Habia Nicodeme : Le bourreau de Fulbert Atisso

0

Dur dur de travailler avec des frères Togolais pour une cause commune. Nous travaillons au Lynx depuis pour connaître le vrai visage de l’honorable député Habia Nicodeme. Suivez toujours notre regard dans votre journal préféré. Quand un jeune opposant crie plus que son bec, il veut annoncer au RPT qu’il est achetable, qu’il est prêt pour le deal.

Tout commence par Gilbert Atsu qui hisse son drapeau jusqu’à saisir le ministère ou secrétariat d’Etat à la Jeunesse. Dossey Ayron crée du coup son « NID » et quitte l’Union des Forces du Changement (UFC). Edem Kodjo revenu rapidement, grâce à quelques têtes tranchées de 2005, les met dans son équipe gouvernementale. Le but était de cueillir ces transfuges de l’UFC à chaud et d’en faire de véritables guerriers contre le parti. Reste le troisième lascar : Habia Nicodeme.

Des Togolais qui nous ont contacté  à la rédaction  nous parlent de l’homme. Quand Faure est maintenu au pouvoir en 2005 contre la volonté du peuple, Nicodeme appelle des proches du RPT aux Etats-Unis et commence par déverser des insanités contre l’UFC et Gilchrist Olympio. Innocent Pato, le plus zélé des journalistes de tous les temps, installé aux Etats-Unis, « le tient désormais » et veut le faire savoir. Dans une conférence aux USA, il passe à tabac le futur député, chose alors curieuse et qui a étonné plus d’un en pleine civilisation américaine. Nicodeme ne porte pas plainte! Il veut gravir les marches-pieds du RPT. Il se confie à un journaliste. Ce dernier le rassure et lui dit de ne pas être ridicule et de croire en lui-même. On n’est tout proche de Gilchrist Olympio qui confie à Andoch  Bonin que « s’il veut, il peut devenir premier ministre d’Eyadema ». Le journaliste le médiatise en lui filant des interviews. Les premières photos apparaissent sur des sites togolais. Les élections de 2007 viennent  récompenser Habia Nocdeme. Il devient député de l’Avé et se rapproche davantage de son homme préféré : Gilchrist Olympio. Comme quoi le traître va à l’école du traître.

Habia Nicodeme : Assemblée Nationale, Drogue, Djaratutta

En 2007, Habia doit s’asseoir aux côtés des 27 heureux élus de l’UFC comme député de l’Avé, sa préfecture. Il voyage entre les Etats-Unis où vivent sa femme et ses enfants et le Togo où il doit défendre ceux qui l’ont élu. Nicodeme devient bouillant, sinon très bouillant. On le voit parler dans des radios privées. Personne, ne s’aperçoit qu’il veut s’attirer la sympathie du Rassemblement du Peuple Togolais (RPT), sauf Gilchrist avec qui il a le même langage. Il profite pour faire des vas-et-viens vers le Ghana voisin où vit Gilchrist. La finalité de ses visites bizarres vers le Ghana se solde par une arrestation. Le confrère la Dépêche révèle l’arrestation au peuple togolais. La police ghanéenne retient le député pour quelques jours pour trafic de stupéfiants. Finalement, les connections de Gilchrist viennent le sortir de la merde. Le RPT et les journaux qui lui sont proches en font un événement jusqu’à ce que l’affaire  Eugène Attigan et sa nébuleuse ne rejaillissent sur Mey Gnassingbé, ce dernier petit frère de Faure Gnassingbé, viennent cacher le trafic de cocaïne de Nicodeme au peuple togolais. C’est un peu le « Watergate à la Togolaise » On parle d’une histoire de drogue dans la drogue dont le sommet de l’Etat Togolais commençait à montrer les premiers signaux de peur. Mey Gnassingbé très cité à beaucoup donné pour faire taire cette odeur de la poudre blanche qui a fini par se répandre dans les couloirs de la présidence Togolaise et les allées des ministères. Chez les forts du Togo, la prison est pour les innocents, les faibles. La liberté, elle est au Togo pour les cancres et les délinquants. Pire, le même Mey envoie le confrère Golfe.info sur l’échaffaud de la justice Togolaise. 80 millions, c’est la somme retenue par un juge togolais à l’encontre d’un journal qui ne tire pas plus de 10.000 exemplaires à chaque parution. Les Togolais sont invités à réfléchir sur l’avenir qu’ils peuvent avoir avec un certain Faure Gnassingbé comme président!

