé des idées bolchevistes qui avaient tué des Russes (surtout pas d’Africains). Mais Vincent, que dis-tu des tonnes de mensonges et de contre-vérités des journaux français et de l’Express que vous déversiez sur le continent depuis des dizaines d’années et qui ont décimé des dizaines de millions d’Africains ? Dans vos foucades ridicules et révoltantes, vous trouvez même anormal que Mr Alain Toussaint puisse citer la France comme complice du drame ivoirien. On se demande, mais qui est donc ce Vincent Hugeux qui veut cacher la vérité par la main quand on lit ces lignes du rebelle Traoré Abdoulaye dans une interview au journal ivoirien le Temps : « Oui, les militaires français, avec l’adjudant Raymond, signalaient les dispositifs de l’adversaire et distribuaient les armes à des points précis. A Man, par exemple, lorsqu’on voulait rentrer là-bas, on a discuté avec eux, ils sont allés cacher les armes quelque part, au cimetière. Ils nous ont indiqué que la poudrière des FDS était à la Préfecture de Man. J’ai fait l’infiltration, et lorsque nous sommes arrivés, nous avons frappé de prime abord sur la poudrière afin de disqualifier les FDS, puis nous avons avancé. C’est le même système que l’ONUCI est en train de faire actuellement à Abobo. Ils sont là-bas, ils font entrer les armes et ils les partagent ». Plus loin, le rebelle Traoré Abdoulaye enfonce le clou : « C’est la France, avec le Général Johanna et Alain, qui nous faisaient contourner les positions des FDS pour pouvoir prendre des villes ». Le général Johanna, Alain, et  l’adjudant Raymond ne sont pas Togolais comme Camus Ali, cher Vincent. Ils sont tous bien des vôtres. Ils sont de la couleur de ta  peau et envoyés dans cette aventure démoniaque au nom de ton pays !

Tu vois, Vincent tu aurais pu prier pour les morts que l’armée française et ta plume avec ton journal l’Express ont fait aux Ivoiriens et au-delà aux Africains. Ton visage qui pue le racisme et tes écrits qui sont et restent partisans auraient pu te donner l’intelligence d’avancer dans la direction de tes amis rebelles avec le patron Alassane Ouattara dont vos « propres » ONG et médias commencent par dénoncer les méthodes, qui n’ont rien à envier à  celles de Staline, Lénine, Brejnev… Ce n’est pas Alain Toussaint  qui est un propagandiste impénitent du captif de La Haye. C’est  Vincent Hugeux  qui est devenu  avec l’Express un journal propagandiste à la taille de la Pravda !

Camus Ali Lynx.info

 

Laisser une réponse