Ils ont tué Tavio Amorin pour la seconde fois !

0

Pourquoi « ils » ne portent pas plainte contre ceux qui ont flingué à bout portant Tavio AMORIN ? Pourquoi disent-ils qu’un jour, les assassins seront traduits devant la justice ? A quand ce jour ?  Pourquoi attendre vingt ans avant de demander à la justice de sévir ?

Ils, ce sont d’abord certains parents de Tavio AMORIN : ils me donnent la nausée !…

Ils, ce sont les leaders du CST (Collectif Sauvons le Togo) : ils me donnent la nausée !…

Pourquoi ? Parce qu’ils « n’ont pas les couilles : » ! Oui, ils ont la trouille ! Ils ont peur que ceux qui  ont flingué Tavio, ne leur fassent subir le même sort, au détour d’une rue ou dans leur maison… Ils ont peur, parce que les flingueurs sont des policiers armés laissés dans la nature, et qui ne sont pas inquiétés…. Alors, tout ce beau monde se rabat sur la Transition, sur le Premier Ministre Joseph KOFFIGOH et son ministre de  la Santé, Dr David IHOU…

J’avais traité de « crétin », le parent de Tavio qui était à Paris, lorsque le leader du PSP était mort, là-bas, en juillet 1992. Au lieu de réclamer (et d’exiger même), par voie judiciaire, une autopsie du corps, ce Monsieur n’a rien trouvé de mieux, malgré les balles encore chaudes dans le corps de Tavio, d’appeler le Premier Ministre KOFFIGOH pour dire qu’il a trouvé je ne sais quoi sur le corps du défunt, comme s’il était un Médecin légiste !

Vingt ans ont passé… Puis, c’est le Collectif « Sauvons le Togo » (CST) qui, en quête de notoriété, organise une semaine de manifestations en mémoire de Tavio AMORIN… S’ils étaient sérieux et intellectuellement honnêtes, ils auraient aussi organisé des manifestations en mémoire du Dr ATIDEPE, autre Haut Conseiller de la République, tué avec d’autres militants de l’UFC à Soudou ; ou en mémoire de Sylvanus OLYMPIO, Premier Président élu du Togo ; ou en mémoire des 500 morts, en 2005, à Atakpamé et ailleurs, après les élections. Parce que Tavio AMORIN fait recette, Me AJAVON Zeus et ses collègues avocats, font du boucan dans les rues de Lomé, pour se donner de l’importance. Depuis 20 ans que Tavio AMORIN est mort, c’est aujourd’hui, que ces avocats défenseurs des Droits de l’Homme organisent une semaine de manifestations en sa mémoire !

Au lieu de se concentrer sur leur Organisation de Défense des Droits de l’Homme dont l’objectif est de dénoncer et de lutter contre les atteintes aux Droits de l’Homme, ces Messieurs veulent « Sauver le Togo » et se mélangent les pinces en voulant devenir peut-être Président de la République, Premier Ministre ou Ministre. Ils font n’importe quoi, veulent qu’on abroge des lois électorales légalement votées par le Parlement (c’est quand même très grave  pour des avocats, qui sont incapables de lire et de comprendre notre loi Fondamentale), veulent discuter et dialoguer avec le Président de la République (alors qu’aucune disposition constitutionnelle n’oblige le Président à les recevoir) !

Me Zeus AJAVON, Me Jil-Bénoît AFANGBEDJI, et Me Raphaël KPANDE-ADZARE sont dans leur rôle de défenseurs les Droits de l’Homme et la mémoire de tous les martyrs du Togo. C’est pourquoi, leurs organisations et eux-mêmes peuvent porter plainte contre ceux qui ont flingué Tavio AMORIN. Ils les connaissent bien ! S’ils ne l’ont pas fait jusqu’à ce jour, c’est qu’ils ont peur, comme je l’ai dit plus haut, que ces policiers, toujours en cavale, ne viennent leur faire la peau un de ces jours ! Ils « n’ont pas les couilles », sinon, ils n’attendraient pas toutes ces années-là avant de « se réveiller ». Depuis quand sont-ils devenus avocats ? Depuis quand savent-ils qu’il y a impunité au Togo ? On a 6 ou 7 Organisations de Défenses des Droits de l’Homme au Togo, et les restes du président Sylvanus OLYMPIO dorment encore dans un pays étranger ? Et « ça » se dit défenseurs des Droits de l’Homme ! Ils ont perdu la plupart de leurs procès ces derniers mois, dont le procès- phare Kpatcha Gnassingbe. C’est pour masquer leur échec, qu’ils se sont empressés de créer le CST, un cache-sexe de l’ANC, un parti qui crève d’envie d’accéder au pouvoir, et qui est membre influent du CST !

