Guinée : Tête à tête Cellou-mission conjointe: Behanzin récusé, révélations sur un huis-clos « tendu »

0

Des émissaires de l’ONU, de la CEDEAO, de l’UA chez Cellou Dalein DIALLO

CONAKRY-Ce sont des révélations croustillantes !Cellou Dalein Diallo candidat autoproclamé vainqueur de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020 s’est entretenu avec la mission conjointe « UA, ONU, CEDEAO », dépêchée à Conakry pour tenter de désamorcer la crise postélectorale. Le tête-à-tête a duré pendant plus de deux heures d’horloge dans un climat….tendu.

Parmi les membres de la délégation qui était annoncée chez l’ancien premier, il y en avait un qui n’était pas le bienvenu. Il s’agit du Général Francis A. BEHANZIN, Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la CEDEAO. Il a carrément été récusé par Cellou Dalein Diallo et son camp. 
Malgré l’insistance de Jean Claude Kassi Brou, président de la commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui a conduit la délégation, le leader de l’UFDG a été inflexible*. Une source digne de foi a confié à Africaguinee.com que le Président de la Commission est allé jusqu’à dire que M. Behanzin est en quelque sorte « sa mémoire » et que c’est lui qui prend toutes ses notes lors des échanges. L’ancien premier ministre est resté intraitable. La rencontre qui devait débuter à 17h30 n’a finalement commencé qu’une heure plus tard. Figurez-vous, sans la présence de M. Behanzin.
Le commissaire aux affaires politiques de l’organisation sous- régionale avait flétri l’attitude de l’ancien premier ministre qui a revendiqué sa victoire au scrutin présidentiel, il y a une semaine. Le Général Francis Behanzin est allé jusqu’à dire que « c’est Dieu qui donne le pouvoir ». Cette déclaration est restée apparemment en travers de la gorge du leader de l’UFDG.

A propos la rencontre proprement dite, elle s’est tenue dans une atmosphère inhabituelle. Le langage diplomatique a été mis de côté.  Selon plusieurs sources, Cellou Dalein Diallo ne serait pas passé par quatre chemins pour « cracher » ses vérités à ses hôtes auxquels il a exposé dans un ton direct ses principaux griefs. L’ancien Premier ministre a d’abord reproché aux émissaires de ces institutions leur attitude vis-à-vis de la crise guinéenne. Car selon lui, si la CEDEAO, l’UA, l’ONU avaient pris la mesure de la situation, la crise ne serait pas  aussi aigue*. L’ancien Premier Ministre a aussi déploré la « timidité » de ces organisations et l’absence de prise de position claire face aux violations récurrentes des droits de l’Homme.
Devant ses hôtes, l’opposant s’est mis ensuite dans un exercice d’explication pour mettre en « évidence la fraude organisée » après le scrutin notamment dans les « centralisations » pour octroyer au Président Alpha Condé des voix après le scrutin, nous confie une source qui était présente.

À la question posée par la délégation de savoir quelle est la solution pour sortir de la crise, sans ambages Cellou Dalein Diallo a martelé que la seule issue possible de sortie de crise, c’est la « reconnaissance de sa victoire ».* Cellou Dalein serait même prêt à présenter les procès verbaux sortis des urnes.
Les échanges n’ont pas été comme une sinécure. « Ça été des discussions sans tabou avec des langages directs », confie une source.

Après deux heures de discussions, Jean Claude Kassi Brou, le Président de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a livré un message court à la presse.
‘’Nous sommes là dans le cadre du processus électoral et surtout pour faire en sorte que les tensions qui sont apparues après ce scrutin puissent baisser. Comme nous l’avons dit dès le début de notre mission, il s’agit de faire en sorte de ramener un peu plus de confiance entre les acteurs, ramener un peu de paix, la sérénité, puis surtout d’arrêter les violences », a-t-il dit.
A suivre…

Diallo Boubacar 1
Pour Afrcaguinee.com
Tél. : (00224) 655 311 112

Laisser une réponse