Aux élections de juin 2008 pour un nouveau bureau national à l’UFC, c’est un Nicodeme qui arrive bardé de talismans, du djaratutta qui est la composition de tous les ingrédients maléfiques et sataniques. Comme quoi les lâches ont toujours quoi dans la journée pour leur donner un petit moment d’assurance ! Son mentor Gilchrist qui avait en main la liste du bureau l’impose comme Secrétaire à la jeunesse du parti. Dans le temps, Gilchrist était encore le « Lider Massimo » de l’opposition togolaise. Toutes critiques étaient aussi la fin du parcours politique du membre. Amah Gnassingbé en est la première victime, sinon sa première victime.

Nicodeme : Il crucifie Fulbert Atisso et le pleure après !

Le journaliste et écrivain quitte Bruxelles où il était exilé pour rentrer chez lui. Il faut faire « quelque chose » pour ce pays pris en étau par une pègre prédatrice et une plèbe de plus en plus nombreuse. Il est intelligent et fin stratège,Fulbert. Mais il fait une faute gravissime en ouvrant les portes du secret du Mouvement Citoyen pour l’Alternance (MCA) au confrère de France 24. Il s’entoure de deux comparses au sommet du mouvement : Nicodeme Habia et Guillaume Coco. Si  Guillaume Coco n’est pas aussi très « propre » comme certains ne peuvent le penser, Nicodeme est davantage très « dangereux ». On n’est pas loin d’un Agbéyomé Kodjo qui se pare de Gaston Vidada et croit avoir un militant pour la cause togolaise ! Pour le journaliste, il faut comme il le dit lui-même : « pallier les insuffisances de l’opposition qui n’a pas de stratégie de défense de sa victoire ». Pour le député : « il fallait fournir au RPT des informations sur la stratégie de contestation et de prise de pouvoir de l’UFC aux lendemains de la présidentielle de 2010 ». Le félon député au sortir de la première réunion du MCA lancera au micro du confrère Togonews : « Nous allons les chasser du pouvoir ». Avec le temps, on se rend compte qu’il ne parlait nullement de Faure mais de Fabre… Andoch Bonin Nutepé dans sa conférence de presse du 15 août 2010 enfonce le clou : « Il y avait projet de coup d’Etat pour le 3 mars 2010. Habia est allé trahir ! » Très tard dans la nuit, Habia Nicodeme signale les positions de Fulbert Atisso et de Guillaume Coco. Il ne restait qu’aux zébrures rouges de Faure de se frotter les mains. Ils prennent les deux combattants vers le premier Guantanamo local [ndlr,prison de Kara]. Depuis, sans chef d’accusation, le journaliste et son compagnon croupissent sans jugement. Habia Nicodème reviendra dans une conférence de presse pour faire comprendre qu’Olympio veut immédiatement la libération de tous les détenus politiques de l’UFC et des deux du MCA, et faute de quoi il se coucherait à même le sol à la gendarmerie de Dahename Yark. Des recoupements du Lynx font ressortir que Nicodeme est torturé dans sa conscience au-delà des millions qu’il aurait reçus. L’homme se saoulerait beaucoup et est embarrassé selon ses proches et amis. Mais il est une chose, qui reste une constance au Togo, le bourreau n’a jamais fini de manger sa proie qu’il en recherche une autre. Actuellement, Nicodeme Habia est dans le bureau national de l’UFC version Gilchrist. A défaut de proposer des projets de lois, quand on est député, au Togo on peut proposer de vendre ses propres concitoyens à la dictature.

Djima Matapari Lynx.info

 

Laisser une réponse