La lâcheté, c’est le manque de bravoure, de courage devant le danger. C’est une passivité excessive, justement parce qu’on n’a pas les couilles. On l’a vu, le 13 Janvier 1963, quand Sylvanus OLYMPIO fut assassiné. Personne n’a bougé à Lomé ! Et quand le devenu général Etienne Eyadema (GNASSINGBE) a avoué, même imprudemment, que c’est lui qui a flingué le Président, personne n’a bougé, et il a régné trente huit ans, en s’asseyant bien sur nos couilles. Nos grand- pères et pères ont été lâches, et aujourd’hui, beaucoup des togolais continuent dans la même voie : de grands- pères à pères, et de pères en fils ! On voit le danger en face, et comme on ne veut pas l’affronter, par lâcheté, on regarde ailleurs et on cherche à se tourner vers les faibles innocents…

Ils ont tué Tavio AMORIN pour la seconde fois, en voulant se servir de son nom pour leur ambition politique ! Je les mets au défi de porter plainte contre les tueurs de Tavio, qu’ils connaissent bien, mais qu’ils n’osent pas défier et affronter ! Que leur « woto woto », qui leur sert de couilles, se gonflent d’un minimum de courage !

Cela fait vingt ans que Tavio AMORIN a été flingué. Il est temps que les plaignants se décident à montrer leurs visages !

D’autres « flingués », en 1992, sont le Dr ATIDEPE et la demi-douzaine de militants UFC. C’est plutôt un « mitraillage », et outre le Haut Conseiller Dr ATIDEPE et les six morts, Gilchrist OLYMPIO avait été grièvement blessé. N’eût été le providence (et l’aide urgente du Président Houphouët BOIGNY), l’opposant historique de GNASSINGBE Eyadema serait aussi mort. Mais Dr ATIDEPE et ses six compagnons n’ont pas d’importance aux yeux du CST, puisqu’ils ne font pas recette, pour leur lutte (sic) ! Dans ce cas de Soudou, comme les tueurs n’avaient pas laissé leur identité, notre gouvernement de transition avait diligenté une enquête internationale, qui a rendu ses conclusions et identifié les agresseurs. Maître Zeus AJAVON et les trois mousquetaires (sic) d’avocats du CST ont lu le rapport et connaissent les assassins. Ils n’ont pas osé organiser une semaine de manifestations en mémoire du médecin et ses co-tués. Ils ne portent pas plainte contre les tueurs ! Oh, ici il ne faut pas demander l’impossible à nos défenseurs des Droits de l’Homme. Les tueurs ici, ne sont pas de simples policiers, comme dans les cas de Tavio, mais des militaires, comme l’a indiqué l’enquête. Comment des gens qui ont des « Woto ,woto », à la place des couilles, peuvent-ils porter plainte contre des militaires ? Ils ont tellement la trouille d’être flingués un jour par ces militaires (dont la plupart sont vivants), qu’ils retiennent même leur respiration pour prononcer le mot militaire ! Et « ça » veut « sauver le Togo » ! Vous comprenez pourquoi j’ai envie de vomir !

Ah, pourquoi je parle des morts ?  Me Zeus AJAVON et ses mousquetaires (sic) n’ont même pas défendu et sauvé leur collège KOUNTE de la CNDH, qui a fui en exil. Ils attendent et dans vingt ans, ils vont organiser une semaine de festivités en l’honneur du retour de Mr KOUNTE. Dans vingt ans, quand ils auront le pouvoir (sic) et qu’un peu d’air aurait un peu gonflé leur « woto-woto », bijoux de famille transmis, avec lâcheté, de grand- père à père, et de père à fils.

Dr IHOU

Laisser une réponse