Hôtel « Radison Blue 2 février »…Intérim, sous-traitance, prostitution… Bienvenue au Togo nouveau ! [Camus Ali]

0

Pourquoi les hôtels, les boîtes de nuits à Paris, à Londres, à Berlin ne portent-ils pas les noms à consonances africains ? 

La nouvelle est tombée. L’ « hôtel du 2 Février » qui flambait d’un triomphalisme après l’accident du 24 janvier 1974 de Sarakawa de son géniteur Gnassingbé Eyadema aura un nouveau nom. Le petit joyau togolais passe de L’hôtel du « 2 février » à « Radisson Blu 2 février ». La seule différence entre ces groupes de mots est qu’ils ont eu une idée de rajoutée Radisson Blu à 2 Février. Pourquoi des noms qui ne correspondent à aucune réalités sociologiques de notre pays ? Allez-y comprendre. Celui qui paie est celui qui décide. Ici, ce ne sont pas les Togolais qui décident mais les groupent obscurs tapis dans l’ombre qui ont versé les 37 milliards pour remettre debout l’hôtel du 2 février après que tout un Etat ait été incapable de faire la maintenance du seul monument admirable qu’il possédait ; fruit du boom phosphatier des années 1974. Il nous souvient que, de son vivant, Ernest Gnassingbé avait eu l’idée, la merveilleuse d’appeler sa boîte de nuit dans le grand Kozah « Lufthansa ». Un autre fils Gnassingbé en la personne de Toyi Gnassingbé aussi a dénommé du côté de Lomé sa boîte de nuit d’un brillant nom à consonance française. Les noms tombent mais avec un parfum de complexe d’infériorité écrasant du nègre. Nous aurons même aimés les noms « Toukroukpè » de leur père défunt ou « Koromsa » de leur oncle défunt….on en serait fiers, fiers d’être Togolais ! Pourquoi les hôtels, les boîtes de nuits à Paris, à Londres, à Berlin ne portent-ils pas les noms à consonances africains ? Mieux, Faure Gnassingbé a même eu l’idée de caler la présidence togolaise par un nom qui en dit long sur l’étoffe de celui chargé d’incarner le nationalisme dans son pays : Palais de la Marina. Là où les hommes intègres ont eu l’idée de revenir aux sources en appelant le palais présidentiel « Kossym » nous, nous brillons au Togo dans une bêtise éhontée, dans un complexe dégoutant. Au Togo, n’y a t -ils pas des héros que nous pouvons magnifier en immortalisant leur existence ?

« Hôtel Radison Blue » : bienvenue les nouveaux négriers !

Une chose est claire : les Togolais dans leur grande majorité ne pourront s’approcher de leur joyau. Les coûts exorbitants ajoutés aux conditions difficiles de vie ne pourront permettre à aucun Togolais d’aller, ne serait-ce qu’admirer les fleurs et toucher le gazon. Ici ce n’est même plus le nombre de prostituées qui vont prendre d’assaut le nouvel immeuble qui fait peur mais les nouveaux négriers qui se préparent à exploiter nos jeunes filles. Les maîtres négriers ont déjà même commencé leur boulot, leurs sales manœuvres. Le « Radison Blu » en question ne recrutera pas directement. Il faut gagner beaucoup d’argent sur le dos des Togolais selon les investisseurs de ZPC Hospitality. Ainsi donc, la mission pour sous-exploiter nos filles, nos jeunes frères est que, les nouveaux négriers ont eu la lumineuse idée de créer « l’Intérim ». Ce qu’ils appellent là-bas : « Togointerim ». Dans un pays où, on ne voit aucun groupe de pression, aucun syndicat se pencher sur cette nouvelle forme d’esclavage tout est à craindre. De nos investigations, les nouveaux maîtres négriers qui ont créé « Togointerim » sont aussi les plus proches collaborateurs de Faure Gnassingbé. Seul bonne note, il y aura toujours des Togolais et des Togolaises qui iront dans ce chaudron parce que les conditions de vie à Lomé sont si difficiles et dépassent tout entendement. Mais à quel prix ?

Lynx.info Camus Ali
 

 

Laisser une réponse